Wild Dawn - Bloody Jane's shore

Chronique CD album (42:00)

chronique Wild Dawn - Bloody Jane's shore

Je ne sais pas si c'est de voir ce mec siffler une 8.6 à 8h06 ce matin, mais ce con m'a donné envie de faire un truc carrément rock'n'roll à mon arrivée au boulot.

Alors j'ai foncé vers mon bureau, ouvert mon tiroir, et j'ai commencé à écouter Wild dawn...avec un cacolac.
Le groupe d'Orléans a sorti un EP qui a tout d'un grand album.

Déjà parce qu'il a 9 titres et qu'il dure 41 minutes. En dépit des termes techniques, je n'appelle pas ça un EP ni même un mini-album. 
Certes, seuls 6 titres sont inédits, les trois derniers revisitent d'anciens morceaux en acoustique. Ok.

De toute façon la sémantique importe peu, il est question de grosses guitares, de chemises à carreaux, de voitures américaines, d'accents sudistes surfaits et de sueur.
Dans ma tête.

Oui, tout ça c'est dans mon imagination, mais il est difficile d'avoir d'autres pensées que celles-ci, tant le groupe va s'incruster dans cette niche...sans surjouer la carte du stoner / rock'n'roll à bollocks.

Mettez donc Metallica pour la voix. Retirez un peu d'alcool (oui, vaut mieux) et mettez derrière lui des musiciens qui s'inspirent de Clutch et Red Fang avec un peu plus de légèreté.
Un peu de rock à motards, une B.O pour un aller-retour sur la route 66 (style poilu à la Black Label society ou Motörhead que vous repucelez) et vous avez cet EP de Wild dawn.

Là encore, j'ai beau faire appel à mon dico des synonymes, les alternatives sont plutôt limitées. 

Le groovy n'a pas d'équivalent, le "wok'n'woll bluesy" n'est que pure invention de votre rédacteur, et pourtant, tout ceci caractérise bien les guitares aux riffs chauds et aux soli hurlants. 
Quant au rythme tonitruant du couple basse/batterie, il laisse entendre que les deux compères sont sous juvamine 365 jours par an.
Il faudra bien peu de temps pour assimiler le groupe : son état d'esprit comme ses compos, mais il en faudra bien plus pour s'en lasser.
Ce qu'on ne retrouve pas dans un dico des synonymes, on l'a dans des groupes presque similaires sur la scène française et pour le coup on pensera à Poncharello ou 7 weeks (largement présents sur le zine)
Simple et accessible, le rock furieux de Wild Dawn se rapproche d'un stoner excité dont la clôture sur leurs auto-reprises acoustiques n'en finit pas de réchauffer l'atmosphère.

photo de Tookie
le 09/11/2015

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements