Devil Sold His Soul - A Fragile Hope

Devil Sold His Soul - "A Fragile Hope"
chronique Devil Sold His Soul - A Fragile Hope
En 2005 était sorti, dans un quasi anonymat, un EP répondant au nom de "Darkness Prevails" et qui avait fait pas mal parler de lui dans le petit monde du hardcore underground. Premier effort d'un groupe anglais nommé Devil Sold His Soul (DSHS pour les intimes), sextet au potentiel relativement énorme pour l'époque et dont on attendait pas mal.
C'était il ya deux ans, et c'est cette année que sort "A Fragile Hope", premier véritable album et second coup de force pour le combo.

Grandissant dans la sphère fermée et en expansion du post-hardcore, DSHS vient balancer un grand coup de pied dans cette scène avec cet album. Car ce dernier est une véritable ode au désespoir, à la tristesse et à la mélancolie. Si le post-hardcore était déjà un style pouvant être à fleur de peau, DSHS pousse cette sensation à son paroxysme.

Radicalement sombre et jouant avec des atmosphères parfois irrespirables et oppressantes, le groupe distille les émotions au fur et à mesure des cinquante minutes de l'album. Entre mélodies glaciales, montées de tension progressives, hurlements du chanteur et passages apocalyptiques, le combo joue avec nos sensations et met toutes ses émotions à table. Le groupe a cette même aisance à toucher l'auditeur que l'a Impure Wilhlemina ou Envy. Et il est impossible de rester insensible face à ces dix morceaux, car tout ici est fait pour nous toucher au plus profond de nous même.

Musicalement, les compos des anglais sont difficilement descriptibles. Si le post-hardcore est l'une des références principales, il est clair que des groupes comme Tool son passés par là, notamment pour le travail sur les ambiances lourdes où règnent la basse. Des influences post-rock sont elles aussi évidentes, avec ces passages instrumentaux et atmosphériques où règne une beauté glaciale tout au long, comme sur le titre d'ouverture ou le final. La lourdeur de certains riffs ("As The Storm Unfolds") fera penser à Will Haven et le chant par ses aspects screamo, ressemble par moment à Circle Takes The Square. Bien entendu, au-delà de toutes ces influences ou du moins ressemblances, DSHS a nettement une personnalité propre et forte qui le distingue aisément de ces autres groupes. Ne serait ce que la façon dont à le groupe à alterner passages très lourds et violents avec de longues phases instrumentales où se mêlent guitares acoustiques et grosses saturations. Certes, cette alternance violence/douceur est l'adage des groupes de post-hardcore, mais à l'écoute des ces dix compos on perçoit une réelle différence, difficilement descriptible car elle joue principalement sur les émotions, les sensations.

Côté compositions, rien de super technique ou de fou. Juste deux guitaristes qui savent que la simplicité transmet plus d'intensité et d'émotions que n'importe quoi d'autre. Ces derniers alternent aisément entre la lourdeur du métal et la légèreté du post-rock pour un rendu vraiment parfait. Les morceaux sont dans leurs globalités très homogènes et s'enchaînent pour former un tout. Pourtant, certains morceaux ressortent plus, comme "At The End Of The Tunnel" plus violent et chaotique que les autres ou alors encore le magnifique "The Starting" et son refrain plus que prenant grâce au chant de Ed Gibbs qui alterne facilement entre un screamo intense et un registre beaucoup plus pop qui a quelques consonances émo sur les bords, notamment sur certains refrains.

Ce "Fragile Hope", intense et prenant, est un véritable petit bijou post-hardcore/screamo digne des plus grands. De son intro jusqu'au magnifique final "Hope", l'album vous tient par les émotions. Le genre d'album qui vous prend aux tripes et qui vous les retourne à chaque écoute et si un groupe est capable de ça, c'est forcément un grand groupe.
photo de DreamBrother
le 22/07/2007

11 COMMENTAIRES

sepulturastaman

sepulturastaman le 22/07/2007 à 16:01:49

Jolie pochette

mat(taw)

mat(taw) le 22/07/2007 à 23:33:03

toutes ces références là ça fait envie

(((viking jazz)))

(((viking jazz))) le 23/07/2007 à 00:06:41

+1 rouquin !

mat(taw)

mat(taw) le 23/07/2007 à 09:06:00

si on pouvait éviter ce truc avec rouquin dans le zine ce serait sympa merci...

dreambrother

dreambrother le 23/07/2007 à 19:05:52

c'est quoi cette histoire de rouquin ?

mat(taw)

mat(taw) le 23/07/2007 à 19:46:55

c rien. c'est en dehors du zine

Biflam

Biflam le 23/07/2007 à 23:49:44

En effet jviens de l'écouter ! il est vraiment tres bien ! du bon post hardcore bien foutu ! j'ai été surpris d'y trouver des chants clairs mais ca rend vraiment bien, certains passages me procurent les meme sensation qu'en écoutant le dernier Deftones !

(((viking jazz)))

(((viking jazz))) le 09/08/2007 à 13:16:56

je l'ai acheté hier succombant à sa pochette, et étant en train de l'écouter je ne suis pas déçu ! je lui trouve un petit coté Transmission zer0 musicalement, mais avec plus d'émotions ce qui le démarque de pas mal de ses confrères. un bon disque de plus a posseder, merci pour la chronique qui donne envie ;)

dreambrother

dreambrother le 11/08/2007 à 01:06:59

C'est vrai qu'après quelques écoutes supplémentaire on ressent un petit côté Transmission Zero...J'y avais pas pensé sur le coup. Sinon il passe toujours autant dans la platine, et toujours pas lassé, toujours aussi prenant...

Bon achat Viking Jazz ;)

MaJa

MaJa le 16/08/2007 à 17:42:26

Un groupe génial! Ils arrivent à faire passer plein de sentiments dans leur musique, c'est indescriptible tellement c'est bon! Ca faisait longtemps que j'avais pas flashé sur un groupe .. Celui-là est génial! Et toutes les chansons se valent mm si j'ai une préférence pour between two words..

Génial, génial, génial
Parfait!

LF

LF le 05/07/2008 à 21:40:44

Un album moyen/pas terrible, qui va parfaitement avec un certaine vision de la musique défendue ici = formaté/pas terrible/pour ado (hé aucune aggressivité ni méchanceté ds mon propos, juste un constat sans intention/sans intéret, enfin un peu plus que les coms du dessus) ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019