ENVY - Insomniac Doze

Chronique CD album

chronique ENVY - Insomniac Doze
3 ans. Ca fait déjà 3 ans qu'est sorti « A dead sinking story » et, depuis tout ce temps, la prochaine sortie du combo japonais est attendue tel le message divin du messie. Acclamés autant par les critiques que par les afficionados; « All the Footprints... » et « A Dead sinking story » ont été les pierres fondatrices d'un courant musical entamé par ENVY et pérennisé par moult autres groupes avec plus ou moins de talent et de succès. Il s'en est écoulé de l'eau sous les ponts durant ces 3 années d'attente, et il en est passé des groupes qui revendiquent haut et fort leur filiation avec ce groupe d'exception; alors quid de leur évolution à eux? Quid de leur vision de la musique, qui avait une longueur d'avance sur beaucoup? Comment est-ce que le ENVY millésime 2006 se présente, à l'heure où le mélange orgiaque des genres est devenue gage de qualité?



'Further Ahead of Warp' débute de manière plutôt tranquille cet « Insomniac Doze », la voix est tout d'abord doucereuse et la mélodie nous berce chaleureusement: on se sentirait plutôt au milieu de la nature, un rai de lumière nous taquinant joyeusement la rétine, que dans la froideur urbaine, sous la pluie et avec le poids de la solitude, comme le suggérait « A Dead sinking Story ». Et même lorsque Tetsu nous sort ses fameux cris d'écorchés vifs, les mélodies ne parviennent pas à me plonger dans le même état dans lequel je me trouvais en écoutant les deux précédents opus... « Shield of selflessness » arrive alors et m'enthousiasme un peu plus, je dois avouer, là mes tripes se nouent comme avant et chaque déferlante de guitare alliée au désespoir de l'hurleur Tetsu me redonne le spleen (donc le sourire)... Et si ENVY n'avait pas continué le cheminement logique entamé entre un « All the footprints... » plein de rage et de désespoir à la violence toute vaine et un « A Dead Sinking Story » plus posé, mature et introspectif pour revenir à quelque chose de moins réfléchi? Et bien non, mon espoir retmobe vite, ils ont bien avancé dans ce même cheminement. Car à l'écoute de 'Scene' on est même en droit de se demander si l'étiquette d'ENVY n'aurait pas déteint - avec les larmes - de screamo à post-rock; répétition de cycles, spoken word et montée en puissance sur la fin, un peu gachée par des nappes de clavier derrière qui donnent un aspect « épique » au titre, qui me rebute un peu. Même impression pour 'Crystallize' et ses mélodies « pop » qui me glacent le sang, car si je trouvais que le boulot sur les mélodies était justement fantastique et unique sur les opus précédents là il me paraît baclé pour certains passages (début de ce morceau), tandis que d'autres me ravissent comme pour la fin de 'Crystallize'. Le morceau suivant 'Unknown Glow' est quant à lui le meilleur exemple du talent des ENVY, passages post-rock à tomber et cycles plus énervés à l'ambiance plutôt sombre qui vous tient jusqu'au bout avec un final époustouflant; titre tenant finalement plus de « A Dead sinking story » que de l'album sur lequel il figure, mon préféré en tout cas. Les derniers 'Night in Winter' et 'A Warm Room' - enchaînés sans transition, comme pour le reste de l'album - termine cet album comme il a commencé, c'est-à-dire dans la lumière que l'on cherchait au bout du tunnel. Le gris a disparu, tout comme la rage, même la voix de Tetsu semble plus baigner dans un conte que dans un récit initiatique dépressif, la thérapie musicale du combo serait-elle presque arrivée à terme?


J'espère que vous qui lisez ceci ne prenez pas cela comme un aveu de dépit et déception profonde, car ce n'est pas le cas. Un peu de nostalgie seulement de voir que les ENVY d'il y a quelque temps qui officiaient encore dans le screamo le plus poignant qui soit, aient déviés vers un post-rock - à leur sauce bien sûr - bien moins touchant qui en étonnera sûrement (moi le premier). Malgré tout, il demeure quelques bijoux (c'est quand même ENVY, merde!!) qui ne vous laisseront pas de marbre, et c'est surtout cela que l'on se doit de retenir...
photo de Mat(taw)
le 10/09/2006

5 COMMENTAIRES

SnArEs

SnArEs le 10/09/2006 à 23:06:18

Déception pour moi aussi. Grand manque d'originalité et de créativité emotionnelle pour cet album. Car là où Envy savait nous toucher, c'est à présent mou, déjà vu et par moment lassant. Cependant là où Envy nous touche à présent _malheureusement_ c'est dans la nostalgie des albums précédents que celui-ci procure...

moshimoshi (koko mushimushi)

moshimoshi (koko mushimushi) le 22/09/2006 à 14:52:33

Un album à la limite de l'acceptable pour un groupe comme Envy. Bien sûr lorsque l'on parle d'évaluation selon leur label, Sonzai record ont est toujours en droit de craindre le pire. Espérons que la période de dead sinking story ne se soit pas révolue et qu'Envy n'évolue pas vers un de leurs groupes préférés et où Testu apparaît sur leur dernier album ; il s'agit de Mogwai. Si leur l'univers onirique s'est évapore, tournons vers les nombreux groupes exceptionnels japonais et néanmoins méconnus à l'image De Fc Five, Crystal Lake et surtout Naiad.

Bob

Bob le 22/09/2006 à 21:07:07

Du même avis, plutôt déçu par rapport à la tournure qu'a pris le groupe... J'aime pas cette phrase mais là je dois avouer que "c'était mieux avant", je préférais le Envy plus violent de All the footprints (...) ou de A dead sinking story.
Bon, je dirais pas que c'est une bouse ; comme tu l'as dit, c'est Envy, merde, y'a quelques bons passages... mais c'est clair que l'impact de leur musique n'est plus aussi grand. Ils se sont trop ramollis, à mon goût.
Et il est clair que l'influence Mogwai se fait sentir.


Commun des mortels

Commun des mortels le 25/12/2007 à 13:51:17

J'ai juste entendu un titre à la radio qui m'a laissé un tant soi peu septique,mais je vais quand meme me renseigner et écouter ce qu'il m'est possible afin de me faire une idée.

V.ink

V.ink le 20/05/2008 à 10:53:03

Bon ça fait un bail quue Insomniac Dose est sorti (j'écoute aujourd'hui pour la première fois Abyssal), malgré ça je trouve que Envy a su évoluer et suivre son propre chemin musical.
D'accord la pêche des premiers albums n'est plus autant présente, d'accord les morceaux peuvent paraitre un peu "mous". Mais malgré ça il se dégage une sacré puissance de Insomniac Dose, des riffs tout en progressif, une maitrse de la nuance et de la montée qui touche quand même la corde sensible...

Moi je l'aime bien cet album!
(et en passant Abyssal est excellent bien qu'un peu court)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements