The Ocean - Phanerozoic II: Mesozoic | Cenozoic

Chronique CD album (01:42:05)

chronique The Ocean - Phanerozoic II: Mesozoic | Cenozoic

Ben merde alors !

Il y a toujours eu chez The Ocean, quelque chose de "griandiose".
(Je t'avais parlé de mon admiration pour la passion, l'investissement de Robin Staps ici)

Malheureusement, musicalement, dans sa recherche du grandiose, j'avais plutôt la sensation que le groupe n'avait trouvé que du grandiloquent : une sorte de post-metal rococo qui ne demandait qu'à s'affiner.
Alors, fort d'une expérience de 10 ans avec ma compagne, je te préviens : "Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit". S'il y a des points qui me chagrinaient sévèrement sur les précédents albums du groupe, tout n'y était pas dégueulasse et n'était pas à jeter.
Le groupe en faisait des caisses, mais il y avait toujours de bonnes choses à en tirer et je comprenais parfaitement les fans inconditionnels qui rentraient dans ce trip malgré tout ce qui me semblait être un tralala lourdingue d'arrangements au violoncelle, au piano, des compos en longueur et une certaine platitude du chant en studio (qui, paradoxalement, a la classe en live, sans doute une question de charisme du chanteur).
Tout ça, ça reste valable de 2005 à 2018. Parce que maintenant, il y a ce Pharenozoic Phraneozoic Phanerozoic II : Mesozoic / Cenozoic.
 

Pas du genre à se reposer sur ses lauriers, après un album globalement bien accueilli en 2018 (bon ben...sauf ici, par moi et ma parole d'évangile), la bande à Staps a continué sur son rythme de croisière en torchant un nouvel album en deux ans.
Durant ces deux années, il y a eu : un nouvel album de Tool, un nouvel album de Cult of Luna.
Alors, fort d'une expérience de 10 ans avec ma compagne, ne me fais pas dire ce que je sous-entends avec ce rappel calendaire : The Ocean n'a pas complètement pépom ces deux groupes, mais force est de constater, que ces deux albums ont eu un impact sur l'écriture de Phanerozoic II.

The Ocean a une ADN qui lui est propre, le groupe s'est suffisamment cassé le cul pour qu'on la remarque depuis 15 ans.
Cette personnalité, le groupe ne s'en défait absolument pas et conserve sa base post-metal / post-hardcore. Que les fans soient rassurés : on a du The Ocean pur jus, dans la veine de ce qui se fait depuis Precambrian.
On a toujours ces arrangements de cordes, un joli travail au clavier qui vient appuyer plusieurs compos et poser une belle ambiance et blablabla. J'abrège parce qu'on pourrait écrire des pages sur ce disque. Et comme t'es sur le site entre deux pornos, je sais qu'il ne faut pas traîner.

Reste que les musiciens ne portent pas continuellement des bouchons d'oreilles et se sont laissés atteindre par ce qu'a fait Tool. Il ne faut pas attendre une minute dans l'album pour le ressentir, tout comme sur "Eocene", ou sur le périple "Jurassic / Cretaceous" (qui scinde le disque en deux temps).
Cet aspect Toolien est nouveau dans le groupe, en tout cas de manière si prégnante.
Cela n'en demeure pas moins carrément cool.
C'est idéal pour introduire, casser le rythme, couper les titres et plus globalement l'album.
 

Pour Cult of Luna, c'est un peu différent, la proximité reste plus de l'ordre matériel. Il y a d'abord une proximité entre la pochette de Phanerozoic II et celle de A dawn to fear... Ensuite le livret épais, digne d'un annuaire (bon, celui de la Lozère, mais quand même) [que je n'ai pas encore pu consulter. Le livret, pas l'annuaire]. Enfin, le trait commun entre les deux groupes (et The ocean ne s'est pas inspiré de CoL pour cela), il y a ce regard sur la place de l'Homme sur la planète, cette philosophie nietzchien nietschzienne nietzschéenne (c'est un cauchemar pour dyslexique cette chronique)
Musicalement, c'est plus une affaire de..."vibes", de sensation, d'atmosphère...en dehors de "Miocene / Pliocene" dont la gueulardise ressemble incroyablement à celle de Pearsson. À ce niveau c'est plus du Canteloup ou même du Johnny Vegas, c'est du clonage.

Tiens, même pas besoin de me forcer à trouver une transition : parlons du chant, sans peser ses mots. Il y a des guests (Renkse de Katatonia, excellent sur le premier morceau et Tomas Liljedahl (enfin, Tomas Hallbom...de The Old wind. Ha et un petit groupe nommé Breach aussi) qui prend ses quartiers dès que The Ocean entre en studio.
Bref, rien à dire : leur présence apporte une plus-value aux morceaux. Mais, parlons de Loïc Rosetti. Bonhomme dont le timbre, la diction, les lignes m'ont toujours chagriné. Affaire de goût. Mais il est excellent sur cet album. Sur tous les points. Il prend une autre dimension avec des stratagèmes parfois simples : un vocoder, des murmures ("Holocene"), des cris stridents, du mélo (qu'il gère à la perfection), mais c'est enfin plus varié, ça se marie bien avec les instrus.
 

Ha, tiens, pas besoin de faire une transition non plus pour aborder le travail instrumental. Beaucoup plus fin, notamment grâce aux arrangements utilisés avec parcimonie, où l'électro (partie qui semble être le fait de Paul Seider, à la batterie) s'intègre parfaitement, casse les ambiances, les multiplie même !
Parce que c'est ça qu'à trouvé The Ocean : une foultitude d'ambiances mais surtout une fluidité dans leur enchaînement.

Phanerozoic II : Mesozoic / Cenozoic ne souffre pas du mal de ses prédécesseurs, bien que les premiers titres soient de gros morceaux à avaler (avant que la durée ne s'allège considérablement), ça déroule à l'aise, c'est super digeste et surtout c'est très bien foutu ! Après avoir un peu piétiné depuis 2007, le groupe semble s'être nourri des idées de chacun de ses membres et a su profiter d'excellents guests pour valoriser un album qui a tout ce qu'il faut pour passer les écoutes et les années.

photo de Tookie
le 05/10/2020

2 COMMENTAIRES

Ludwigretsch

Ludwigretsch le 08/10/2020 à 10:59:09

Quel travail d'orfèvre cet album, nettement plus prenant et immersif que son prédécesseur ! Le travail sur le son est juste énorme, parfaitement harmonieux et organique... L'ombre de Breach plane plus que jamais sur cet opus magistral ! 

pidji

pidji le 09/10/2020 à 22:31:22

Bon, ça faisait un bail que j'avais pas écouté THE OCEAN, et je dois avouer que celui-ci me plait bien !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements