Yog - Half the sky

Yog - "Half the sky"
chronique Yog - Half the sky

J’ai toujours bien aimé Yog mais jamais assez je crois pour me plonger dans un album avec mes petites lunettes sur le nez et mon petit dictaphone à la main (non, sérieusement en vrai, je fais jamais ça). Bref, je me suis jamais vraiment plongé sur ce groupe probablement parce que depuis pas mal d’albums de Dillinger Escape Plan, les machins très violents et très déstructurés ont tendance à froisser ma sensibilité de trentenaire.

 

Au final, je ne sais pas vraiment ce que j’ai raté mais avec ce fameux Half the sky, dernière fournée des suisses (encore eux ?!?), j’en ai un petit aperçu. Dès les premières écoutes, force est de reconnaître que ça passe plutôt pas mal ce bordel là. Alors ouais, c’est éreintant, ça t’enchaîne 10 plans à la minute, ça change de métrique toutes les 3 mesures, ça braille dans tout les sens et ça semble s’évertuer à te foutre à genou à chaque putain de break, mais loin d’être rebutante, la démarche séduit. Peut grâce à un petit je ne sais quoi mélodique qui fait défaut à 99% des groupes du genre. Peut être aussi grâce à un certain décalage esthétique par rapport aux scènes grind et hardcore… Je serais d’ailleurs prêt à parier une couille que les lascars eux même n’ont pas grand chose à branler de la scène à laquelle ils appartiennent (quand tu cites Converge, Pig Destroyer ou encore Napalm Death dans ta bio, ça me semble en tout cas bien être le cas). Mais plus remarquable encore, on a la très nette impression que les suisses s’évertuent à pondre des compos cohérentes malgré la richesse abusive de ces dernières. En bref, tout semble à la fois très réfléchi et très instinctif et je crois bien que c’est cette équation qui fait qu’un album de cette veine puisse être un tant soit peu digeste (enfin, pour mes oreilles de trentenaire, hein).

 

Bon pour conclure et comme j’ai pas non plus envie de rédiger un essai sur les mesures asymétriques, je ne me lancerai certainement pas dans un track by track mais dites vous bien que le cœur y est. Dites vous aussi que si vous avez envie de vous faire dégommer la tête avec autre chose qu’une usine à blast beats sans fin et sans avoir à vous cogner des kilomètres de cris de porcs qu’on égorge, Yog doit certainement être fait pour vous.

 

photo de Swarm
le 24/05/2012

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/05/2012 à 18:42:38

Dans l'oeuvre d'Howard (le pôpa de Conan), Yog est l'affreux vilain pas beau dieu des cannibales de Darfar.
Info qui sert à rien certes mais apparemment si leur patronyme vient de cette provenance, il semble ne pas l'avoir volé !!
Vais essayé tiens !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019