Nolentia - May The Hand That Holds The Match That Will Set This World On Fire Be Blessed Above All

Chronique CD album (29:40)

chronique Nolentia - May The Hand That Holds The Match That Will Set This World On Fire Be Blessed Above All

Le gras, c'est la vie. Nolentia l'a bien compris et badigeonne son Grind Core furax d'un épais coulis de goudron depuis près de cinq ans. Si les débuts étaient plutôt timides, au fil du temps, ce trio Toulousain a forgé son identité et commence doucement à se faire une jolie réputation au pays du blast fou. Avec ce nouvel album aussi hargneux que graisseux, Nolentia enfonce le clou pour mieux vous secouer la cellulite. May The Hand That Holds The Match That Will Set This World On Fire Be Blessed Above All apporte un peu de fraîcheur adipeuse dans une scène qui s'endort parfois dans l'uniformité. Gros, gras, marécageux, ça sent la sueur et le vomi… on est comme à la maison.

 

Même s'il s'achève avant que l'on ait prononcé entièrement son titre, cet album fait partie des gros morceaux de ce début d'année 2013. Globalement, Nolentia reprend les choses là où elles s'étaient arrêtées sur One Loud Noise And It's Gone. On n'est pas trop dépaysés à l'écoute de ces dix sept nouvelles aubades qui dégobillent un Grind Core bien hargneux à la compote de Sludge ultra crasseux et gluant. On oscille entre Phobia, Brob, Siege et la grosse bedaine de Eyehategod ou Zozobra. Le mélange est redoutable, un peu comme si on épaississait sa bière avec du Baileys. Les premières écoutes peuvent déconcerter, on a pas l'habitude de se faire triturer les tympans avec autant d'originalité, mais au fil du temps on apprécie, on adhère, on adore et on se roule dans cette gadoue acide où l'aspect le plus grassouillet côtoie et s'accouple à merveille avec la furie d'un Grind Core en rut.

 

Nolentia continue donc sur la voie qu'il s'est lui-même créée, il transforme l'essai et parvient même a sur-pimenter son chili con carne. Comment? Difficile à expliquer... mais on a l'impression que tout ce qui faisait le charme de l'album précédent et de la demo de 2008 a été amplifié. Chaque détail a été peaufiné et l'originalité des débuts a atteint un degré de perfection assez fantastique.

 

Nolentia envoyait déjà la purée aux quatre coins de la galaxie grâce à son Grind aux pépites de Sludge... mais visiblement ça ne les satisfaisait pas: il ont donc poussé le bouchon encore plus loin! L'aspect Grind est donc nettement plus violent, plus primitif et massif. On se fait constamment fouetter les miches par des blasts épileptiques et des riffs vicieux. On se fait contamment gronder par un duo de voix d'ours... Gros ours bougon et petit ours méchant. Les dialogues grunts / vociférations, c'est certes classique mais ça fait toujours mouche... Bzzzz...

 

L'autre versant du groupe ne s'est pas rabougri non plus, puisque la musique de Nolentia est remuée de toute une myriade de plans grumeleux arrachés aux sphères Sludge et Hard Core craspec frôlant les rivages "Post-". Ainsi, entre deux séances intensives de pains dans la gueule on découvre des interludes qui pourront rappeler Superstatic Revolution ou Outlaw Order... Ca met en appétit, hein?!

 

Mais c'est pas fini... histoire de faire glisser ce très copieux May The Hand That Holds The Match That Will Set This World On Fire Be Blessed Above All, Nolentia l'accompagne de petits amuse-gueules confits dans la harissa et le napalm. En fouinant dans son assiette, on a le bonheur de dégoter ici un poil de Goregrind gerbouleux sauce Gored (le groupe Allemand) et là une giclette de Stoner sudiste trempé dans un nectar de Death Old School à la Entombed / Dismember. Tout est parfait, chaque atome est un bonheur...

 

Mais plutôt que d'essayer de vous décrire toute la richesse de cette galette des rois, je vous me contenterai d'un petit conseil:
alors pendant la récré, cours-y vite à Monoprix, achète ce disque, tu le trouveras près du rayon charcuterie... (celui qui retrouve la référence gagne l'intégrale de Jean-Pierre Mader)

 

Tout ça pour dire que pour se priver d'une telle tartine de talent, de hargne et d'originalité il faudrait être très très con.
 

photo de Cobra Commander
le 23/04/2013

12 COMMENTAIRES

Niktareum

Niktareum le 23/04/2013 à 10:37:32

Une bien bonne petite claque ce nouveau Nolentia. C'est pas très étonnant quand on connait le potentiel du groupe mais c'est vrai qu'ils n'y ont pas été avec le dos de la cuillère ce coup-ci. Ca blaste à tous les étages, c'est un régal !
Sinon vu que j'ai déjà l'intégrale de JP Mader je laisserai un inconnu gagner le jeu de la citation...

cglaume

cglaume le 23/04/2013 à 11:45:49

Au Macumba, Macumba, elle grin-de tous les soirs...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/04/2013 à 12:06:00

"Caradoc style" pour débuter une kro : la claaaaasse !!

Nekobibu

Nekobibu le 23/04/2013 à 13:39:04

Bon bah comme je ne possède pas encore l'intégrale de Jean-Pierre, je dirais LES INCONNUS - BIOUMAN.
Merci Cobra, j'attends mon colis avec impatience ! :)

Sinon, il défouraille, ce nouveau NOLENTIA ! :)

PogoTiM

PogoTiM le 23/04/2013 à 13:58:44

Du grind si bien enregistré ça change :) Quelle patate !

Kaotoxin

Kaotoxin le 23/04/2013 à 17:34:33

Un grand "MERCI!" à Cobra Commander et à Thrashocore!

kaotoxin

kaotoxin le 23/04/2013 à 17:36:24

COREANDCO, PUTAIN!
(vive la tête dans le cul!)
Je sors, en présentant mes plus sincères excuses :P

cglaume

cglaume le 23/04/2013 à 17:38:07

Ils sont fatigués chez Apathia Records...
Euh...
:)

Niktareum

Niktareum le 23/04/2013 à 18:08:48

Mouahahaha nous infiltrons les esprits !!!! ^^

kaotoxin

kaotoxin le 23/04/2013 à 19:25:45

Ahahahahah :)

Voilà, c'est de TA faute, Niktareum: j'ai vu ton pseudo et j'ai zappé! Mon vieux cerveau malade et fatigué s'est violemment fait manipuler par toi!

Par contre, ouais, je plussoie, Monsieur Glaume: ils sont pas nets, chez Apathia (surtout Jehan). Par contre, chez Kaotoxin, toujours au top (ou pas) :P

Cobra Commander

Cobra Commander le 24/04/2013 à 09:35:35

Tu parles de Jean-Pierre Mader dans une chronique de Grind et hop: ça frétille dans les calfouettes!

cglaume

cglaume le 24/04/2013 à 09:41:32

On a eu chaud que ce soir J-P à la sauce Madère: t'aurais parlé d'Alain Chanfort, à tous les coups on aurait eu le droit à un "Merci à Cobra et VS" ! :))

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements