Wombbath - Tales Of Madness

Chronique mp3

chronique Wombbath - Tales Of Madness

Si 2020 est une bonne, voire très bonne, année pour le swedeath, ce n’est pas grâce à Wombbath.

 

Et oui, à peine sommes-nous sauvés de l’écoute du très lourdingue Choirs of the Fallen que Stuvemark et Petersson se sentent obligés de remettre le couvert une seconde fois cette année.

Drôle d’idée en réalité.

Pourtant, motivé par un espoir indéfectible chevillé au corps et un amour vrai dédié au style, on se dit que cette fois, l’inspiration (ou au moins l’énergie) sera au garde à vous, le doigt sur la couture, et le fusil chargé de grosse bastos, sur l’épaule.

Et bien non.

Ben oui.

Car là, nous avons droit, une deuxième fois, aux aventures de la 7ème Compagnie en Suède plutôt qu’à Apocalypse Now in Stockholm.

 

En premier lieu, la prod de ce Tales Of Madness, à peine plus soignée que sur le skeud précédent, permet difficilement de distinguer quoique ce soit à des compos, qui de toute façon, ne présentent qu’un vague intérêt laxatif. Le son, bien salopé, massacre alors allégrement la batterie et son tchounka tchounka souffreteux.

Le chant ne survit pas au carnage également. Sans coffre aucun et vaguement dans les temps, Jonny Petersson a vraiment l’air de s’en foutre.

 

Deuxièmement, les morceaux plus interchangeables qu’un présentateur de BFMTV, font immanquablement penser à Six Feet Under ayant bouffé une HM-2 Boss et tentant vainement de la recracher. Je défie alors quiconque de retenir quoique ce soit des huit titres composant ce Tales Of Madness, qui mérite bien son nom au final.

Car il faut vraiment être marteau pour s’en infliger l’écoute. Quand certains font la chronique du dernier Puteraeon, ben moi, j'me farcis Wombbath...

Et pour ceux qui se moquent de Rotten Rogga Johansson, vous allez réviser votre jugement concernant les qualités de ses sorties compulsives.

 

Reprenons.

Un son dégueulasse, des titres dégueulasses et pour finir une pochette dégueulasse : le constat n’est pas jaune rigolo.

Ainsi, rejoignant Entrails dans le fond de la cuvette, Wombbath devrait sortir des chiottes et tirer la chasse derrière lui.

photo de Crom-Cruach
le 23/12/2020

3 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 23/12/2020 à 10:00:17

Haha, à ce point ? J'ai bien fait de garder le Puteraeon alors :P

pidji

pidji le 23/12/2020 à 11:16:02

le son est pourri alors qu'apparemment ce sont des réenregistrements de vieux morceaux ? 😂

Seisachtheion

Seisachtheion le 23/12/2020 à 14:13:09

Premières écoutes accablantes ! 😱

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021