Celeste - Mort(e)s Né(e)s

Chronique CD album (41)

chronique Celeste - Mort(e)s Né(e)s

Quatrième plaque pour les français qui poursuivent inlassablement leur quête vers les voies humides de l’horreur intérieur propre à chacun. Pour les connaisseurs n’attendez pas le moindre répit, le moindre souffle posé. Le gang est en mode infernal et visiblement jusqu’à la déchirure. Pour ceux qui nous rejoignent et découvrent l’univers hivernal du groupe, habituez-vous à un avis de tempête généralisé. Mort(e)s Né(e)s est un disque brutal, bruyant et définitivement sombre.  Beau aussi, parce qu’il n’use pas d’artifices chics en toc pour créer cette ambiance. Elle transpire…

 

L’album se décline en force et en bravoure afin de passer outre les idées reçues qui transitent généralement autour d’un tel exercice. A bien y chercher, pas de trace de compromis à une certaine facilité, tout au plus « (S) » fait preuve le long de ses 5 minutes et 43 secondes d’une forme subtile de complaisance dédiée à l’esprit down-tempo. Bon, ce n’est quand même pas leur plage reggae ! Une fois de plus, le chant (en français) volontairement noyé dans le mixage ne nous permet pas d’apprécier pleinement la poésie noire de Johan. La mort, les femmes et les sarcasmes ont une place de choix dans les textes déclamés, hurlés, extirpés. Le tout dans une lucidité confondante, malsaine sur notre piètre humanité qui n’en finit pas de vouloir se renier.

 

Celeste  annonce une couleur Black-Metal pour habiller un préfixe "post-" bien malmené. C’est bien du côté des riffs saignants qu’il faut tendre pour espérer croiser Marduk et Immortal. La rythmique quand à elle conserve bien son élasticité sauvage, métallique, typée hardcore mid 90’s. Cela dit imaginer un raccourci entre Emperor et Unsane devrait ouvrir la voie aux plus sceptiques. Plus clairement les belges d’Amen Ra ont trouvé leurs cousins d’Outre-Quiévrain.

Les lyonnais ne m’avaient jusque là pas pleinement convaincu. Non que les albums précédents étaient bâclés mais ils leur manquaient à tous cette intériorité particulière propre à cet opus. " De sorte que plus jamais un instant ne soit magique » qui sert de terminus enfonce le clou à merveille. Un titre riche, subtil et entêtant. Sans doute l’adjectif qui sied à ce disque. Cette morgue lancinante, qui rampe dans notre cortex pour l’agripper et nous inviter à y revenir.

 

Si le groupe suit les traces des grands anciens, ils reviendront à coups sûrs cette année pour nous investir à nouveau de leur univers sale, dérangeant et diaboliquement addictif.

Belle pièce.

photo de Eric D-Toorop
le 16/02/2011

7 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 16/02/2011 à 09:00:06

Je pige pas trop le rapport avec AMEN RA perso ???

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 16/02/2011 à 09:26:40

Tout ce qui a de plus subjectif et ptêt pas spécialement fondé... J'aimerais bien voir les 2 groupes partager la même scène. Une histoire d'ambiance, pas de musique (dans le sens genre musical).

vkng jzz

vkng jzz le 16/02/2011 à 10:17:23

comme tous les albums précédents, pour moi c'est strictement la même chose, et pas forcément en plus inspiré sur celui ci. L'idée était super à la base mais là ils l'épuisent sans en être allé véritablement au bout.

mat(taw)

mat(taw) le 16/02/2011 à 11:10:00

En meme temps un album quasi tous les ans ou année 1/2... faut pas s'attendre à un renouvellement. Perso j'ai l'aché depuis nihiliste que j'avais trouvé cool autant sur galette qu'en live. Depuis: dire que c'est redondant est un doux euphémisme, en plus quand on essaye d'y mettre l'attitude, pas crédible pour un sou et des prestas live sur le déclin, l'effet de surprise ne joue plus... En terme de haine et d'inspiration c'est plutôt du côté de Plebeian Grandstand qu'il faut aller voir en fait

Pidji

Pidji le 16/02/2011 à 16:14:26

Je vous trouve dur, j'ai bien aimé cet album personnellement. Certes ils ne se renouvellent pas, mais l'ambiance bien sombre est bien foutue. Après, je ne les ai jamais vu en live pour juger leur évolution...

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 16/02/2011 à 19:19:40

Ben moi j'ai découvert avec le morceau sur la compil FallingOrder... et puis rien.
J'aimais bien Rosetta, toujours sur la même compil.
En fait, je découvre.

Geoff Fatbastard

Geoff Fatbastard le 17/02/2011 à 17:02:33

Vus l'an dernier avec une certaine surprise genre on veut la guerre avec des lampes frontales.
Depuis je peux comparer avec cette scène qui s'est 'achement développée. Ce skeud est un poil en dessous de Misanthrope(s) et d'autres prod ricaines sus nommées.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019