Samaël - Worship Him

Chronique CD album (41:07)

chronique Samaël - Worship Him

Quoi qu'on en dise, les faits sont là, Samaël fait partie des précurseurs en matière de Black Metal. Demandez à Fenriz de DarkThrone ce qu'il pense de « The Dark » ou de « Into the Pentagram »... Le groupe est devancé d'une courte tête par des formations comme Bathory ou Hellhammer (que Samaël a repris sur son EP de 1988, Medieval Prophecy). N'empêche que ses premiers enregistrements, à l'ancienne de chez old-school, enregistrés sous forme de duo par les deux musiciens qui se faisaient appeler Vorphalack et Pat de Novarré de Navarre, avant que ce dernier ne soit remplacé par le frangin du guitariste / chanteur, Xytroguptor, fleurent bon autant le salpêtre et le lichen des caves du Valais que le soufre du Metal noir forgé à l'ombre du trône de Baphomet.

 

Premier album pour Samaël mais aussi première sortie pour son label de l'époque, les Français d'Osmose Productions, structure bien connu des amateurs de musique extrême. Car oui, bien avant les synthé, les boîtes à rythmes, les Akai MPC 3000, les Suisses jouaient un Black Metal pur jus de Satan, héritier de la première vague. Sur les dix titres qui composent cet album, la moitié sont vraiment inédits, l'autre partie se trouvait déjà sur les sorties précédentes. Primitif, cru et brut, le Metal délivré par le duo se veut mid-tempo, voire lent ; même lorsque la batterie accélère, la guitare reste à des tempos moyens, pour délivrer des riffs sombres et d'une pesanteur quantique. Prenez par exemple le mythique « Into the Pentagram » (qui a connu au moins quatre enregistrements studio différents et qui fait encore partie des classiques joués en concert), un modèle du genre.

 

La voix de Vorphalack a toujours été un des atouts de Samaël, et dès le présent Worship Him, s'il n'est pas le vocaliste le plus original, il fait déjà preuve ici d'une rare profondeur et se montre souvent terrifiant, sans que son timbre soit noyé sous les effets, comme c'est malheureusement souvent le cas quand on parle de Black Metal. Sa principale force vient des atmosphères occultes et poisseuses, parfois proche du Doom, servies par une production des plus roots qui laisse parfois entendre une basse toute à rondeurs, portée au crédit de Masmiseim, mais a priori jouée par le guitariste / chanteur.

 

Worship Him est certes une œuvre de jeunesse, l'ombre d'Hellhammer, sa principale influence, est très présente, il montre déjà un groupe sûr de lui, qui habituera ses fans à ne jamais sortir le même album. Nous sommes en 1991 et Samaël vient de nous livrer un véritable manifeste Black, bien avant les Transilvanian Hunger et autres Dark Medieval Times.

photo de Xuaterc
le 22/01/2023

4 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 22/01/2023 à 12:38:04

Mmmmmh intéressant ça !

Xuaterc

Xuaterc le 22/01/2023 à 18:52:26

Primitif

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/01/2023 à 16:36:06

Ah oui raaah mais dommage pour le son de batterie !!!!

Xuaterc

Xuaterc le 24/01/2023 à 08:11:59

C’est bizarre, il ne m’a jamais gêné

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements