Eastpak Antidote Tour (August Burns Red + The Ghost Inside + A Day To Remember + Living With Lions) le 31/10/2011, Bataclan, Paris

August Burns Red + The Ghost Inside + A Day To Remember + Living With Lions (report)
Voilà encore un gros concert de metalcore à se mettre sous la dent ! Après l’Impericon Never Say Die il y a 15 jours, je n’ai pas eu le temps de ranger mes bouchons d’oreille qu’il y a, à nouveau, de l’huile sur le feu pour les metalcoreux de la capitale ! C’est un peu plus soft que le festival précité, mais c’est tout aussi intense car avec cette affiche, il y a moyen que ça envoie le boulet : Living With Lions, The Ghost Inside, August Burns Red et A Day To Remember, dans le cadre du Eastpak Antidote Tour.

C’est au Bataclan que ça se passe cette fois-ci, et c’est tant mieux car je trouve que c’est vraiment une très bonne salle, avec un bon équipement ! La salle est quasiment remplie et c’est un peu la cohue pour réussir à rentrer. Le temps de se frayer un passage, et me voilà enfin à l’intérieur ! Pour me rendre compte au bout de quelques secondes que je venais de rater Living With Lions… Mais tant pis, je ne pense pas que ça soit une grande perte…

C’est donc The Ghost Inside qui se met en place maintenant. Le groupe avait fait parler de lui il y a deux ou trois ans, lorsqu’on acceptait encore les petits nouveaux dans la cour du metalcore. Ils sont arrivés à temps et avec une musique suffisamment brute de décoffrage pour avoir du crédit aux yeux du public. Leur musique n’est donc pas vraiment une révélation en soit, à mi-chemin entre le Hardcore d’Hatebreed et le metal de Parkway Drive, c’est en tout cas le sentiment que j’ai eu en les voyants ce soir. Mais comme bien des groupes qui n’ont pas inventé le fil à couper le beurre, ils ont au moins le grand mérite de dégager une bonne dose d’énergie qui fou la patate ! Le chanteur à un phrasé très proche du Hardcore et leurs morceaux sont vraiment construit pour qu’on se laisse embarquer par la machine sans se poser plus de question !
Les californiens ont surtout piochés dans leur dernier album (sorti il y a déjà plus d’un an), sauf deux titres issus de « Fury And The Fallen Ones » (2008) : Destined et Faith Or Forgiveness. Même si les Ghost Inside n’ont pu faire que 7 titres, on a quand même passé un bon moment de metalcore in your face !

Setlist :
1. Unspoken
2. Greater Distance
3. Overlooked
4. Chrono
5. Destined
6. Faith Or Forgiveness
7. Between The Lines

Il est environ 20h lorsque les August Burns Red débarquent sur la scène du Bataclan. Ce groupe de Pennsylvanie n’a plus rien à prouver à la scène metalcore : formés il y a 10ans, ils se sont très vite imposés comme une valeur sûre du metalcore US. J’avais déjà eu l’occasion de les voir l’année dernière en compagnie de Job For A Cowboy et Lamb Of God, dans cette même salle d’ailleurs. Je savais donc que les cinq lascars ne plaisantaient pas sur la marchandise lors de leur prestation live, et je pense que sur ce coup-là personne n’a était déçu ! N’étant pas un fan de la première heure, je ne connais vraiment que leur album Messenger, j’ai dû écouter Constellations à l’occasion mais sans pour autant que ça me soit rentré dans le crâne. Je me pointe donc avec une connaissance du groupe qui laisse à désirer, surtout qu’ils viennent de sortir un quatrième album studio en juin dernier… Mais ça ne m’a pas empêché de passer un putain de concert, et je crois que les excités de la fosses seront d’accord avec moi pour dire qu’on s’est pris une sacré claque ! Même si ABR a joué plus de morceaux du dernier album, et que celui-ci n’est pas encore bien ancré dans les esprits, on a quand même pu entendre les classiques de leurs album précédents… Et notamment le titre d’ouverture qui met la guerre dans le pit dès le début : Composure ! Le concert se clôturera également sur un de leur tube de Messenger : Black Burner ! Un concert bien commencé et bien clôturé est forcément un bon concert !
On a même eu le droit à un petit wall of death, un peu foireux comme souvent mais bon… c’est toujours marrant à voir ! Bref, ça a été un très bon moment de passé où j’ai vu tout ce que je voulais voir et entendu tout ce que je voulais entendre, je n’ai personnellement plus aucune réclamation à leur égare !

Setlist :
1. Composure
2. Empire
3. White Washed
4. Internal Cannon
5. Marianas Trench
6. Meddler
7. Cutting the Ties
8. Poor Millionaire
9. Back Burner

L’attente fût longue, très longue même, avant de voir un signe de vie de la part de A Day To Remember. Puis, l’éclairage se tamise et le voile se lève (et ce n’est pas une image) sur la scène du Bataclan. Tout est noir mais la tension monte. BOUM : les gros spots en pleine gueule, le gros riff de « Sticks & Bricks » explose en même temps que les canons à confettis qui viennent pleuvoir sur tout le public. Et c’est parti pour une effervescence endiablée de la foule de jeune (à 70% pré-pubères) qui commençaient aussi à trouver le temps long ! Ils avaient déjà sorti les canons à confettis lors de leur dernier passage à Paris, mais c’était au nouveau casino. Là, c’est au Bataclan, et leur entrée m’a deux fois plus retourné la gueule que celle de l’année dernière !
Depuis la sortie de « What Separate Me From You » il y a tout juste un an, les floridiens n’ont pas arrêté de tourner un peu partout dans le monde, et ça fait deux fois qu’ils viennent chez nous dans la même année. Le groupe est en pleine forme et c’est un véritable show à l’américaine qu’ils nous ont préparés ce soir. Non seulement leur musique est très conviviale, mais en plus on aura droit à des artifices digne d’un grand groupe de pop ! Au trois-quarts du concert, le groupe lâche un énorme filet contenant des ballons gonflable sur le public (étant en fond de salle, l’effet a un peu perdu de son impact) ; puis une mascotte digne d’un match de la NBA débarque sur scène avec un bazooka projetant des t-shirt à l’effigie du groupe. On se serait cru dans un club de vacance au bord de la plage, d’autant plus qu’ils ont également balourdé une dizaine de gros ballon de plage ; une teuf à l’américaine quoi ! On a un peu retrouvé cette ambiance très chaleureuse que nous avions eue au concert de Parkway Drive, lors du Never Say Die de l’année dernière. Tout ça avec un très bon son, un jeu de lumière au poil et des geysers à fumé qui envoient grave !
ADTR nous ont offert un concert de grande classe avec tous les morceaux que le public attendait, surtout issue de « Homesick » et « What Separate… ». Ils ont également pu piocher dans les précédents albums, vu que le concert a durée plus d’une heure, et qu’il ne faisait de pause que tous les trois morceaux ! D’ailleurs la chaleur était étouffante dans la salle, alors j’imagine que sur scène ça devait être pire ; ce n’est donc pas étonnant si on a vu quelques signes d’essoufflement et de difficulté respiratoire chez Jeremy Mckinnon. Il en a d’ailleurs parlé mais on ne lui en veut pas vu ce qu’ils nous ont envoyé dans la gueule, surtout que son chant clair est resté assez bien assuré malgré tout.
Le public leur a bien rendu cet enthousiasme avec des circle pit plutôt balèzes et une sacrée bonne connaissance des morceaux. Ça nous aura donc valu deux rappels : la balade « If It Means A Lot To You » et « The Downfall Of Us All » (premier morceau de Homesick) histoire de bien nous finir !
En tout cas, on peut dire et penser ce qu’on veut sur ces floridiens, mais ça a était l’un des concerts les mieux branlés que j’ai pu voir.

Setlist :
1. Sticks & Bricks
2. The Danger In Starting A Fire
3. A Shot In The Dark
4. You Be Tails, I'll Be Sonic
5. My Life For Hire
6. All I Want
7. I'm Made Of Wax, Larry, What Are You Made Of?
8. All Signs Point to Lauderdale
9. Mr. Highway's Thinking About The End
10. This Is The House That Doubt Built
11. 2nd Sucks
12. Why Walk On Water When We've Got Boats
13. It's Complicated
14. Homesick
15. Have Faith In Me
16. You Should Have Killed Me When You Had The Chance
17. The Plot To Bomb The Panhandle
Rappels :
18. If It Means A Lot To You
19. The Downfall Of Us All
photo de Domain-of-death
le 15/11/2011

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019