Shaolin Death Squad - As You Become Us

Shaolin Death Squad - "As You Become Us"
chronique Shaolin Death Squad - As You Become Us

Le moine Shaolin ne se précipite jamais pour porter son coup. Posé, réfléchi, mesuré, il observe, attend, et quand enfin se présente le moment propice, il frappe précisément à l'endroit visé, avec un impact maximal. Et il semblerait bien que, assez logiquement, ce soit également le mode opératoire des Texans de Shaolin Death Squad. Car leurs sorties sont aussi marquantes qu'elles sont peu fréquentes – le dernier vrai album, Five Deadly Venoms, est sorti à une époque où la gauche avait largement remporté les élections régionales... C'est dire! Quoiqu'en cette fin 2015 le groupe ne mette pas vraiment un poing d'honneur a nous faire cracher la totalité de nos dents. En effet, cette nouvelle offensive n'est menée qu'avec 2 doigts, façon “Je vise les yeux”, au moyen d'un EP proposant 4 titres et une reprise. Et à cette occasion les frères O'Hearn nous invitent à devenir l'un des leurs au moyen du masque d'Anonymous que la pochette semble nous inviter instamment à utiliser (… mais au fait: peut-on devenir un Shaolin Death Squad si dans la même année on a déjà été Waltari?).

 

Premier constat: les années passent, mais les moines ne changent ni ne lassent. La musique de nos amis reste donc ce Metal progressif de velours, souvent un peu retors mais ménageant de grandes bouffées d'oxygène et de superbes refrains, plus quelques poussées growlées – histoire de rappeler que malgré l'étiquette “Progressif”, le groupe ne fait pas dans le “Metal petits fours / champagne”. Si l'on retrouve donc bien ici nos petits, il faut par contre reconnaitre que le label “Nawak” n'est plus vraiment d'actualité, l'approche restant certes “Free Style”, mais pas non plus “Bozo le Clown.

 

A peine enfilé le masque de la couv', on se fait bousculer par le début psychédélique du morceau-titre, pour dériver ensuite de couplets en breaks parmi les méandres d'un morceau qui nous aborde de guingois, tout en nous caressant avec une douceur que ne renierait pas Devin Townsend. Puis “Infamy” sort le grand jeu à l'aide d'une guitare ample et puissante qui, alliée à un piano et quelques zigouigouis électroniques, nous emmène par monts et par vaux à travers de superbes paysages balayés par les vents. Et les Texans d'enchaîner avec ce qui va sans doute devenir le morceau préféré des fans: le très accrocheur “Race of the Thinkers”, qui plante profondément dans le mou de notre bulbe rachidien son “There are too maaaaany peeeeople heeeeeere”. “Tale of the Peacock” continue dans la grande tradition des tortillons ouatés, mais marque tout de même les esprits à mi-parcours grâce à une belle incursion dans les arabesques du Metal oriental. Et comme souvent sur ce genre de sortie apéritive, c'est une cover song qui fait office de voiture-balais. Pour la petite histoire, je ne connais pas exhaustivement la discographie de Queen – et notamment pas son pourtant célèbre A Night At The Opera. Du coup, lors des premières écoutes de “Death On Two Legs”, je me suis d'abord dit que Toehider et Shaolin Death Squad avaient vraiment de plus en plus de choses en commun... Avant de trouver qu'à ce niveau de mimétisme, la formation avait sans doute plutôt voulu rendre directement hommage au groupe de F. Mercury. Les connaisseurs me lanceront les tomates pourries que – pour le coup – je mérite... En tous cas, vérification faite, cette version réactualisée est très fidèle à l'originale, tout en rentrant parfaitement dans l'habit du moine chinois.

 

Caractéristique de la patte Shaolin Death Squad, As You Become Us offre exactement ce que l'on était en droit d'attendre de cette institution du Metal barré. S'il n'est pas tout à fait aussi époustouflifiant que le 1er EP éponyme, ce superbe nouvel ajout à la discographie du groupe fera facilement fondre les fans, foi de fglaume! ('m'auraient pas pété une infivive au paffave, les vils fournois?)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: De retour après une longue absence de 5 ans (… si, c'est long, d'abord!), les moines texans nous reviennent avec un EP dans le droite ligne (“droite”? Pour du Prog facétieux?) de ce qu'ils nous avaient proposé jusqu'ici. Et c'est toujours aussi bon, bien que peut-être encore moins Nawak qu'auparavant...

photo de Cglaume
le 18/02/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements