Le Singe Blanc - Strak

Le Singe Blanc - "Strak"
chronique Le Singe Blanc - Strak
Une chose est sûre, avec un nom comme le leur, je m’attendais à quelque chose de loufoque….et je n’ai pas été déçu !

Voilà donc nos trois messins dans la platine et vient poindre le bout de son nez le premier titre « Onktoï ». Je vous le dis tout de suite, je ne parlerais pas des paroles car comme la tracklist le laissait présager, si nous ne faisons pas partie de leur monde, il nous est impossible de comprendre le sens des mots.
Musicalement ça démarre lentement, avec une section basse basse batterie bien groovy (non je ne me suis pas trompé, il y a bien 2 basses et une batterie dans cette formation...), pour nous mettre dans le bain….. Ce n’est pas vraiment déstructuré mais la mise en place est assez déstabilisante… Petit à petit on s’y fait et la rythmique comment à s’emballer. La structure du chant est elle aussi bien trouvée, le chant est limpide, pas de growl, pas de chant hurlé ici mais une voix très particulière, très audible qui ne ressemble à aucune autre (en tout cas que je n’avais jamais entendu auparavant).
Leur musique, d’ailleurs, pourrait faire penser à du Fantomas, par certains côtés notamment sur le titre « Zouk from the krypt » ou bien encore à du Magma pour ce qui est du langage inventé et pour certaine mise en place, je trouve qu’il y a un côté très prog 70’s dans leur approche.
« Gundrun » arrive à mes oreilles et c’est pour ma part « LE » morceau de l’album…..La basse du début amorce le morceau avec un riff bien alambiqué, qui revient plusieurs fois, le morceau progresse crescendo pour arrivé en apothéose à la fin, avec des cris aigus qui amène un côté complètement schizophrène au titre, tout comme le titre « Geluk tu chluk ».
« Ogar » et son côté très rock grunge des années 90, avec une bonne disto sur la basse, ou « Rashmoune »et son côté jazz/rock viennent apaiser en quelque sorte nos méninges dans le sens où la structure est un peu plus traditionnelle et qu’elle part moins dans tous les sens.

Les fidèles des morceaux en 4/4 , des refrains chantés ou les pro « je veux comprendre les textes sinon ça ne m’intéresse pas » ne sauront que faire de cet album, en revanche pour les curieux, les fans de Magma, Gentle Giant et de tout ce qui est déluré je vous conseille vivement ce « Strak » qui est pour moi une très belle découverte.
photo de Growl
le 22/11/2008

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019