Year Of The Knife - Interview du 10/10/2020

Year Of The Knife (interview)
 

Year Of The Knife est un combo relativement jeune. Pouvez-vous nous parler de l’histoire du groupe ? Comment se sont rencontrés ses membres ? Aviez-vous déjà à l’époque pour envie précise de former un groupe de Metalcore ?

Brandon, Tyler et moi-même sommes devenus amis quand nous avions environs 14/15 ans, nous nous sommes rencontrés dans la ville de Delaware dans un lieu qu’on appelait la Grange. Nous avons grandi ensemble et allions ensemble à des concerts là-bas. Aaron et Andy sont jumeaux, nous les avons rencontrés, il y a 5/6 ans en allant à des concerts avec des connaissances que nous avions en commun. A l’origine, le groupe n’avait pas ce line up, nous n’avions donc pas l’intention de jouer ensemble, néanmoins ce line up est certainement le plus solide.

 

J’aimerais savoir comment vous en êtes venu à écouter ce style de musique et à vous impliquer dans cette scène ? Qu’est-ce qui vous a séduits dans la musique Punk-Hardcore ?

Il y avait des concerts quasiment tous les week-ends à la Grange, avec des groupes évoluant dans toutes sortes de genres. J’allais à tous les concerts mais le hardcore, le metal et le death metal ont toujours résonné en moi. Ces genres sont viscéraux et transmettent de l’émotion autant par la musique que par les paroles, que j’adore. Je suis aussi tombé amoureuse des expérimentations à la guitare et à la basse, et des sonorités que l’on retrouve dans la musique Heavy.

 

C’est quoi les ingrédients pour faire un bon disque metalcore comme Internal Incarceration ?

C’est amusant parce qu’on ne se considère pas comme un groupe de metalcore. Internal incarceration c’est du death metal influencé par le Hardcore. Je pense que les bons ingrédients pour faire n’importe quels disques sont avant tout l’inspiration, combinée à de l’innovation. Tu ne veux pas juste régurgiter la musique qui existe déjà mais t’inspirer de nombreux groupes pour apporter ensuite tes propres idées et faire quelque chose de neuf.

 

On ressent beaucoup la filiation avec Converge sur Ultimate Agression et peut-être encore plus sur Internal Incarceration. Mais au-delà de Converge quels sont les groupes qui vous ont le plus influencés ?

Converge est bien évidemment une influence majeure pour nous. Cannibal Corpse, Cold As Life, Morbid Angel, Slayer

 

Que pensez-vous de la scène Punk-Hardcore française ? Avez-vous prévu de venir par chez nous quand les temps seront plus favorables pour tourner ?

Nous avons joué quelques fois en France et notre dernier concert à Paris avec Worst Doubt reste mon meilleur souvenir de concert. Nous avons beaucoup aimé revenir.

 

Comment procédez-vous pour les compositions ? Qui amène les riffs ? La structure des morceaux se construit-elle en répétition ou en amont ?

Brandon commence la composition de la plupart des morceaux. Il débarque avec de nombreux riffs et très souvent avec la structure du morceau, qu’il nous transmet pour répéter. A partir de là, tout le monde travaille sur la structure du morceau et nous ajoutons nos idées au fur et à mesure pour le consolider et accroitre le potentiel du riff original.

 

Quelles sont les choses dans la vie qui vous inspirent le plus pour la rédaction des textes ? Elle vous vient d’où cette furieuse colère ? C’est juste esthétique ou vous puisez dans vos expériences de vie respectives ?

Les paroles et la musique sont bien sûr inspirées par les groupes que nous écoutons, aussi par nos expériences de vies respectives. Beaucoup de personnes qui évoluent dans le hardcore et le metal semblent avoir connu des traumatismes et de la douleur par le passé ce qui les motivent pour trouver un certain niveau de compréhension et le sens du communautaire, cette motivation donne du grain à moudre à notre musique et l’écriture de nos chansons.

 

Tout le monde est au courant, Internal Incarceration a été produit par Kurt Ballou. Comment s’est passé la rencontre et la collaboration avec lui ? Aviez-vous beaucoup d’attentes/d’idées quant aux sons que vous désiriez ou lui avez-vous fait une confiance aveugle ? Êtes-vous satisfaits du résultat ?

La première fois que nous avons rencontré Kurt, c’était à son studio, God City, pour enregistrer Internal Incarceration. C’était difficile à croire qu’il accepte notre projet, on était donc très impatient de travailler avec lui. Il a une oreille incroyable pour les sonorités et il nous a aidés à trouver le bon son, le bon tempo et de bonnes transitions pour faire de chaque morceau, sa version optimale. Nous avons travaillé et répété les morceaux des mois avant l’enregistrement, néanmoins nous comptions sur sa contribution et ses suggestions pour que l’on obtienne le meilleur disque possible.

 

Avez-vous déjà prévu de partir en tourner pour défendre Internal Incarceration, et ce malgré l’épidémie de Covid-19 ? Y a-t-il toujours des événements/concerts Hardcore organisés aux USA ? Y a-t-il chez vous une volonté de s’opposer aux injonctions sanitaires et d’organiser illégalement des concerts ?

Nous avions prévu de partir en tournée pendant à peu près 7 mois cette année avant la pandémie. Il n’y a potentiellement aucun concert de prévu aux US. Tout le monde voudrait que les concerts reprennent, et nous voulons jouer nos morceaux plus que tout au monde, néanmoins ça serait stupide de jouer dans ces conditions et de potentiellement répandre encore plus le virus et contribuer à allonger le temps de cette pandémie. Nous attendons pour le moment que les conditions soient réunies pour repartir en tournée.

 

Il me semble que vous êtes Straight Edge. Comment cette philosophie se traduit-elle dans votre vie ? Comment la déclinez-vous ? C’est quoi les motivations derrière ?

J’ai été Straight Edge pendant presque dix ans et c’est quelque chose qui est inscrit en moi mais je n’y pense pas très souvent. Pour moi, être Straight Edge, c’était rompre avec la spirale de la dépendance. Une dépendance qui a longtemps affecté ma famille et beaucoup de mes amis proches. Après avoir vu les gens que j’aime souffrir, j’ai décidé de ne plus avoir à lutter contre les addictions et qu’elles ne fassent plus partie de ma réalité.

 

Pour avoir vu certains de vos concerts sur le net, j’aimerais revenir sur la question de la violence dans le milieu Hardcore. Que pensez-vous du Moshing ? L’éthique hardcore et Straight Edge est-elle compatible avec les rapports de domination que sous-tend la pratique du moshing ? La violence est-elle inhérente à cette scène ou peut-elle être dépassée et comment ?

Je pense que la pratique du Moshing, du Slam, des Sing Along sont cathartiques et fun, c’est aussi la meilleure manière de témoigner son amour pour un groupe. Il y a toujours quelques connards pour tenter de nuire à ce fun en étant trop agressifs avec les autres mais ce genre de personnes ne reste pas très longtemps dans le hardcore. Pour l’essentiel, je vois le Moshing comme une agression positive.

 

Vous écoutez quoi en ce moment ? Vos derniers coups de cœurs ?

Après la mort de Riley Gale, j’ai écouté pas mal de Power Trip et me suis sentie vraiment nostalgique de l’époque où j’allais les voir. Dernièrement, j’ai écouté Sanguisugabogg, Nails, MLMA, et Code Orange. Age of Apocalypse est un nouveau groupe bien cool. Le nouvel album de Lady Gaga est aussi très bon.

 

Si vous voulez ajouter quelque chose c’est le moment ?

Merci pour l’interview, en espérant que nous reviendrons dès que possible en Europe et au Royaume Uni. Restez en lien avec nous sur les réseaux sociaux pour notre actualité autant que pour nos vidéos.

photo de Freaks
le 04/11/2020

6 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 07/11/2020 à 11:09:06

Bonne initiative que cette interview Mr Freaky !!

Freaks

Freaks le 07/11/2020 à 19:03:50

A vrai dire c'est Pidji qui en a eu l'idée, je ne suis que l'exécutant dans cette histoire ;)

Seisachtheion

Seisachtheion le 14/11/2020 à 07:45:16

Super boulot ! 

Freaks

Freaks le 14/11/2020 à 12:52:41

Merci c'est sympa! 
Après j'suis pas hyper satisfait du résultat. Pour une première ça le fait quand même hein! ;)

Freaks

Freaks le 14/11/2020 à 14:07:24

Jferai les réponses aussi la prochaines mouaha

Freaks

Freaks le 14/11/2020 à 14:07:25

Jferai les réponses aussi la prochaines mouaha

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021