Crépuscule D'hiver - Par​-​Delà Noireglaces et Brumes​-​Sinistres

Chronique CD album (01:09:21)

chronique Crépuscule D'hiver - Par​-​Delà Noireglaces et Brumes​-​Sinistres

Les univers du Black Metal et de la Dungeon Synth ont toujours été proches (l’un des créateurs de cette dernière était bassiste chez Emperor tout de même) mais, à ma connaissance (si, peut-être certains albums de Summoning), aucun groupe n’avait mélangé les deux. C’est ce que propose, avec Par-delà Noireglaces Et Brumes-sinistres, Crépuscule d’Hiver, one-man-band français pris dans le giron des Acteurs De L’Ombre pour son premier album.

Après un « Que Gloire Soit Nôtre ! » introductif que n’auraient pas renié Mortiis ou Wongraven, Stuurm, épaulé par N.K.L.S. à la basse et à la batterie, se montre comme un héritier appliqué des années 1990, à l’époque où la seconde vague de Black Metal se cherchait encore. L’époque où des formations comme Enslaved, Ulver ou Dimmu Borgir définissaient de nouvelles frontières tout en cherchant leur propre identité. Le musicien bourguignon vient de la scène Dungeon Synth (de Gargoylium pour être précis), et cela se sent dans sa maîtrise des codes, des sons et des tics de composition du style.

L’album possède un fort pouvoir évocateur, son Black Metal médiévalisant est riche en arrangements variés qui viennent plonger l’auditeur au cœur d’un univers de guerriers en quête d’exploits, de vieilles pierres et de créatures mythologiques, à la fois gothique et romantique (dans le sens XIXè siècle des termes). Il flotte tout du long un parfum de forêt profonde après la pluie, du soufre de l’haleine d’un dragon, de feu de camp... La musique de Crépuscule d’Hiver évoque souvent les premiers albums d’Arcturus ou de Borknagar qui auraient troqué leur aspect spatial par des sonorités plus fantasy.

Plusieurs invités renommés viennent l'assister ; ainsi on retrouve derrière le micro Spellbound (Aorlhac) et Hexēnn, tandis que Vettekult et Wÿntër Ärvn viennent poser des lignes de guitare. Je suis bien en peine de trouver le moindre reproche à faire à Par-delà Noireglaces Et Brumes-sinistres, même la longueur des titres (plus de vingt minutes pour le morceau titre) n’est pas rédhibitoire, au contraire, elle permet au musicien de poser ses ambiances avec soins. De ce fait, c'est peut-être là son principal défaut, il manque d'aspérités et de failles.

photo de Xuaterc
le 20/11/2020

1 COMMENTAIRE

Xuaterc

Xuaterc le 20/11/2020 à 09:21:42

Exprès pour me contre-dire, j'ai reçu deux disques mélangeant Dungeon Synth et Black Metal. Grrrrrrrr

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements