Chimaira - Chimaira

Chimaira - "Chimaira"
chronique Chimaira - Chimaira
Dire que ce 4e opus du combo américain était attendu par nombre de fans est un doux euphémisme, en fait ce sont des kilos d'ongles rongés qui ont dû accompagner la lecture de Chimaira dans le lecteur de beaucoup de platines. Et l'effet est là. On les attendait comme figurant en bonne place dans la mouvance métal ou thrash/métal américaine, et avec cet album force est de constater que ce sont en véritables fers de lance du métal américain qu'ils nous reviennent, et leur couronne va être ardue à reprendre tant la barre est placée très très haut avec ce Chimaira, qui risque bien de devenir rapidement culte.

C'est « Nothing Remains » qui ouvre le bal et il est globalement bien représentatif du reste de l'album; Mark Hunter est au mieux de sa forme et ne semble jamais vouloir se calmer, Kevin Talley (qui officiait auparavant derrière les fûts de DYING FOETUS et MISERY INDEX) est remarquablement carré et reste assez sobre dans son jeu, quant aux guitares (Robb et Matt) elles sont comment dire..... tout simplement énormes!! Des riffs de tueurs saupoudrés de soli de virtuoses bien sentis, que du bonheur. Et même si on ne retrouve pas, au premier abord, de chansons aussi accrocheuses que sur The impossibility of Reason on comprend tout de suite que c'est parce que CHIMAIRA a voulu aller jusqu'au bout de leur idée: des titres plus longs mais aussi autrement plus recherchés et noirs que sur les précédents albums (Pass out of existence ne respirait déjà pas beaucoup la joie de vivre...). On officie en général dans le mid-tempo tout au long de cet album, même si des passages thrash dévastateurs apparaissent ici ou là pour notre plus grand plaisir('Comatose' - 'Save Ourselves'), et ce mi-tempo est d'ailleurs bien propice à une double-pédale très active : à faire vibrer toute la pièce pour peu qu'on ait des enceintes dignes de ce nom. Car la production (Colin Richardson, un habitué des productions Radrunner) est bien évidemment excellente sur ce Chimaira et tout est fait pour renforcer la puissance qui ressort des titres de CHIMAIRA; un son lèché pour mieux mordre l'auditeur. En écoutant et réécoutant ce LP on pense à plein de choses mais surtout de grandes choses à vrai dire, un tel aboutissement dans la compo peut rappeler METALLICA (le début de 'Everything you Love' aurait très bien pu sortir de l'esprit des four horsemen) ou même MACHINE HEAD et leur excellent Through the Ashes Empire, mais avec la rage et la noirceur en supplément. Radicalement métal, défintivement ultra-heavy mais dans le même temps thrash, le style de CHIMAIRA oscillera éternellement dans toutes ces catégories pour nous en mettre le plus dans la gueule possible. Il est, en effet, incontestable que le combo amériain fait plus que de maîtriser son sujet et ils nous prouvent (s'il en était besoin) que ce n'est pas aujourd'hui qu'on enterrera le métal, car avec cet album et, sans révolutionner la musique extrême, ils vont mettre tout le monde d'accord sur le devenir radieux de cette musique.


On est en droit de se demander si le fait de sortir un album éponyme seulement maintenant ne naît pas d'un volonté de vouloir poser de nouvelles bases, et, si, comme ils disent « Nothing remains » alors c'est clair que, maintenant, à l'écoute de cet LP, il y a vraiment quelque chose. Avec des groupes tels que DEVILDRIVER, CHIMAIRA nous laisse espérer de bonnes choses dans les années à venir et on attend, bien évidemment, de les voir écumer nos salles nationales car ce groupe est avant tout un groupe de scène et quiconque les a déjà vu sur les planches ne pourra me démentir. Alors, Messieurs, venez défendre vos morceaux chez nous, on a déjà préparé les pansements...
photo de Mat(taw)
le 10/08/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019