Wolfbrigade - Damned

Wolfbrigade - "Damned"
chronique Wolfbrigade - Damned

Vous allez dire que je fais une petite fixette sur ce groupe. Certes, mais c'est un peu mes Melvins à moi, hein El Gep ?

Comparaison un peu outrancière car il y a autant de rapport entre Wolfbrigade et Melvins qu'entre un tracteur Massey Ferguson et la Ford XP Falcon V8 Interceptor de Max le fou.

Le dernier Wolfbrigade fait ainsi vrombir un moteur parfaitement huilé, carburant à la nitroglycérine en faisant honneur à une discographie déjà riche en machines infernales à injection.

 

Plus rustique que celle de Comalive, le son de Damned fait la part belle au chant miel/guimauve de Micke (blague) et aux guitares ayant franchi encore une étape dans leur quête de mélodies frontales.

En effet sur Comalive, les grattes, bien qu'en recherche constante du juste équilibre, peinaient un poil à mêler de façon homogène les leads mélodico-dramatiques et les riffs bourrino-cathartiques.

La faute peut-être à une production pas assez équilibrée. Chais pas, suis pas ingénieur du son.

Quoiqu'il en soit la balance parfaite est enfin trouvée sur cette plaque.

Cette dernière, bien qu'inscrite dans le respect de la bastonnade en règle, devrait ainsi plaire également à l'amateur de Crust moderne, celui qui se plaint un peu de vivre dans un monde de merde en buvant du thé (blague 2).

Wolfrigade, eux, restent à la bière, celle qui a passé trois jours en plein soleil et qui rend méchamment agressif après une canette.

 

Comme à son habitude, Wolfbrigade démarre pied au plancher en envoyant d'entrée deux gros boulets qui sentent la poudre.

 

"The sound of thunder blazing Sky !!!"

 

Voilà les mots simples qui débutent l'album. Un verbe rudimentaire mais parfaitement adapté à la colère des insoumis qui va s'abattre sur nos têtes.

Dès la troisième piste, les Suédois posent leurs bourses sur la table avec "Road To dreams". Toujours désabusés mais loin d'avoir abandonner tout espoir pour notre pauvre race, les Kings Of The D-Beat sortent le burin avec une rythmique massive et un refrain bastonné jusqu'à la dernière note. Balancer une telle ogive dès le début d'une plaque est risqué. Aucune importance, le meilleur reste à venir.

 

Plus loin, "Ride The Steel" tarde à s'y mettre. Des notes tristes débutent le morceau et renforcent ainsi l'impact du texte dénonçant la compétition dans lequel nous sommes élevés dès notre naissance. Wolfbrigade prend son temps, introduisant un véritable solo et des breaks nombreux (pour du D-Beat bien sûr) pour dépasser les cinq minutes ! Bigre, presque un record pour la formation. Et étonnamment, les cinq fauves sont parfaitement crédibles dans cet exercice peut commun pour la scène. Une touche d'émotion dans un monde de brutes.

"Hurricane Veins" déboule ensuite et là ils nous refont le coup de "Barren Dreams" sur l'album précédent, en plus méchant encore. Trop court, le morceau laisse un goût d'éphémère dans les oreilles, nous obligeant à le remettre aussitôt pour se faire tatanner de nouveau la bouche avec le sourire. Un pure moment de grâce abrupte et sans concession.

Les deux plages suivantes sont on ne peut plus classiques, agréables, brutales mais conventionnelles.

"Damned Of Madness", par contre, brise le rythme sacré du D-Beat par des descentes de tomes surpuissantes et répétées. Bordel, il ne faut pas grand chose pour doubler l'impact d'un combo coup de de tête/ balayette/ machette.

Wolfbrigade enfonce ensuite le clou jusqu'à la dernière note pour achever ses 11 brûlots nous faisant adorer l'odeur du napalm au petit matin. Sainte Barbe se voit honorée et comblée par ces iconoclastes patentés.

 

En restant fidèle à une certaine idée du D-Beat tout en introduisant d'infimes mais réelles nuances, Wolfbrigade se rend de nouveau coupable d'une sortie vitale. Damned, façon puzzle, ne correctionne plus, il dynamite, disperse, ventile. 

Southern Lord aurait signé le groupe pour trois albums. Reste à savoir si les Loups ne vont pas y perdre leur mordant. 

photo de Crom-Cruach
le 22/04/2013

4 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 22/04/2013 à 11:13:50

'tain on dirait que je vais encore devoir acheter un album de crust !!!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 22/04/2013 à 12:58:50

A consommer sans modération à tout heure du jour et de la nuit en cas de baisse de forme : mon Juvamine perso !

daminoux

daminoux le 22/04/2013 à 13:37:59

c'est un vrai carnage, avec cette album Wolfbrigade fait du Wolfbrigade mais avec un son de malade. et je trouve que ça fait toutes la différence peut trop moderne pour certain,mais moi j'aime quand me claque le cerveau... toujours des putain riff crust et des hits pour la faite de la bière...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 22/04/2013 à 13:43:56

Yep, pas mieux

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Lost in battle - Lost in battle
Mudvayne - L.D. 50