KoRn - Korn

KoRn - "Korn"
chronique KoRn - Korn
Korn fut fondé en 1992 à Bakersfield. A cette époque, les deux guitaristes James Shaffer (Munky) et Brian Welch (Head), le bassiste Reginald Arvizu (Fieldy) et le batteur David Silveria évoluaient dans un petit groupe sans ambition qui s´appelait L.A.P.D. Mais quand ils rencontrèrent un certain Jonathan Davis, la donne changea. Ils le prirent dans leur groupe qu´ils rebaptisèrent Korn. Ce petit groupe de métal californien allait changer la face de la planète métal a jamais. En effet, après avoir écumé les salles de concerts californiennes pendant plus de deux ans, ils accouchèrent d´un album qui allait révolutionner le petit monde de la musique. Avec ce premier album Korn inventait un nouveau style que la presse s´empressa d´appeler « Néo-Métal ». Fini, les interminables solos, les guitares héros et autres ringardises du même genre. En l´espace de quelques mois des groupes comme Iron maiden ou Megadeth étaient devenu pour la plupart ringard et désuet.

Cet album fut produit par Ross Robinson, célèbre producteur ayant découvert la plupart des machines à tubes néo-metal (Korn, Slipknot, Amen, Limp bizkit...) réalisait ici une des ces meilleurs productions. Certaines personnes disent même qu´il est à l´origine de la scène néo. L´album relate les tourments internes de Jonathan Davis, qui avec des mots simples arrive à toucher le plus grand nombre. « blind », qui est le premier single du groupe, est l´hymne néo par excellence. Avec son intro et son riff entêtant (Largement inspirer d´un titre du premier Fear Factory), ses couplets inspirées et un break surpuissant « Blind » fait mouche. « Ball tongue » quant à elle est vraiment superbe. Elle pose les bases du néo à deux grattes. Ici, Head et Munky s´entendent à merveille. De plus Davis est carrément excellent sur le refrain. Dans « Need to » on ressent dans le break que la souffrance de Davis était bien réel. « Clown » qui est le dernier single de l´album, évoque encore et toujours les problèmes de Davis avec son entourage. « Divine » représente quant à elle ce qu´est un break typiquement néo avec son légendaire « Know what ! fuck you. I´m fed up with you. I´m not as good as you, I´m just better than you ». C´est ensuite au tour de « Faget » qui est le deuxième single du groupe d´arracher tout sur son passage. Les quatre breaks de cette chanson sont ici tous aussi hallucinants les uns que les autres. « Shoots and ladders », qui est le troisième single, instaure quant à lui le « Néo cornemuse métal » . Cette chanson est en partie prise d´une comptine américaine pour enfants.

Les quatre chansons suivantes vont dans le même sans que les précédentes. Elles posent les bases d´un style qui finira par se mordre la queue avec des groupes tels que Linkin Park et autres Saliva qui finiront par rendre ce genre musicale détestable. L´album se finit par « Daddy » qui parle d´un enfant violenté par son père. La chanson débute par une intro avec la voix de Davis (Mélodie largement inspirée de la partie guitare de « Paint in black » des Stones) et finit en un carnage sonore apocalyptique. Korn est depuis devenu l´un des mastodontes du métal mondiale en écoulant des millions de cds dans toute la planète. Mais ils ont perdu, au fur et à mesure de leur carrière, la spontanéité qui faisait d´eux un groupe à part.
le 26/12/2004

3 COMMENTAIRES

Dios Of Metal

Dios Of Metal le 18/02/2009 à 17:39:20

Un album tout bonnement énorme, même si je lui préfère issues d'une courte tête. ne ratez surtout pas ce disque culte considéré comme le premier album Néo.
Blind, Faget, Shoot And Ladders et surtout Daddy, que des perles.

Blind Russian

Blind Russian le 02/08/2009 à 14:00:08

Seules les mauvais langues pseudo true metal peuvent prétendre que Korn est un groupe de merde. Je suis personnellement un bon fan de néo (d'ailleurs Hybrid Theory de LP est un excellent album), et avec cet album, premier du genre, Korn se présente comme un maître incontestable dans le domaine. Il est impossible de ne pas accrocher aux riffs de Clown, Shoots And Ladders, Faget, aux hurlements de Davis; il est impossible de ne pas secouer la tête comme un petit néo-kid de 13 ans sur Blind ou Divine. Rien que les 15 dernières secondes de Helmet In The Bush valent la peine d'acheter cet album.
La seule chose qui pourrait manquer à cet album, c'est Twist, mais Life is Peachy est magnifique aussi.

Pandanlédan

Pandanlédan le 05/09/2014 à 12:04:05

Un album à part dans la discographie de Korn(même si Life is Peachy était pas mal non plus). 9/10 facile... Ball Tongue avec ces cris d'aliéné et cette fin où ça hurle en tapant sur un fut métallique! Need to, torturée mais pas autant que Daddy et son break ahurissant! Faget, Divine... A l'époque une révélation pour moi et sans doute encore l'album que j'aurai le plus écouté bien que je ne l'écoute guère plus depuis plus de 10ans! Pas aussi homogène qualitativement à mes oreilles qu'un "Adrenaline" des Deftones mais certains titres sont renversants.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019