Shaârghot - Vol. 1

Shaârghot - "Vol. 1"
chronique Shaârghot - Vol. 1

Mister Shaârghot est un personnage intéressant. Fraichement débarqué au sein de l'humanité, cet étrange croisement entre Deadpool et Alex d'Orange Mécanique, en voit les membres (nous) comme des "Shadows". Sa mission: foutre le bordel et nous faire danser jusqu'à la transe, même malgré nous. Ses armes: un concept à la fois visuel et auditif, les deux travaillés à égalité, l'un considéré comme le support de l'autre. Entouré de deux âmes mortelles pour l'aider à mettre ses idées en musique. Et cette dernière se doit d'être forte pour coller à une imagerie si développée. Le son se veut massif, et  dans l'ensemble il l'est, mais les guitares manquent parfois de puissance et l'électronique, part importante de l'identité sonore, semble se superposer à l'ensemble plus que s'y fondre.

 

Musicalement, on est en présence d'un metal indus' qui emprunte l'aspect martial de Rammstein, le côté dégueulasse de Ministry, l'énergie techno punk de Punish Yourself et le groove dancefloor dévasté de Prodigy. Passé au shaker Shaârghot, le cocktail remplit son office, faire remuer son booty et rouler des épaules de n'importe quelle bernique neurasthénique avec un sens mélodique que ne renierait pas Mass Hysteria. Mais la mixture souffre de la présence trop forte en bouche de ses ingrédients: l'intro du morceau d'ouverture calquée sur celle de "Rammstein" des Allemands musclés, ou le riff de "No Solution" pompé sur "Firestarter" de Prodigy...  En résulte une naïveté candide qui participe cependant pleinement au charme de ce premier opus, qui n'en demeure pas moins diablement efficace dans son rôle premier.

photo de Xuaterc
le 05/01/2016

4 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 05/01/2016 à 12:48:39

Je connais un lecteur occasionnel du 'zine qui est bien fan ('parie qu'il psitera dans le coin d'ailleurs ;) )

cglaume

cglaume le 05/01/2016 à 12:49:09

POSTERA, pas 'psitera' (arf)

mcmetal

mcmetal le 05/01/2016 à 12:50:24

oui c 'est possible ,moi j ai adoré ,l 'avis est assez juste mais contrairement a 90 % des albums du style où on trouve un coté linéaire ,là les morceaux se veulent diversifiés pour de l 'indus, gros coup de coeur

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 09/01/2016 à 19:00:30

Entre Bile et Hocico (miam

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements