Wolves In The Throne Room - Celestial Lineage

Wolves In The Throne Room - "Celestial Lineage"
chronique Wolves In The Throne Room - Celestial Lineage

C’est énorme ! Un must je vous dis ! Pour qui ne connaît pas encore Wolves In The Throne Room. Pour qui n’écoute que peu de musiques obscures. Pour qui la musicalité d’un album doit aller au-delà de la spontanéité adolescente. Pour qui la musique doit se renouveler. 

 

Oui ce nouvel album a quelque chose de parfait dans ce qu’il propose. Des musiciens talentueux, des compos terribles, inspirées, sculptées dans du pétrole, pour une ambiance prenante et une profondeur dans l’ « œuvre ».

Comme Envy avec son évolution musicale et sa signature sur Rock Action (label des Mogwai) a amené des indie rockeux à découvrir le post hardcore / screamo, les Wolves In The Throne Room peuvent emmener un nouveau public à s’essayer au black metal. Ceci grâce à un défonçage des codes et un uppercutage des clichés que certains collent au « black metal ». Franchement, entre les premiers Emperor, le Filosofem de Burzum et le Deathcrush de Mayhem – pour ne parler que des « gros noms », musicalement le Black n’était pas qu’ « un »  (« Black is all colors at once » disait Bill Callahan). Le lien était le côté obscur de la force, la haine, et autres formes de misantropisme crachées à la gueule du monde par des kids de 14-18 ans dans les années 90. Du coup, si les Wolves peuvent êtres considérés comme une évolution musicale adulte d’un bâtard entre Emperor et Burzum né dans les années 2000, les autres codes noirs (« the code is red, long live the code » disaient les Napalm Death) et surtout les clichés qui vont avec, sont laissés au dépotoir.

 

Alors musicalement où est-on. Eh bien de longs morceaux (5, 7, 10, 11 minutes en gros) progressifs, mélodiques, agressifs mais pas que,  aux rythmes hypnotiques et aux breaks tantôt lourds et pesants tantôt aériens, le tout dans une ambiance « vol au dessus d’un nid de coucous en décomposition ». Ces longs passages ultra-rapides aux riffs de guitare répétitifs basés sur peu d’accords et appuyés par la double pédale de la batterie qui bastonne tout à la seconde en mode boîte à rythme, sont tout simplement sublimes et arrivent à arrêter le temps. Ça joue super vite, tellement vite que l’espace son est saturé et se dégage cette drôle d’impression de ralenti. On a l’impression de sortir de son corps ! Les titres « Transilvanian Hunger » de Darkthrone et « Jesus’ Tod » de Burzum par exemple arrivent aussi à cet effet « magique ».

Le chant est tantôt cri masculin, utilisé avec parcimonie et souvent mixé derrière les guitares, tantôt voix angélique dominant des nappes de synthé maléfiques. Mais surtout, c’est la mélodie qui prime, mise en avant par une production adéquate qui donne de la puissance et du volume à l’ensemble.

 

Au regard de leurs précédents disques, pour ceux qui les ont écoutés avec passion, comme il a été reproché aux GodspeedYouBlackEmperor à une époque, il sera dit que les Wolves ne se renouvellent pas et font encore la même chose. Certes, mais ils le font bien, voire le font mieux. Et ça ce n’est pas le cas de tout le monde.

 

Alors voilà c’est dit, tous les fans de prog, de mélodies à tiroirs, de chants de la renaissance, de post rock et autres Pink Floyd doivent écouter Wolves In The Throne Room pour découvrir ce que cachent vraiment les côtés obscurs de la lune et de la cuillère. Et Celestial Linage est la parfaite porte d’entrée pour commencer le voyage.

photo de R.Savary
le 19/01/2012

8 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 19/01/2012 à 15:09:13

Perso, j'ai jamais réussi à entrer dans ce groupe... Leur concert au HELLFEST m'avait laissé de marbre...

el gep

el gep le 20/01/2012 à 03:26:46

Pour l'évolution dans le Black, voir plutôt les ci-dessus cités Mayhem avec "Ordo Ad Chao" (et dans une moindre mesure "A Grand Declaration Of War"). Quant aux loups d'ici, je ne crois pas non plus spécialement en leur "renouveau" Black Metal, non. Bof.

d luce

d luce le 20/01/2012 à 08:48:33

il faut écouter cet album pour Thuja Magus Imperium, c'est vraiment leur meilleur morceau...

R.Savary

R.Savary le 20/01/2012 à 20:00:31

El Gep, dans ton commentaire je dirais " voir aussi" et non "voir plutot" car c'est l'ami de dingo.
mais que l'on aime ou pas on ne peut que reconnaître que les Wolves ont fait et font partie du renouveau salvateur du black métal à l'instar des Leviathan Xastur

el gep

el gep le 21/01/2012 à 15:53:55

Je renverrais bien Mickey à Death Spell Omega aussi, tiens!

R. Savary

R. Savary le 22/01/2012 à 21:36:48

... et aussi Weakling, Blut Aus Nord...
Mais je certifie 10 calimuchos que ce Wolves va passer les années ! Oui d luce, on est d'accord, c'est du gros tout ça !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/01/2012 à 21:45:32

J'aime beaucoup la référence à la horde de Jourgensen sur la fin de la kro. Forcément en français le jeux de mot est moins évident (voir pas du tout)

R. Savary

R. Savary le 26/01/2012 à 01:48:19

Merci Crom-Cruach, j'ai portant essayé ( "le côté obscur de la prune" ça sonnait moyen et je perdais la ref) ! J'ai juste découvert que cette histoire du rock était vrai et que Jerry Lee Lewis était le diable, que Jésu était un architecte avant de réussir en tant que prophète...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019