Black Tusk - Set The Dial

Chronique CD album (34:00)

chronique Black Tusk - Set The Dial

C’est énorme. Je me demande ce qui les fait encore tenir. Eh bien oui, depuis leurs débuts tout ce qu’ils font ressemble à leurs copains de la même ville Savannah, à savoir les Baroness et surtout les Kylesa… Et tout le monde à l’air de s’en être rendu compte… J’irais même jusqu’à me demander s’il ne s’agit pas d’un boys band monté de toutes pièces par des mensonges et un label. Bon là c’est salaud de ma part. En gros, s’ils sont toujours là, c’est qu’ils n’en ont rien à carrer des lignes que l’on prend sur leur dos – ça s’est sûr – et qu’ils doivent opter pour le mode « faisons un disque pour pouvoir nous barrer en tournée et partager de la sueur et des bières all around the world avec des mecs comme nous qui aiment la zic bien grasse qui envoie ». Ce n’est pas une envie que l’on peut condamner.

 

C’est simple, Black Tusk c’est encore - et apparemment toujours vu comme cet album ressemble au précédent - un gros son, une grosse rythmique, guitares et voix (des 3 zicos) en avant, et on envoie tout à burnes ! Hey Ho Let’s Go ! Oui, simple mais surtout efficace. Cet album passe comme papa dans maman. Des titres très bons qui s’enchaînent les uns après les autres. Le seul moment où ils ralentissent le tempo avec une intro plus posée, c’est sur "Mass Devotion" qui là ressemble plus que terriblement au petit frère du "Unknown Awareness" sur le Static Tensions des... Kylesa. Je ne vais pas faire un listing de points communs titre par titre entre les deux groupes, je dirais juste que la version du grand frère a quand même plus de classe et d’émotion… Et que dans le même genre musical – bien qu’avec un son un peu différent - les défunts Taint étaient quand même, eux aussi, plus inventifs et plus « efficaces ».

 

Nous le savons tous, le sludge-stoner « propre » est le  « style » dans le vent, voire « passe-partout » – et tant mieux vu le nombre de nouveaux éditeurs que cela amène - avec donc des pelletées de groupes et de nouvelles sorties, mais personnellement je décroche un peu et deviens vieux réac qui se réfugie derrière un « c’était mieux avant » et refuse tout pour me retrancher dans les premiers albums du genre que j’ai pu découvrir et les groupes un peu plus « crades » ou un peu plus lents (de EyeHateGod à Rwake en passant par Iron Monkey et Weedeater).

 

Mais bon, Black Tusk ça doit être une bonne claque en concert, et ce Set The Dial une chouette ouverture, que l’on peut vraiment prendre plaisir à écouter, pour découvrir ensuite la discographie entière de Kylesa et comprendre comment ce groupe a su évoluer, se renouveler, et devenir une référence – bien que ces derniers, eux, n’aient pas toujours été très bons sur scène…

photo de R.Savary
le 01/02/2012

2 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 01/02/2012 à 11:27:55

Compie conforme du précédent album, ce "Set the dial" me botte bien même si je décroche rapidement après 5 ou 6 morceaux d'affilée !!
Après, stoner "propre" et "dans le vent" mouais heureusement qu'il y a les guillemets dans la kro !

Crom -Cruach

Crom -Cruach le 01/02/2012 à 11:42:03

PS: un artwork de toute beauté

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019