Toehider - 49 Songs You MUST Hear Before You Die - De début janvier à début avril 2018: les 8 premiers titres

Toehider - 49 Songs You MUST Hear Before You Die De début janvier à début avril 2018: les 8 premiers titres (dossier)
 

 

DEBUT JANVIER ---> DEBUT AVRIL 2018

 

Trois mois. Il n'aura fallu à Mike Mills que trois mois (dont un petit février tout riquiqui) pour livrer 8 morceaux dont la qualité suffirait pour en faire un album de la trempe de Good. Alors que – je vous le rappelle – nous ne parlons ici que d'un petit quart (si l'on compte également les 4 covers – 8+4=12, 12*4=48, on y est presque... Mais peut-être les covers ne comptent-elles pas dans les 49 morceaux?) un petit quart, disais-je, de ce qui doit être composé dans le cadre du projet Patreon. Bon sang de bois mais ce 1 Album You MUST Hear Before You Die qui doit être pressé en bout d'aventure, il va falloir en faire un triple album! On ne va quand même pas mettre autant de belles compos au rebut! Je m'emballe, je m'emballe, et je ne vous ai même pas encore expliqué le pourquoi du comment. C'est que ces 8 premiers titres sont carrément excellents! Mais je vous laisse vous faire votre propre idée en lisant les 8 mini-chroniques ci-dessous, qui traitent chacunes individuellement de l'un des nouveaux titres...

 

LES 8 PREMIERS TITRES INEDITS

Avertissement: puisque, à l'heure où je vous écris, seuls les participants au projet Patreon ont accès aux artworks créés par Salty pour illustrer les créations de Mike, ceux proposés ci-dessous sont des échantillons qui n'en révèlent qu'une portion congrue.

 

 

GO FULL BORE

Genre: Heavy Speed flamboyant à la sauce Toehider.

Durée: 4:00

Note: 5/5

C'est à fond les ballons que Mike commence l'aventure 49 Songs, sur le long ruban d'une route australienne. Enjoué et fonceur comme un titre de Helloween, "Go Full Bore" c'est également une débauche de clavier à la Pretty Maids / Stratovarius / DragonForce, des chœurs Queeniens, plus un passage "Beuhmeuh" où le maestro nous montre que lui aussi a écouté Bathoryet qu'il peut tout à fait shrieker si ça lui chante (et inversement). Sans oublier un passage Synthwave / Jeu vidéo en support des twins, aux deux tiers du morceau, ainsi que quelques effets Electro, de-ci de-là. C'est simple: on croirait voir des F1 surgir en gerbes arc-en-ciel de nos écouteurs. Du bonheur en barre!

 

 

THE GUY THAT NOONE REALLY KNOWS

Genre: Prog & poignant.

Durée: 6:23

Note: 4.5/5

Autre exercice dans lequel Mike excelle, "The Guy That Noone Really Knows" est l'une de ces histoires tragiques que l'artiste nous conte au coin du feu, une guitare sur les genoux. Des douces confidences initiales auxquelles se mêlent progressivement banjo, sifflet, guitare acoustique et soleil naissant, le morceau se développe tel un film, de scènes en scènes, jusqu'à sa funeste conclusion, en passant par ce genre de refrain à voix multiples qui fait ressentir la chaleur de rayons cléments sur les avant-bras, ainsi qu'une brise venue de l'horizon dans les bouclettes. On ferme les yeux, et on y est...

 

 

 

MOON AND MORON

Genre: Démesure B.O.rchestrale + disto oldy'n'funky

Durée: 7:26

Note: 5/5

Attention, grands moyens! "Moon And Moron" démarre sur les terres orchestrales de Hans Zimmer et John Williams, avant de glisser à travers des trépidations électroniques vers un Rock Prog typé 70s à la disto' pleine d'une gouaille quasi Disco. Non non, il ne s'agit pas ici d'alternance osée entre des registres hétéroclites: le faste d'une B.O. Hollywoodienne a ici bel et bien été mélangé avec l'indolence sexy d'une guitare psychédélique, l'union de tout ce petit monde étant célébré par un Mike particulièrement en voix. Chez d'œuvre (... malgré une fin soporchestralo-ïphique un peu longuette) !

 

 

 

MY EVENTUAL UNDOING

Genre: Prog printanier

Durée: 4:33

Note: 4/5

Vent doux, soleil clément, guitare électrique cascadant doucement dans les rochers frais, batterie pleine de sève: "My Eventuel Undoing" s'écoute en ouvrant les volets, face à une nature printanière pleine de promesses, une fêlure ancienne fragilisant néanmoins la sérénité de la douce mâtiné qui s'annonce. Du Toehider délicat, intimiste, mais lumineux, comme on l'aime.

 

 

 

 

WOLF WEEK

Genre: Hard Rock'n'Prog

Durée: 5:13

Note: 3,75/5

Démarré comme un morceau de Hard Rock plutôt épique et relativement charpenté, "Wolf Week" révèle vite une sensibilité plus progressive à l'occasion d'un refrain ample et  caressant. Puis des poussées énergiques se mettent à ménager plus d'espace à des parenthèses sophistiquées mais fraîches. Un beau mélange des deux mondes.

 

 

 

 

 

DRAGON TOOTH

Genre: Hollywood Heavy Speed

Durée: 5:46

Note: 4/5

Autant "Go Full Bore" débordait du Heavy pur souche pour s'offrir des dérapages stylistiques contrôlés, autant "Dragon Tooth" reste plus dans l'approche d'un Nanowar (la ceinture-god en moins): ici la musique demeure à 200% fidèle aux canons du genre, les paroles seules laissant deviner le caractère caricatural (mais bienveillant) de l'entreprise. Orchestrations fastueuses à la Rhapsody, refrains et gimmicks guitaristiques typiques de Helloween: les amateurs de Donjons&Dragons vont kiffer.

 

 

 

HE'S THERE... AND THEN HE DOES THAT

Genre: Prog lumineux et luxuriant

Durée: 6:09

Note: 4.75/5

Démarrant sur l'ouverture des lourdes portes du Paradis des Licornes (... celles-ci ne s'actionnant qu'à l'aide de nappes de synthé pétillantes), "He's There... And Then He Does That" est ce genre de morceau qui vous inonde le sternum de tendres mais puissants assauts émotionnels. Reposant sur un clavier aux sonorités rose-synthétique et une BAR qui s'assume, le morceau a à peine besoin de son lead de saxo pour dégager d'intenses parfums des 80s. Et bien que ce genre d'ébats musicaux devrait naturellement me rebuter, ici la magie opère et nous entraîne dans un foisonnement merveilleux de saccades guitaristiques modernes et de magnifiques refrains aux fastueux chœurs Mike Millsiens. Arf, tout est sublime ici, même ce break minimaliste à 3:17, interrompu par une fontaine de piano printanier. Tout cela devrait nous sembler trop plein de gelée... Et pourtant on déguste le morceau les yeux fermés, le visage souriant béatement en direction du soleil. 

 

 

IMAGINARY BIRD

Genre: Rock presque acoustique

Durée: 3:10

Note: 4/5

Douce caresse acoustique, voix apaisante, réconfort: le début d'"Imaginary Bird" nous renvoie à l'époque de Not Much of a Man. Du moins c'est ce que l'on pense initialement. Parce qu'à mi-chemin, quand l'intensité se met à monter et que par-dessus les clap-clap discrets mais vigoureux apparaît à nouveau une certaine tension électrique, on se rappelle que Mike n'est pas du genre à ressasser. D'autant qu'il laisse encore échapper quelques douces peluches synthélectro, comme un rappel à l'ordre: tout est possible, et les comparaisons trop évidentes sont rarement judicieuses. N'empêche, malgré quelques pics plus vigoureux, le morceau demeure l'une de ces pauses lors desquelles Mike laisse s'exprimer son côté rêveur, profond, mélancoptimiste, qui contre-balance avantageusement sa folie habituelle.

 

 

 

 

 

Note des morceaux du premier trimestre 2018 (calculée de la plus froide et mathématique des façons): (5 + 4.5 + 5 + 4 + 3.75 + 4 + 4.75 + 4) / 4 =  8.75/10

 

 

LES 4 PREMIERES COVERS

Ma contribution financière au projet Patreon n'étant pas suffisante, je ne pourrai pas vous en dire plus sur les reprises effectuées par Mike (...d'autant que je ne connais pas forcément les originaux). Cette liste est donc donnée par souci d'exhaustivité informative:

>> "Bat out of Hell" de Meatloaf

>> "Don't Call Me Dude" + "Down With the Ship" de Scatterbrain 

>> "Gravemakers and Gunslingers" de Coheed and Cambria (uploadé exceptionnellement sur Youtube, pour que tout le monde en profite)


 

 

 

 

Mon avis, version courte: j'avoue, je m'interroge. J'ai peur même. Comment Mike, en continuant à produire autant, va-t-il réussir à maintenir un tel niveau d'excellence? Car on aime ces 8 premiers titres autant que le reste de la discographie du groupe: passionnément et inconditionnellement (...quoiqu'il y ait eu quelques exceptions par le passé). Tu le crois ça... Et après tout, même si le ciel nous tombait sur la tête et que la suite devait soudainement devenir médiocre (... bienvenue dans la 4e dimension), cette aventure nous aurait déjà offert un formidable successeur à Good. Croyez-moi: l'argent dépensé dans ce projet par les fans est EXTRÊMEMENT bien placé!

 

 

photo de Cglaume
le 30/04/2018

2 COMMENTAIRES

Rouxbarbe

Rouxbarbe le 29/05/2018 à 07:31:56

J'ai super hâte que tu critiques la suite, je suis curieux de savoir comment tu vas t'en sortir avec IHLTNMOTM ;)

cglaume

cglaume le 29/05/2018 à 08:23:43

Le "part 3" est gigantesque... J'ai hâte de l'avoir en totalité !!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019