Hebosagil - Ura

Hebosagil - "Ura"
chronique Hebosagil - Ura

Les finlandais d'Hebosagil sortent des disques depuis 8 ans déjà, des démos, des splits, des 7",... Et ce Ura n'est que leur second album.

 

Second album qui démarre sur les chapeaux de roue, avec ce riff répétitif qui casse bien la baraque, et cette voix hurlée mixée au même niveau que la musique. Dès le départ, le groupe pose les bases de ce que cera ce Ura : un brûlot noise crasseux, aux recoins sludge et chaotiques.

Les 4 premiers titres s'enchainent sans relache, à peine terminé ce riff répété à l'envie sur "Ovet auki" qu'on enchaine sur "Keskipäivän aurinko" alignant lui aussi un riff de base, qui semble être la marque de frabrique du combo sur ces premières minutes : une idée principale, et des variations autour de celui-ci.

 

Au niveau des influences, on recent ce côté scandinave de Breach, la lourdeur d'un Neurosis ("Majatalo"), mais aussi des senteurs d'un Unsane bien énervé. Mais Hebosagil a son petit truc en plus, leur chanteur. La voix est hurlée, noire, et donne une sensation de chaos constant, même lors des passages plus lents ("Vala").  Cela donne une ambiance générale très sombre, on se sent oppressé par moments mais Hebosagil adore jouer avec ce sentiment, et nous laisse quelques passages pour faire exploser notre haine ("Taloni on tulessa"). Le son cradingue (récurrent sur toutes leurs sorties) mais compréhensible amplifie cette noirceur ambiante, à croire que le groupe ne vit pas 6 mois dans le noir mais toute l'année, dans une forêt reculée.

 

"Vala" est le titre qui retransmet le plus toutes ces émotions ; on part sur un tempo lent, pour un titre qui semble vouloir être bien noisy. Mais petit à petit, on s'aventure dans des contrées plus finlandaises avec le chanteur qui accentue son accent nordique sur certains passages, et qui nous amène à une fin nettement moins lente et énervée à souhait, où le riff nous fait remuer la tête comme pas possible.

 

Les amateurs de Sludge / Noise crasseuse vont être servis avec ce Ura, qui possède beaucoup d'arguments pour vous scotcher durant ses 40 minutes. Hebosagil a un côté viking qui fait mouche, les finlandais savent poser leurs ambiances malsaines avec brio et maitrisent le chaos parfaitement.

photo de Pidji
le 13/11/2012

2 COMMENTAIRES

Sam

Sam le 15/11/2012 à 16:55:12

bah moi je trouve cet album pas franchement transcendant, voir carrément inintéressant...

pidji

pidji le 15/11/2012 à 18:28:57

Ah ouais ? Moi j'aime bien cette ambiance crasseuse

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019