Sofy major - maxi

Sofy major - "maxi"
chronique Sofy major - maxi
L’opus précédent de Sofy Major m’avait laissé sur ma faim… Sans en refaire la chronique, ce disque se noyait quelque peu dans l’infinie multitude de groupes du genre screamo noise bla bla… Pas assez bon pour vraiment s’en dégager, pas assez mauvais pour que l’on en ait un mauvais souvenir. Oui, c’est une triste réalité : il n’y a pas assez de place dans ma mémoire (et dans mon cœur) pour tous ces groupes qui font de la musique cool, qui sortent des disques et qui bouffent de la route. J’en suis le premier navré.

Cela dit, tout ça n’est pas une fatalité. La passion n’a pas besoin du talent, mais le talent a besoin de passion. Et la passion, les clermontois de Sofy Major en ont à revendre ! Il suffisait d’attendre le talent, hein. Et même si le groupe n’a a ce jour sorti aucun véritable album, c’est vraiment jouissif de voir des groupes devenir vraiment intéressants d’un disque à l’autre. Jouissif mais frustrant dans le cas de Sofy Major. En effet, on est pas vraiment gâté : pour faire suite à un ep et à une poignée de courts split, Sofy Major nous sert un… maxi… soit un format encore plus court que l’ep puisqu’il ne comporte que 4 titres !

Sofy Major a évolué et nous pond des compos bien plus mémorables et intéressantes que par le passé, à la fois plus rock n’roll et plus sombres. On soulignera surtout la plus grande simplicité des compos sans parler de l’efficacité qui va avec. Par exemple Meurtre à Lezoux, première chanson de ce maxi, nous rentre direct dans le cerveau avec son riff d’ouverture inoubliable. Certes, la base screamo/hxc du groupe demeure, voire se fortifie, mais se faisant, elle se fait plus punk, plus directe. D’un autre coté on se retrouve aussi avec une plus grande place laissée aux ambiances plus nuancées et aux expérimentations. Deux titres sur quatre (oui, la moitié) sont clairement plus dans cette veine : enchevêtrements d’accords poisseux accompagnés de larsens et de samples inquiétants… encore une formule utilisée dans leur album précédent, mais avec moins d’aisance et de pertinence.

En bref les Sofy Major continuent de creuser les sillons qu’ils on entamés depuis quelques années, quitte à partir dans des directions plus extrêmes, voire opposées. Mais c’est fait avec classe, talent et finalement passion. On entend rien de moins qu’un véritable album pour pouvoir apprécier à sa juste valeur la profondeur d’un tel groupe sur au moins une demi heure… ça commence à devenir un minimum !
photo de Swarm
le 17/04/2009

5 COMMENTAIRES

clem

clem le 17/04/2009 à 15:24:41

commencer la chronique avec une faute sur le nom moi je dis ca craint :)

clem

clem le 17/04/2009 à 15:25:36

commencer la chronique avec une faute sur le nom du groupe, moi j'dis que ca craint. mais mis à part ca, bonne chronique et bon skeud

Pidji

Pidji le 17/04/2009 à 16:08:23

Ahahah énorme, je corrige ça de suite !

swarm

swarm le 21/04/2009 à 11:16:25

Y avait une fôte?!? oups!

warkry

warkry le 21/04/2009 à 14:45:27

album ! vite !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements