Overkill - The Electric Age

Chronique CD album (50:27)

chronique Overkill - The Electric Age

En 2010, Ironbound nous avait magistralement extraits du marasme immobiliste où se trouvait (… où se trouve encore…) la scène thrash. Parce qu’à moins d’aller débusquer les pépites dans les recoins les moins bien éclairés du web, on ne peut pas dire qu’il était (ni qu’il reste) évident de trouver de quoi garder la foi en la matière, le moral étant un peu en berne entre l’essoufflement des totems du genre et l’impétueuse vacuité de la vague « Beaucoup de bruit pour rien » revivaliste. Nom de Dieu, que ça avait fait du bien de se faire ainsi botter le train et, dans le même mouvement, regonfler à bloc la chambre-à-air guitar! Mais c’est vrai qu’on se demandait quand même si, après 15 albums et 33 ans d’activité dans les pattes, Overkill réussirait à venir nous chiquer une nouvelle fois les mollets avec toujours autant de mordant, ou bien si ce formidable soubresaut ne serait qu’un ultime spasme avant un long repos bien mérité…

 

...Homme de peu de foi! Tu vois le gang du New Jersey marcher sur tes os, multiplier les pains et à lui tout seul ressusciter un style d’entre les morts, et tu restes dans le doute?! Allez, viens prendre ta baffe:

 

« THIS IS IT! Hey now, don’t it make you feel better… COME AND GET IT!!

THIS IS IT! Here we go, we’re going to fly… COME AND GET IT!! »

 

Arrrrgh, ça y est, je vois la lumière! Pardon Bobby, pardon DD d’avoir douté! Mais bien sûr: The Electric Age confirme, réaffirme la suprématie du groupe sur un genre moribond, et supprime toute résistance en enfonçant furieusement le clou bien profond dans nos tympans.  

 

Mais comment diable font-ils pour déborder d’une telle énergie, d’une telle hargne à leurs « grands âges » respectifs? C’est que, quand on est exposé au chant acrimonieux de Bobby Elsworth, on croirait entendre la manifestation teigneuse de cette révolte inhérente à la période où l’on s’extirpe douloureusement des années Biactol pour se manger les baffes de la vraie vie. Honnêtement, scène crust exclue, il est rare de sentir aussi vivement l'esprit combatif du punk chan-mé dans le metal traditionnel – alors que, on est d'accord, celui-ci devrait pourtant se tapir au sein de tout album de thrash de rue qui se respecte! Quand on se prend dans les gencives les excès de vitesse de « Come And Get It » ou « Electric Rattlesnake », tu le crois ça: on jurerait écouter un 2nd, voire un 1er album tellement ça pète les coutures de partout! Sauf que contrairement aux jeunes étalons qui piaffent et s’éparpillent, nos vieux briscards dosent expertement gros coups de pression, saine tension, violence et brusques accélérations. Et sur la ligne d’arrivée, ’y a pas photo: leur mélange de thrash aussi robuste qu’aiguisé, d’énergie punk bagarreuse et de groove rock’n’roll est sans appel, et aujourd’hui sans équivalent.

 

Certes, The Electric Age est peut-être un petit cran (…d’arrêt) en-dessous de l’éblouissant Ironbound, et – dommage – on y entend un peu moins clairement la basse barbelée de DD. Mais putain quelle grosse brochette de nouvelles tueries! C’est qu’il y a de quoi se ruiner les cordes vocales à hurler à l'unisson les refrains mortels de « Come And Get It », « Electric Rattlesnake », « Save Yourself » et autre « All Over But The Shouting ». Et la tripotée de soli à tomber (mentions spéciales à ceux de « Goog Night » – après la barre des 04:00 , ainsi qu’à la chevauchée fantastique concluant « Come And Get It ») vous rappelleront qu’il n’est pas d’hymne métallique qui se respecte sans guitare lead zébrant de sa lumineuse fulgurance la voûte tourmentée d’une rythmique grondante. Et puis « 21st Century Man » et son ouverture au lointain goût Maidenien, le "old bad guys" thrash’n’roll de « Black Daze » ou encore la superbe « berceuse » « Good Night » finiront de vous convaincre que The Electric Age regorge de tout ce qui fait le sel des excellents albums de thrash construits pour durer! Car contrairement aux albums kleenex vite écoutés-vite oubliés, The Electric Age est de ces skeuds vers lesquels on revient, de ceux qui marquent durablement.

 

Finalement, The Electric Age – au même titre que son aîné Ironbound – n’a que 2 gros défauts: il rend terriblement fades les sorties thrash récentes, et il donne un goût un peu amer à tous ces festivals estivaux qui ont oublié de programmer la wrecking crew sur leur affiche.

 

« Here we go, we’re going hiiiiiiiiigh! »

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: tu as perdu tout espoir. Pour toi le paysage métallistique n’est plus que djent quantique, deathcore Vivel Dop, post-black-bobo et folk-doom, plus quelques tristes pantins qui tirent encore sur les cordes des marionnettes du thrash sans autre succès que d’avoir l’air de guignols. Eh bien relève la tête et souris: avec Ironbound, et plus récemment The Electric Age, Overkill te prouve non seulement que ta musique préférée – le thrash bordel! – n’est pas morte, mais qu’elle est encore capable d’enterrer la concurrence!

photo de Cglaume
le 29/05/2013

16 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 29/05/2013 à 09:15:01

Un demi point en moins pour celui-là mais que je redonne au précédent

cglaume

cglaume le 29/05/2013 à 09:16:56

Ouais, tu l'avais noté salement sévèrement Ironbound !!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 29/05/2013 à 12:24:30

J'avais mes ragnagnas, ça compte pas

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 29/05/2013 à 12:26:01

Au fait, on dit : "homme de peu de foie" pour ceux qui ne supportent pas l'alcool.

sepulturastaman

sepulturastaman le 29/05/2013 à 12:36:43

Il y a une sortie récente qui mérite que tu poses tes cages à miel dessus c'est Ultra-Violence qui a sorti le très bon Privilege To Overcome.

cglaume

cglaume le 29/05/2013 à 13:10:25

J'ai acheté "Wildcrash" des mêmes en janvier, mais je ne m'y suis pas encore sérieusement intéressé... A suivre :)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 29/05/2013 à 13:14:20

Ultra-Violence ? J'ai été attiré il y a peu par ce nom, résultat : un gros bâillement

PogoTiM

PogoTiM le 29/05/2013 à 13:53:13

Sympa ta chro, par contre je ne comprends pas le début o.O
Ya pleins de groupes de Thrash qui déboitent en ce moment !!
Dans le genre Lost Society m'a mis une bonne ptite claque

cglaume

cglaume le 29/05/2013 à 14:14:47

Lost Society ? Point entendu... Le pb c'est que quasiment tous les groupes de la scène revival thrash m'emmerdent, et que les derniers albums des vieux de la vieille sont - en général - bien mais sans plus... M'enfin j'ai sûrement loupé des trucs ! :)

Niktareum

Niktareum le 29/05/2013 à 14:31:53

Excellent album effectivement même si "Ironbound" reste un poil de cul au dessus pour moi. En tout cas parmi les vétérans c'est clair qu'ils enfoncent la concurrence aisément.

Sinon le Lost Society est pas mal ouais, mais je suis pas sûr que ça t'en fasse mouiller ton caleçon te connaissant. ;)

cglaume

cglaume le 29/05/2013 à 14:56:20

Je vais économiser mes sous-vêtements alors :)

PogoTiM

PogoTiM le 29/05/2013 à 15:28:51

C'est vrai que les vieux groupes sortent des albums qui sont souvent sur-évalués.
A chaque fois c'est l'extase ! Mais après le nom du groupe sur la pochette yen a pas mal qui s'essouffle... Faut juste faire l'effort d'aller chercher ces ptits groupes qui ont une méga patate ! et c'est pas facile je te l'accorde
Aller je vous aide : Crisix, Pitiful Reign, Besieged, Injury ;)

cglaume

cglaume le 29/05/2013 à 15:49:43

Merci pour les pistes ;)

Niktareum

Niktareum le 29/05/2013 à 21:54:08

Pitiful Reign mouais c'est franchement très moyen, Injury c'est top (chroniqué sur Thrasho), Besieged de même (chroniqué bientôt), Crisix connais pô.
Sinon l'album des malheureusement feu Mantic Ritual déboite bien aussi. Et puis tu peux aussi jeter une oreille sur Mentally Defiled, Hellcannon, Satanika ou Mörbid Carnage. Y'a de quoi trouver ton bonheur cyril !! ^^

cglaume

cglaume le 30/05/2013 à 08:07:35

Des que j'ai épuisé le filon nawak, je me jette sur tout ça ! :)

PogoTiM

PogoTiM le 30/05/2013 à 12:09:06

Koul, Merci Nik !
Je vais tout d'suite me jeter ça dans les oreilles ;)
(Ah oui et j'allais oublier un groupe essentiel : les grecs de Chronosphere !!!)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021