Kultur Shock - IX

Chronique CD album (35:22)

chronique Kultur Shock - IX

On est d’accord: les adages, proverbes et autres dictons sont en général des vérités à 3 balles permettant aux ankylosés de la matière grise de prendre l’air entendu de celui-à-qui-on-ne-la-fait-pas lors de débats au sein desquels ils sont aussi pertinents que Buvard Man dans une compétition de plongée en apnée. Sauf qu'à propos de la dernière sortie de Kultur Shock, l'une de ces formules de prêt-à-penser s’avère pour une fois assez juste. Et hop:

 

« C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes »

 

Ou plutôt, dans le cas présent:

 

« Faire du IX avec du vieux »

 

Là, ça c'est fait. Et si ce pôv' jeu de mot est salement bidon, il n'empêche qu'il nous fournit une occasion en or de signaler d’emblée qu’avec cette 9e sortie en 18 ans, Kultur Shock a beau être un Grand Ancien de la scène « Fusion folklo-balkanico-slavo-mediterranéo-caucaso metal » (si si, le courant existe: ils sont au moins 3 avec Dirty Shirt et Russjaka!), il continue de sortir des albums excités et excitants! On avait déjà franchement grave-kiffé-tu-le-crois Ministry of Kultur, le dernier en date des albums longue durée sortis par ces balkano-américains, et ce nouvel opus ne risque pas d’amoindrir notre envie de les voir en live!

 

C'est que les fondamentaux restent les mêmes: M. Gino Yevdjevich continue de rouler les ‘R’ avec la gourmandise d’un cosaque bédouinant de par les contrées sablonneuses du Sud, ses trémolos recevant régulièrement le support de la Baba Yaga de service. Les complaintes poignantes chantées en serbo-bosno-croate (« Aksam ») continuent de croiser la route de folles ruades folk’n’punk joyeusement festives (le tube « Rage Against Old Age »). Les Lalalaïïï Orphaned Landiens (« Home ») font ami-ami avec des morceaux de pur hard rock rehaussés de saxo et de violons foufous (« Wild’n’Crazy Guys »). De purs tubes métissés, imparables et joyeusement moqueurs (l’excellent « Unamerikan ») batifolent avec de petits brulots celtico-enjoués ayant de faux airs de Skyclad (« Soldiers of Misfortune » étant un exemple parmi d’autres). Et toujours plane cet esprit critique, libre, engagé qui explique en partie que le groupe – refusant de devoir se compromettre en acceptant les desiderata d'un label  n'ait compté que sur lui-même et ses fans (qui ont aidé à crowdfunder l’album) pour diffuser sa musique.

 

Si l’album est disponible depuis novembre au format digital – GRATUITEMENT via leur SoundCloud –, une sortie CD ainsi que son pendant vinyle sont prévues à la mi-janvier. Sans compter une tournée européenne qui passera le 6 février par Paris... On s’y donne rendez-vous!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: continuant encore et toujours à mélanger dans un esprit punk mélancolico-festif musiques du (très!) Grand Sud-Est européen et metal/rock, Kultur Shock a une fois de plus accouché d’un album hyper enthousiasmant, qui donne envie d’aller festoyer devant une scène, la crête mouillée de bière, en dansant un pogo/mazurka endiablé!

photo de Cglaume
le 05/01/2015

4 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/01/2015 à 13:28:42

Manque de poils ta chro.

cglaume

cglaume le 05/01/2015 à 13:30:57

On avait dit pas le physique !!!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/01/2015 à 18:30:25

En attendant de l'écouter, j'ai converti ma mini louloute au précédent. Sans poil.

cglaume

cglaume le 05/01/2015 à 18:52:30

Le bon goût, c'est de famille ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements