BENIGHTED - Interview du 22/06/2004

BENIGHTED (interview)
 
Peux tu nous présenter le groupe ?
Benighted existe en fait depuis plus de 6 ans. A la base, ce n’était que le projet parallèle de musiciens issus de formations de métal extrême diverses puis c’est rapidement devenu notre priorité à tous, si bien qu’on a laissé tomber nos autres groupes pour se consacrer entièrement à Benighted. Nous avons sorti 3 albums depuis nos débuts, à savoir « Benighted » notre premier album auto-produit qui est sorti en 2000 et qui nous a permis de signer chez Adipocère Records, puis « Psychose » en 2002 et enfin « Insane Cephalic Production » qui est sorti cette année.

D’ou vient le nom Benighted ?
Ce nom veut dire « surpris par la nuit », c’est une métaphore dont on se sert pour symboliser le monde parallèle dans lequel vit le psychotique. Le nom du groupe est en lien direct avec notre concept.

Peux tu nous en dire plus sur l’univers de Benighted (paroles, musique…) ?
Notre thème général tourne donc autour des pathologies psychiatriques, chaque album ayant un concept qui lui est propre et qui est en harmonie avec la musique. Concernant notre musique, elle est difficile à cerner car elle regroupe beaucoup d’influences autour d’une ligne directrice brutal death. Nous privilégions l’efficacité des morceaux car nous sommes avant tout un groupe de scène.

Peux tu nous en dire plus sur le dernier album en date (ICP) ?
C’est le meilleur album qu’on ait sorti, que ce soit au niveau de la qualité des compos qui sont très brutales et directes et où chacune garde son identité propre, qu’au niveau de la production qui est bien supérieure à tout ce qu’on a pu faire auparavant. Nous avons enregistré cet opus au Kohlekeller Studio en Allemagne et nous sommes très satisfaits du son de « ICP ». Le concept de cet album tourne cette fois autour des maladies mentales de l’enfant et de la femme enceinte.

L’évolution entre le 1er album et le dernier est flagrante !
L’influence black metal était beaucoup plus présente sur le premier album, et notre côté death s’est beaucoup accentué au fil de nos albums. Notre musique suit une évolution logique en accord avec le thème des albums, on aime surprendre et on n’a pas envie de se répéter. On fait de la musique extrême en restant en accord avec l’identité de Benighted.

Pourrais tu présenter Benighted en quelques mots a quelqu’un qui ne connaît pas la scène Death ?
C’est un groupe de 5 jeunes gens sympathiques qui jouent une musique très rapide et brutale avec des voix outre-tombesques et une batterie supersonique.

D’ailleurs pour toi, comment te sens tu sur cette scène ?
C’est une scène que j’apprécie énormément car on ne se prend pas la tête, on cherche à faire la meilleure musique possible et on rencontre des tas de groupes intéressants. La mentalité death grind nous correspond tout à fait, on prend tout ce qu’il y a de bon à prendre.

Comment se passe les tournées ?
On a en plus des différentes dates et festivals prévus cet été, une tournée de deux semaines en octobre novembre avec nos potes de Destinity et Furia. C’est Adipocère qui organise cette tournée et ça va être de la tuerie non-stop !!! On est impatients d’y être !

Est-ce dur pour la vie privée ?C’est toujours difficile, dans la mesure où tu as un boulot à côté, de poser des jours pour les concerts. Benighted nous demande énormément de temps et d’énergie mais ce groupe est une telle motivation pour nous qu’on essaie toujours de s’arranger pour être disponibles. On a un planning super chargé jusqu’à fin 2005.


Vous participez au FuryFest, étant un groupe phare de la scène extrême comment appréhendez vous ce festival ?
Au moment où je t’écris, je suis à deux jours de partir pour ce festival, tout est prêt et on est paré à se vider les tripes sur scène. Un évènement de cette taille pour le métal, c’est un privilège et on va donner tout ce qu’on a !

D’ailleurs que pensez vous de ce festival ?
Je suis heureux qu’il y ait en France des mecs ayant suffisamment d’ambition pour réaliser un festival de cette taille. Vu l’affiche, il y en aura pour tous les goûts et celui qui n’y trouve pas son compte ne peut pas se prétendre fan de musique extrême !

Revenons au groupe, a-t-il été dur de vous faire une place ?
On a eu cette chance d’être repérés très vite par Adipocère Records, si bien que les choses sont allées très vite. Ca nous a demandé beaucoup d’efforts et de travail mais on ne regrette rien. On a pu progressivement se faire un nom et notre musique ne cesse de progresser, donc on continue à fond ! Je te rassure, on a eu bon nombre de plans galères et je pense qu’on en aura encore d’autres. Ca fait partie du jeu.

Avez vous de bons contacts avec votre label ?
On a d’excellentes relations avec Adipocère, ils ont fait beaucoup pour nous puisqu’ils nous font confiance depuis le début. Leur investissement à notre égard ne cesse de croître, donc ça le fait !

La distribution de ICP se passe-t-elle bien ?
Pour l’instant, les cd se vendent très bien, cet album semble avoir eu un grand impact sur la scène extrême et on a maintenant des contacts partout dans le monde.

Auriez vous un dernier mot pour les lecteurs du Webzine ?
Tout d’abord, un grand merci à toi pour cette interview ! On invite tous les lecteurs à venir nous voir sur scène et à découvrir l’album si ce n’est pas encore fait ! A bientôt ! Stay fucking brutal !!!!

photo de Bender
le 06/02/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019