MORGUE - Interview du 30/09/2004

MORGUE (interview)
 
Peux tu nous présenter le groupe ?
MORGUE existe depuis 1997. De cette époque, il reste deux membres originels. Jean-Michel à la batterie et moi-même à la guitare. On a commencé le groupe en voulant tout casser; les groupes français de l'époque, certaines personnes du fanzinat, tout quoi... c'était vrai car nous étions en colère contre les gens issus de cette scène française. Alors notre réaction était de vouloir la 'casser' et revendiquer notre non-appartenance je pense que la scène imposait une attitude telle à cette époque de la fin des années 90. Avec le recul, nous aurions pu être un brin moins catégorique... Ce fut à un point tel que nous nous sommes bien séparés de la scène française jusqu'à ne plus savoir ce qui s'y passait. C'était encore difficile de percer avec ton groupe, je ne dis pas que c'est très facile maintenant mais tout est plus abordable. Car je pense que tout a bien changé du au fait que la musique est très accessible. Monter un groupe est réalisable rapidement, presser un skeud coûte minimum 1.000 euros et l'enregistrement numérique est accessible et meilleur marché qu'un studio analogique. Alors je pense que ceci joue comme un effet de booster. Malheureusement, l'expérience te fait vite savoir que ce qui prime ne réside pas là-dedans quand tu montes un groupe... la création, les gens, et plus matériellement, ce que tu peux espérer faire en tant que musiciens parmi les centaines de groupes qui sortent des skeuds tout les jours. Quand ca fait presque 8 ans que tu évolues là-dedans, c'est une question qui te travaille... ou est la légitimité de notre longévité? et quel est ce but qui devient plus flou au fil des années?

Comment explique tu votre début de carrière aux Etats Unis ?
Une partie de la réponse se trouve ci-dessus. La hargne et la persévérance de nos débuts a permis une telle chose. Quand tu ne te sens pas appartenir, même un peu, à la scène de ton pays, tu vas voir ailleurs. Ensuite, c'était une époque ou personne dans le groupe n'était encore attaché à une famille. Aucun lien sentimental sérieux et durable. Les états-unis nous ont bien ouverts les bras car la France nous boudait très certainement peut-être que notre attitude y était pour quelquechose!!)... ou bien nous n'étions paspatients!! D'ailleurs nous ne pouvons pas dire que cela marche mieux pour nous aujourd'hui...certes nous jouons des salles avec plus de capacité et de moyens techniques, noustournons, nous n'avons pas de problèmes pour sortir nos albums mais la même hypocrisie del'époque existe encore et certains pensent que notre revendication underground nous défendsde gueuler contre des injustices de la scène. Non. L'underground est aussi pourri que sonmacrocosme mainstream. On retrouve le même foyer d'opportunistes et de personnes qui sesont trompés de route.

D'ailleurs d'ou viens votre nom : MORGUE ?
C'est Max, chanteur/guitariste de 1997 à 2003, qui l'a choisi. Ultra brutal et gore.

D'ou vient votre inspiration pour vos textes dit « gores » ?
Ils n'appartiennent qu'à notre album 'Artgore' et notre mcd 'Bonecrunch'. Aucune inspiration sérieuse à la Mortician. Moi ca m'a toujours fait rire.

Quelles sont vos influences ?
La liste s'allonge d'années en années. Pour Morgue, je dirai Nasum, His Hero is Gone, Cattlepress, etc, à nos débuts, c'étaient plutôt Disgorge, Deeds of Flesh, Dead Infection, Immolation, Deathrune, Sepsism, Dislocation, Embalmer, etc, nous écoutons encore ces groupes là qui sont pour nous des groupes cultes' de la scène brutal death de la fin des années 90 mais nous ne recherchons plus les nouveauxgroupes qui vont monter dans la scène. On fouine plutôt du côté de tout autre style musical;ambient, noise, rock, hardcore, trip-hop/electro, jazz, etc... en résumé, tout ce qui réveille desémotions en nous.

D'ailleurs d'ou viens l'utilisation des samples sur There was a smell of frying / Unifying Bone crunch and artgore ?
Evil Dead et Harry.

Sur votre dernier EP on peut entendre que vous avez (encore) changé de chanteur,mais cette fois ci, c'est plus une voix dite “Hardcore”, une voix plus criée, pourquoi ces changements ?
C'est la première fois que nous changeons de chanteur!!! Max et moi chantions depuis le début. Je lui ai laissé le chant seul en 2001. Et c'est Abel qui le remplace maintenant. Max a en revanche changé sa voix sur l'album 'The process to define the shape of self-loathing' sur Adipocere rcs,marquant ainsi la fin des voix gutturales chez Morgue. Pour ce qui est de la raisonde ce changement, c'est qu'on préfère. Et puis sommes passés du 'si' au'la' pour enregistre notre deuxième album, nous avons changé de type de voix... car ce n'étaitpas la peine de rajouter plus de grave que la musique en avait déjà!!... c'est aussi unequestion de cohésion avec la musique, de dynamique et d'ésthétique.

D'ailleurs nous avons pu constater ce changement lors du FuryFest 2K4, est-ce que le public d'après vous a été bien réceptif a ce changement ?
Je ne sais pas. Je sais que beaucoup ont trouvé sympa l'idée des deux voix sur 2 morceaux. Ils ont surtout apprécié Abel qui est dans le même registre de voix qu'utilise Morguedepuis 2002, mais justement, le public n'a pas découvert cette voix au Fury!! Max chantait ainsi depuis 2002!!

Est-ce que les ventes de Barbed wire cranium se portent bien ?
Il est en vente en magasin depuis ce mois-ci (septembre) donc c'est court. Nos ventes augmentent toujours et ne régresse pas, donc ca nous va. Si tu veux un ordre d'idée on a vendu 1.000 ex du split 7 avec Last days of humanity, 3.000 copies d''artgore', 1500 du mcd 'Bonecrunch', 1.800 de 'The process...' depuis ca sortie et le premier pressage de 'There was a smell of frying' (1000 copies) est presque épuisé. On ne fera jamais de bénéfice sur ventes avec le groupe et on en est bien conscients. Je suis content de ces chiffres là. Cela prouve que tu joues aussi pour un bon paquet de gens et que ces chiffre sont les chiffres d'un groupe qui est connu dans l'underground métal. Si la presse nationale nous couvrait, on pourrait doubler ces chiffres à mon avis mais il n'en ai pas question, pas comme eux le concoivent en tout cas.

D'ailleurs pouvez vous nous en dire plus sur l'enregistrement, les ventes, etc ?
Ce cdep présente les deux derniers titres composés avec l'ancien line-up plus deux reprises. Une d'Unsane et une d'Embalmer. 4 titres en tout qu'on propose à un prix attractif puisqu'il coûte seulement 5 euros de la main à la main et pas trop cher dans les magasins via Overcome. 2 nouveaux titres donc qui marque aussi la fin de la période avec Max. Période qui a duré 7 ans. C'est en quelque sorte un avant-goût de l'album sur lequel nous travaillons entre les différentes tournées de Superstatic Revolution et les enregistrements. Aucune date précise de sortie, ca se passera courant de l'année 2005. Quant à la musique, qui sait ce qui pourrait sortir de la 7 cordes accordée en 'La 'cette fois-ci?!!

Est-ce que les alternances avec Superstatic Revolution ne sont pas fatigantes ?
Cela n'a jamais été fatiguant d'alterner les deux du fait que nous avions le même line-updans les deux groupes. Superstatic revolution sort son premier album en février 2005 avecune formation trio beaucoup plus direct et 'raw' que lors du maxi 'We kneel in the pews...'avec des guitares plus précises, un chant plus mordant et une assise basse/batterie beaucoupplus prononcé que par la passé, c'est l'évolution normale du au trio. Morgue continue aussien quatuor avec une seule guitare. L'idée de recruter un second guitariste est d'actualité. Ca devient quand même plus difficile maintenant car les line-up diffèrent. Le nouveau chanteur de Morgue (aussi chanteur de Spinning Heads) habite à 100 kms au sud de notre ville. Donc les répètes sont calées bien à l'avance. C'est aussi plus difficile à ce point de vue car avant nous pouvions répèter n'importe quel groupe quand on le voulait et même les deux dans une répète. Ce n'est désormais plus possible.

Suivez vous l'évolution de la scène Grind, voir Death Française ?
Non plus du tout. Nous connaissons a peu près les noms des groupes en lisant mags et fanzines mais nous ne les écoutons plus trop. Le death est arrivée à saturation et n'offre plus rien d'interessant pour nous en tant que fan de musique. Nous continuons à suivre les grands noms par contre comme Immolation, Gorguts, Angelcorpse, et ceux qui existaient aussi à nos débuts. Malheureusement, ils sont tous étrangers, sans exception.

Avez vous un regard sur le marché des musiques extrêmes en France ?
Oui parce qu'on s'y trouve un peu. Mais nous évoluons davantage dans celui qui reste underground. Nous n'avons pas assez d'exposition médiatique en presse nationale pour évoluer dans le marché 'mainstream' des musiques extrêmes à part quelques chroniques dans les magazines métal grand public. Si ca nous arrive, tant mieux, ca nous ai déjà arrivé d'ailleurs comme une interview dans Metal Maniacs aux USA mais ce n'est pas une cible prioritaire de promotion. Une interview passe encore, mais la publicité dans les magazines est hors de prix. Ce marché est similaire aux autres, en constante recherche d'exposition. Si ton label ne t'expose pas dans les mags grand public, tu ne vendras pas de cds dans les magasins grands publics. Le nouveau cd de Morgue se retrouve à un bon prix dans les chaînes de magasin, mais c'est parce que je l'ai fixé moi-même en acceptant une baisse. Je pourrai le vendre à mon distributeur 2 fois plus cher et ils se retrouverait par voie de conséquence 2 fois plus cher en magasins.

La création de votre label est due a cette « crise » ?
Non. Elle est due à une envie personnelle en premier lieu. On a certes le désir de tout controler, mais il arrive un point ou ton status de petit label indépendant à quand même besoin d'argent pour au moins continuer à sortir des cds. Mon but n'est pas d'empiler les sorties les unes sur les autres, il faut une évolution et elle se fait par elle-même. On travaille mieux qu'avant, on est devenu des clients d'autres bôites avec qui on travaille comme notre presseur ou bien la boîte qui nous imprime tout nos flys, stickers, t-shirts... ou bien les magazines indés chez qui on annonce, etc... ils sont devenus, à notre échelle, des partenaires avec qui bien sûr tu parles argent. Ce qui montre bien que l'on ne peut pas rester totalement en dehors du 'music business'. A notre échelle, on s'y trouve déjà dedans!! Rester honnête et bosser avec des gars qui ont encore l'amour de la musique comme letmotiv. C'est important pour nous. En tant que président de Basement Apes, j'accepte les règles du jeu mais je ne suis pas dupe.

Aimez-vous le cinéma ? Si oui, quels sont vos genres prédilection ?
Oui de plus en plus. Je veux dire que j'y vais de plus en plus car j'ai la chance de vivre dans une ville moyenne ou la place de ciné est à 4.50 le mardi soir, 5.00 le mercredi et puis ma copine adore le cinéma...

Merci de nous avoir donner de votre temps, un dernier mot ?
Merci à vous surtout. N'hésitez pas à aller visiter nos sites pour plus d'infos et savoir ou on joue. www.morgue.fr.st / www.superstaticrevolution.fr.st / www.basementapesind.com
Prochaine sortie sur Basement Apes en co-prod. avec Radar Swarm, le cd de Spinning Heads qui compte dans ses rangs le nouveau chanteur de Morgue et le batteur de Tantrum. Une redéfinition de la lourdeur et du post hardcore noise enregistré et mixé par Serge Morattel. Le nouveau cd de Membrane 'Utility of useless things' en décembre et le nouveau Superstatic Revolution 'Goodbye Mr Wanton' en février suivi d'une tournée avec Membrane en février puis des séries de dates de mars à juin.
A bientôt!!
photo de Bender
le 10/03/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements