Hail Spirit Noir - Eden in Reverse

Chronique CD album (42:45)

chronique Hail Spirit Noir - Eden in Reverse

Il fallait me voir frétiller quand Hail Spirit Noir a dévoilé, le 20 avril dernier, "The First Ape On New Earth", premier extrait de son quatrième album, Eden In Reverse. Après un début complètement dans le délire rétro-futuriste auquel le groupe nous a habitué jusque là, l'accélération typé Black en deuxième partie de titre qui suit une guitare lead héritée du Power Metal permet aux Grecs de dévoiler un premier extrait des plus bandant, révélant un groupe des plus en forme, fidèle à ce qu'il avait montré sur Pneuma et Mayhem In Blue.

 

Il n'est pas étonnant alors que je tienne des propos qui ne ressemblent guère au moment où notre vénéré rédac' chef, grand maître du dispatch d'EPK, Pidji, nous transfère le courriel du label, Agonia Records. Je passe sur les péripéties qui ont retardé la récupération du disque, pour me concentrer sur le sujet qui nous intéresse, son contenu musical. Eden In Reverse est donc le quatrième album de Hail Spirit Noir, fondé par trois anciens de la formation de Black avant-gardiste Transcending Bizarre?. Ils ont été rejoint depuis 2018 par un chanteur, un claviériste et un batteur. Je suis tombé totalement amoureux de son premier album, le troisième a été la grosse claque surprise de 2016. J'avais été moins convaincu par le Oi Magoi de 2014.

 

Las ! J'aurais du me méfier de ce gonflement du line-up et de l'absence de chant extrême sur "The First Ape On New Earth". Effectivement, Cons Marg, malgré son expérience et son bon niveau technique, est loin d'avoir la classe, l'aisance et la décontraction toute seventies de ses prédécesseurs. Et même musicalement, le groupe a opéré un virage qui laisse moins la part belle au côté progressif qui le caractérisait jusqu'à présent. La dure réalité des années 80 semble avoir pris le pas sur l'insouciance de la décennie précédente dans ses choix de compositions. Ils sont loin les envolées magiques de "Against the Curse, We Dream, les visions cauchemardesques de "Mountain of Horror" ou le groove vénéneux de "The Cannibal Tribe Came from the Sear". Même les sons de synthé, qui faisaient une grosse partie de son charme sont moins imaginatifs, on touche le fond sur "Alien Lip Reading" dont les claviers rappellent les vieux film de SF. Mais, malheureusement, on est plus proche de Plan 9 from outer space que de La Machine à explorer le temps de George Pal.

 

L'album renferme tout de même quelques bons passages : le sus-mentionné "The First Ape On New Earth", qui, n'atteint pas les sommets des classiques du groupe, peut être considéré comme faisant partie du dessus du panier ; "Crossroads", s'il n'est pas fou-fou, est sauvé par la prestation vocale impeccable de Lars Are Nedland (Solefald, Borknagar) ; les dix minutes expérimentales, rappelant tout autant les premiers Pink Floyd et la version de "Space Truckin'" présente sur Made In Japan de Deep Purple, de "Automata 1980", dévoilent enfin une facette plus inquiétante et aventureuse de Hail Spirit Noir. Au final, un bilan bien maigre pour l'une des grosses déceptions de 2020.

photo de Xuaterc
le 19/06/2020

4 COMMENTAIRES

gulo gulo

gulo gulo le 20/06/2020 à 08:40:29

Bien décevant en effet.
Ce sera donc un album sur deux pour eux, me concernant. Vivement le prochain.

Xuaterc

Xuaterc le 20/06/2020 à 09:24:18

Pareil, un album sur deux pour moi aussi

Alex_NCY

Alex_NCY le 22/06/2020 à 21:35:55

Grosse déception. Fan de mayhem in blue, je l attendais depuis 2 ans cet album. J avais prévu une précommande mais les 14 euros de frais de cochon pour un cd m'avait refroidi. Suite à la chronique, je vient de découvrir trancending bizarre, c est vraiment sympathique, merci pour la découverte.

Xuaterc

Xuaterc le 24/06/2020 à 13:06:07

Ton argent sera bien mieux investi ailleurs (sur le Oranssi Pazuzu par exemple). Et ravi pour la découverte de Transcending Bizarre?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements