Hentai Corporation - Mufta

Chronique Démo CD (28:44)

chronique Hentai Corporation - Mufta

Malgré l’arrivée récente de Schrodinger sur l’échiquier nawakophone (plateau sur lequel on trouve bien évidemment plus de fous que de cavaliers), la découverte la plus explosive – bien que tardive – que m’ait réservée l’année 2019 en matière de Metal cintré reste Hentai Corporation. Et sur CoreAndCo quand on aime, c’est sans modération – quitte à risquer l’indigestion, même pas peur. C’est pourquoi, après la chronique des 2 albums des Tchèques ainsi que de leur EP Dokktor Zaius, nous partons à présent explorer jusqu’aux plus lointains enregistrements du groupe, façon Les Aventuriers du Nawak Perdu. En commençant par leur toute première démo, Mufta, que même que Google Translate n’est pas foutu de trouver un sens à ce titre – à part en Azéri –, et que la chose n’a pas de pochette officielle – d’où cette photo d’époque, gracieusement fournie par le groupe himself (… itself? nawakself? Oh ça va hein…).

 

Mufta, ce sont donc 6 titres pleins de la fougueuse mais maladroite énergie de la jeunesse. On y trouve déjà ce Nawak Metal assez Rock’n’Roll, et largement imbibé de clavier, ainsi que – élément vital à la personnalité du groupe – le chant halluciné et hallucinant de Radek. Par contre, ouch!, la chose est encore en pleine construction, avec ce que cela sous-entend d’approximations, de choix pas toujours judicieux et d’ongles qui crissent sur le tableau noir. Commençons donc par régler leur compte à ces éléments qui disparaîtront par la suite, mais qui rendent un peu difficile l’écoute de ce premier jet. Le clavier d’abord, mis bien plus en avant que par la suite – ou bien est-ce le fait qu’il s’intègre moins naturellement au reste des instruments, ce qui rend parfois pénible ses poussées lead, notamment quand elles s’effectuent en mode « orgue Hammond »? Et puisqu’on parle de lead, l’un des points les plus pénibles de cet enregistrement tient en ces looooooongues minutes consacrées aux solos de guitare et de clavier – alors que bon, c’est quand même les interventions de Radek qui participent pour beaucoup à tirer les compos vers le haut. A ce titre le milieu de « Do You Waste Your Time? » (c’est de l’autodérision?), une bonne partie de la seconde moitié de « Rally of Crosses », et un gros morceau de la plupart des titres en passent par cette figure imposée... Et il faut avouer que c’est assez casse-bonbons!

 

Mais le pire du pire (à ne pas confondre avec le Peer2Peer), c’est encore le titre « Brainstorm ». Parce qu’autant chaque livraison d’Hentai Corporation incorpore un morceau de trve-luv-babe relativement réussi (« Call Me! Woman! » sur l’EP, « Lost In Tensions? » sur The Spectre, « Dancing with the Devil » sur Intracellular Pets), autant sur cette démo l’exercice se solde par la pire horreur qu’ai écrite le groupe. Les 7 minutes (!) de calvaire en question sonnent hyper cheap, les paroles donnent envie de se flinguer, le clavier dégouline de fluides poisseux… Même le chant réussit à se croûter violemment, entre autres sur des « Darliiiiiin’ » bien trop aigus. A oublier / zapper / utiliser pour faire fuir les oiseaux chapardeurs dans les vergers.

 

Maintenant, même s’il reste encore plein d’échardes dans le bois Hentai Corporation d’alors, on peut y trouver quelques bonnes choses. Le morceau d’ouverture par exemple, « In The Atmosphere », avec ses premiers pas très Gipsy Kingesques, et son feeling à la Waltari. Les tranches hystéro-mikepattonniennes qui ouvrent et ferment « Do You Waste Your Time? ». Le Rock à piano survolté d’un « Rally of Crosses » qui sent la pub pour Juvamine. Et les pointes Nawak – notamment vocales – disséminées sur « Sex Evolution » comme « Shower »...

 

Alors il ne fait pas de doute qu’à l’époque les loustics manquaient de concision, d’expérience et d’impact. Voire de clairvoyance même, vu que l’atrocité « Brainstorm » a été conservée sur la tracklist finale. Mais il est intéressant de déceler ici les ferments de ce que deviendra bientôt le groupe. D’autant qu’on devine que si celui-ci avait la volonté et les moyens de faire comme Dog Fashion Disco avec Erotic Massage – i.e. une grosse remise à niveau de compos datées et/ou embryonnaires –, ce Mufta aurait les moyens de devenir carrément séduisant. Profitons donc de cette fin de chro pour leur suggérer l’idée…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: première démo des hurluberlus d’Hentai Corporation, Mufta râpe sauvagement l’oreille. C’est sûr, à cette époque le groupe n’est pas encore passé à l’âge de la pierre polie. Mais derrière les approximations et autres fautes de goût, on devine la douce folie et les jumperies sexys qui donneront toute sa saveur à la suite de leur discographie.

 

 

photo de Cglaume
le 01/12/2019

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

One day as a lion - EP
Happy face - Le Tigre