Tagada Jones - La Peste & Le Choléra

Tagada Jones - "La Peste & Le Choléra"
chronique Tagada Jones - La Peste & Le Choléra

Depuis maintenant 12 ans, j'attends le retour du grand TAGADA JONES. Celui qui arrache la gueule et les oreilles, sans pitié, sans remords, sans caresse et sans tendresse. C'est pas que les gaziers ont pondu des merdouilles depuis L'Envers Du Décor (une collection absolue de hits imparables) mais force est de constater qu'ils ont rarement retrouvé la niak de ce temps. Même si Dissident, en 2014 ne démérite pas, au tableau de la chasse aux cons.

 

Et là bim bam boum, débarque le titre "La Peste Et le Choléra" en janvier : tartouille primitive, claquasse préhistorique aux paroles tellement en phase à l'actualité, avec un son boo yah. Riffing basique repris à l'envie, rythmique de brontosaure, chant de raptor. La question en suspend était de savoir si le reste de la plaque allait maintenir la barre... à mine de ce titre.

 

Et putain la vache avec une entrée officielle en matière comme "Vendredi 13", on montre les chicots de joie. Rien à voir avec Jason et sa machette mais bel et bien avec le funeste vendredi 13 novembre 2015. Vous vous rappelez ? Non ? Et bien les Tagada si, bande de crétins à la mémoire sélective. Le titre débute plutôt tranquillou et les chœurs kronenbourg retentissent. On entend bien le début du texte de Nico : il est à capella.

Vous savez ? Les textes dans une chanson ? Non ?

Et bien les Tagada savent eux.

Et paf, la loi El Khoneri et Valls en prennent aussi pour leur grade, un peu plus loin.
Et tant pis pour les accusations de putasserie qui ne vont pas manquer de tomber sur des sites qui ne connaissent du Punk que... dalle. PUISSANT.

 

Premier véritable constat : la prod s'est opacifiée, s'est encore plus métallisée, s'est core-isée à donf, dites-en ce que vous voulez. La batterie est ainsi maousse biscottos. Point de rigolade ici. Le chant si particulier de Nico est idéalement mixé. On a alors un soupçon qui s’immisce dans les esgourdes. Un truc qui met le système pileux en érection et pas que. Mais chut... il ne faut vendre la peau de la bouze avant de l'avoir saucée.

 

"Envers Et Contre Tous" fonctionne sur une recette connue : refrain simple, chœurs bourrins (encore) et riffs tranchants. Mais par Zeux, Apollon et 44 Magnum que ça fonctionne !!!!

"Mort Aux Cons" colle juste des frissons, une chair de poule que seuls ceux qui ont braillé dans une manif, en brandissant un drapeau noir et rouge peuvent comprendre. Bon pas grand rapport avec le titre de Gogol de 1983 mais un hommage, tout de même, à tout un pan de la musique bien française, du keupon à clébard jusqu'à l'alterno beruriesque, Tagada ressuscite et pose son solo. NOSTALGIQUE.

Tagada sulfate, aussi, dégraisse sa formule, se concentre sur la méchante invention que fut la poudre à canon sur "Narcissique". Non, Alexandra Chevtchenko n'est pas une « pute ukrainienne » comme le prétend le tapin à Marine, Alain Bonnet De Soral et les ordures de Saint-Nicolas-Du-Chardonnet.

Messieurs, mesdames, Tagada fait du Punk HxC engagé. Oui, oui, le mot est galvaudé. Mais je suis de la génération Casimir. "Le Monde Tourne à L'Envers" de toute façon et pourquoi pas Chirac au panthéon ?

En attendant, "Enfants des Rues" permet de pouvoir mémoriser son refrain en un coup de batte de base ball. Parfait ça pour ne pas se mettre le cerveau au bourre couillon. Et ça mouline bordel.

Seule mini ombre au tableau, le titre "Droit Dans Les Yeux". Le morceau ne me parle pas, voilà c'est tout.

 

Pour les amoureux du virage « mélo » entamée avec Le Feu aux Poudres, il y a "Perte Et Fracas" et "Pas De Futur".

"Je Suis Démocratie" passe bien mieux, aussi, qu'à sa sortie.

Hommage à :

- Stéphane Charbonnier

- Jean Cabut

- Georges Wolinski

- Bernard Verlhac

- Philippe Honoré

- Bernard Maris

- Elsa Cayat

- Mustapha Ourrad

- Michel Renaud

- Frédéric Boisseau

- Franck Brinsolaro

- Ahmed Merabet

 

Au fait, je Suis Charlie, moi aussi, et connarophobe, également. Ouais y'avait deux flics dans le lot. Mais c'est pas pour ça que j'irai en embrasser un. BINAIRE.

 

Lala lala la laaaaaa et mort à la conclusion.

 

Et puis en fait non.

Car, en cette période d'élections qui nous feront "choisir" (cette farce) un nouveau porc, ou pire encore, une truie fille de borgne, pour nous imposer la façon doit on doit baiser et avec qui, pour nous presser comme des citrons en disant que "Ben y'a pas l'choix quoi", pour faire bosser les pauvres le dimanche pour que les autres abrutis  puissent consommer (abrutis dont je fais partie paske y'a plus de bières dans le frigo), pour nous dire qu'il faut respecter les religions (cette blague) mais surtout  pas celle des autres, pour vendre des armes et se plaindre de la guerre, pour glorifier des traditions à la con et le replis identitaire, ben y'en a plus tant des groupes frenchouilles comme Tagada pour causer de tout ça.

Voilà, c'est gagné, j'm'énerve...

 

 

photo de Crom-Cruach
le 06/03/2017

7 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 06/03/2017 à 12:32:43

Une chro de Crom, et ça repart !!!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/03/2017 à 12:55:15

La vache : en une matinée, y'a plus de lectures qu'en 6 mois d'un album de "Crustouille L'Embrouille" !!!

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 06/03/2017 à 17:49:21

C'est mérité

Freaks

Freaks le 06/03/2017 à 18:03:53

Des paroles un peu confuses (Anarcho-laïque je connaissais pas faut qu'ils m'expliquent etc,.)mais qu'est ce qu'il est efficace cet album.. Vive le feu!!
...et Crom-Cruach bien sûr ;)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 06/03/2017 à 18:31:48

Merci ! (à eux surtout)

SNAKE

SNAKE le 07/03/2017 à 11:00:35

Beaucoup de "nanana", hohohoho", héhéhéhé", "lalalala". Si le groupe pouvait aussi arrêter d'utiliser le mot "enculé" comme une insulte...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/03/2017 à 12:17:11

Si tu n'as retenu que "ça" de l'album, tu es passé tout même à côté de pas mal de choses.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019