Tragedy - Nerve damage

Chronique CD album

chronique Tragedy - Nerve damage

Difficile de trouver plus intègre dans le milieu Punk/Crust que l'entité créée par les frères Burdette en 2000 et bâtie sur les cendres des légendaires His Hero Is Gone.

Refusant tout compromis, adeptes forcenés du DIY (autoproduction obligée), Todd et Paul restent très discrets même dans les livrets accompagnant leurs albums. Leur notoriété n'en est que plus grande. De véritables figures de l'engagement underground.

 

Nerve Damage fait suite à l'acclamé Vengeance sorti en 2002 et ne se place qu'à un cheveux en dessous.

 

Brute de brute voilà à quoi fait penser la production de Nerve Damage, dominée par une section rythmique à la puissance ahurissante. Les boss américains du D-Beat sont de nouveau gonflés à bloc, enragés même.

 

A peine six secondes d'attente et la batterie commence son œuvre de concassage.

La salve furieuse que constitue "Eye of madness", malgré son entêtante ligne mélodique, remet d'entrée les pendules à l'heure : en cette année 2006, la concurrence sera broyée sans pitié. Skitsystem et son Stigmata, Driller Killer et The 4Q Mangrenade sortis la même année, refermeront discrètement la porte en sortant.

Les autres, les rebelles des bacs à sable, sont priés d'aller jouer dans la cour avec leurs crottes de nez, la maîtresse leur donnera un bonbon.

Les guitares sont puissantes, dispensant des thèmes sombres, terriblement simples et addictifs. Le sens du riff qui tue, Tragedy l'a depuis ses origines et n'est pas prêt de le perdre. L'instinct couplé au talent.

Les ambiances sont globalement moins travaillées que sur Vengeance, à part sur "Total Vision" ou le piano (oui !) souligne le côté ténébreux de l'instru. Le reste n'est qu'une suite d'électrochocs auditifs ou le chant possédé et paroxystique fait merveille. Todd Burdette est un fauve.

Malgré des paroles toujours très misanthropes, Nerve Damage respire l'urgence comme sur "Rabid Panic", deux minutes quinze de brutalité viscérale.

 

Tous les morceaux sont des perles travaillées au scalpel. En trouver des meilleurs que d'autres est juste une affaire de goût personnel. "The Hunger" pratique ainsi la politique de la terre brulée comme seules quelques formations du genre sont capables de le faire. Wolfbrigade, Disfear et... c'est tout.

La messe est dite, il ne reste plus qu'à s'incliner.

 

Intransigeant et exigeant cet album l'est et s'adresse à ceux qui le sont. 

photo de Crom-Cruach
le 24/02/2013

5 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 24/02/2013 à 13:20:33

Pas de titre en écoute pour se faire une idée ?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/02/2013 à 15:40:55

Faut voir avec le chef !!

swarm

swarm le 24/02/2013 à 16:11:00

Cadeau : http://www.youtube.com/watch?v=mXHdXBnmTQc

Petit préférence pour Vengeance en effet mais ça butte comme il faut, sans rire.

cglaume

cglaume le 25/02/2013 à 06:50:42

Eh hop là, musique maestro !

cglaume

cglaume le 25/02/2013 à 06:51:04

En effet, ça boeute bien !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019