David Lynch's Hat - Stuff and Things

Chronique CD album (24:52)

chronique David Lynch's Hat - Stuff and Things

On est loin d’en être à des effectifs qui justifieraient la création d’un sous-sous-sous-genre dédié, n’empêche: ça commence à en faire quelques-uns déjà, des groupes chtarbés obnubilés par un personnage célèbre! On connaissait déjà Stanley Kubi, dont l’univers tourne autour du père de Full Metal Jacket, et Okilly Dokilly, qui fait une fixette sur Ned Flanders (le voisin des Simpson). Et si l’obsession dont ils font preuve n’est pas aussi intense, on aurait quand même accepté Costa Gravos et Crank Sanatra dans ce club très restreint. Nouveau membre de plein droit de ce cercle très fermé, David Lynch’s Hat s’inscrit donc quant à lui dans la sous-sous-sous-sous-chapelle dédiée aux fans de réalisateurs célèbres (… dans laquelle on a hâte de pouvoir ajouter Tarantino Rossi-gnôle et Alfred Bitch-Cock).

 

David Lynch’s Hat est donc la création de deux plaisantins très compétents issus du célèbre Berklee College of Music. Ces messieurs étant fans de Allan Holdsworth, Deicide, Akercocke, Devin Townsend, Zappa, Fear Factory, Meshuggah, Shining (eh non, perdu: les beumeuh suédois), Opeth et Mr. Bungle, ils se sont dits que ce serait rigolo de se lancer dans la culture des points d’interrogation en s’en allant semer dans nos oreilles un mélange de Death, de Black, de Jazz, de Musique atonale et d’Indus – enfin eux parlent d’Indus, mais la réalité ressemble plus tantôt à du Cyber Metal, tantôt à du Djent. Le résultat? Un objet plus expérimental que Nawak, qui s’aventure néanmoins bien plus loin sur les sentiers du wadafock que les !T.O.O.H.!, Unexpect ou Disharmonic Orchestra auxquels on pourrait par moments être tenté de les rapprocher. D’ailleurs quand eux-mêmes se comparent à l’un de leurs pairs, ils évoquent plutôt The Global Warming Extravaganza, formation qui – elle – mérite complètement son rattachement à la sphère Nawak.

 

Alors j’ai beau vous en avoir tartiné quelques lignes, les informations relatives au groupe et à l’album dont il est ici question sont assez rares sur le web. Il m’aura fallu demander à Google de traduire une interview depuis le Russe pour réussir à glaner la plupart des infos ci-dessus. Par conséquent je n’ai toujours pas réussi à savoir si le titre affiché par BandcampStuff and Things (Demo) – est le véritable nom de baptême d’un premier album décidément placé sous le signe du second degré, ou s’il s’agit réellement d’une démo. Le son de la chose est en effet perfectible, mais sans pour autant souffrir de la finition « boite à chaussures » de beaucoup de vraies démos. Bref, le doute persiste.

 

Mais laissons à présent entrevoir un peu du contenu de Stuff and Things. Pour commencer, préparez-vous à vous serrer la ceinture: en effet seules 3 des 7 pistes listées sur le gauche de cet article sont de véritables morceaux proposant la mixture avant-gardiste dont je vous parle depuis quelques lignes. Car « Elevator Ride from Sub-level 5n-z to 1J » et « DLH Radio » ne sont que de courts interludes sans une folle valeur ajoutée. « Dance of the Dream Man » est quant à lui la reprise d’un titre composé par Angelo Badalamenti pour la B.O. de Twin Peaks. Et si le morceau a été un peu retouché pour lui faire vivre des hauts et des bas en termes d’intensité et remplacer le saxo par une guitare bluesy, il faut bien avouer qu’il s’avère assez casse-bomb’, le début jazzant dans une vague coma brumeux, tandis que la fin s’emballe en un chaos musical franchement pénible. Pas l’extase quoi. Enfin « Hipster Bloodbath » s’avère n’être qu’une pantalonnade conclusive 100% Trve Black, sans aucune apparition de nez rouge pour détendre l’atmosphère, la dernière ligne droite réservant carrément une grosse séance de retournement d’ongles joliment dissonante. Le genre de dernière blague qui coûte cher en tympans… Et entame le capital sympathie!

 

Heureusement ces fourberies d’affreux jojos sont contrebalancées par 3 morceaux complètement hallucinés. Avec pour commencer « I was a Communist for the FBI » qui offre exactement ce que l’on attend de ce type d’album. Autrement dit la joyeuse cohabitation d’une contrebasse, de saccades qui ramonent plus sévère encore que Decapitated, de rythmiques hyper-ventilées, de Death bien grognon, d’une nappe de harpe fantomatique, d’un passage Dandy Pop Rock, et d’applaudissements polis – mais oui. Et le tout se tient carrément! Plus Nawak – sans en faire trop non plus – « Sandwich Hat » conjugue sonorités cartoon occasionnelles, Metal extrême bourdonnant (mais groovy), séance scat’n’swing, le tout pour un résultant étonnamment accrocheur. Et le dernier mousquetaire « 33rd Street Rawson » de faire tout aussi bien si ce n’est mieux en partant de sonorités de vieux modem, en glissant vers l’Electro Black moshy, en incluant des sonorités psychédéliques, puis en mariant au plus serré Jazz qui swingue et protestations extrêmes, pour finalement – après un petit interlude de piano solitaire – délivrer une grosse tartine de saccades méchamment jouissives.

 

« Et de la cornemuse? Ils n’ont pas collé de cornemuse sur l'album? »

... hé, lâche-nous le biniou Jean-Pierre!

 

Vous l’aurez compris, Stuff and Things (Demo) ne s’adresse pas à tout le monde. Mais les Xuxu et autres êtres étranges de l’assistance, qui aiment que ça tabasse-mais-pas-que, devraient trouver ce qu’ils cherchent, voire plus, dans ce drôle d’OVNI pas si nématographique que ça, mais néanmoins foutrement intéressant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: si je vous dis !T.O.O.H.!, Unexpect ou Disharmonic Orchestra, vous êtes saisis de haut le cœur ou de bouffées de chaleur extatiques? Si vous penchez plutôt pour la deuxième option et que vous n’avez pas peur de vous salir les pavillons en les frottant à une prod’ perfectible, Stuff and Things devrait remettre du tigre dans votre moteur en même temps que de séduisants points d’interrogations dans vos oreilles.

photo de Cglaume
le 06/12/2020

5 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 06/12/2020 à 12:04:44

... et de 1111 !!

Seisachtheion

Seisachtheion le 06/12/2020 à 13:46:14

Congrats lapinou ! 👍

cglaume

cglaume le 06/12/2020 à 14:01:34

:)

pidji

pidji le 06/12/2020 à 19:50:37

yes, bravo, incroyable ! ❤️

Xuaterc

Xuaterc le 07/12/2020 à 10:31:44

Félicitions mon lapinou en sucre!
Effectivement, c'est du petit lait pour moi. Et je n'ai pas trouvé Dance of the Dream Man casse-bernes, l'original a accompagné mes premières années en tant qu'adulte ;-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021