Akphaezya - Interview du 12/03/2012

Akphaezya (interview)
 

Salut ami Akphaezyien! Bien content de te retrouver en ce (presque) début 2012! Avant qu’on plonge dans le grand bain d’Anthology IV, j’aurais aimé que tu nous brosses rapidement le tableau de vos tribulations depuis la sortie d’Anthology II. Je sais que vous avez donné quelques concerts, notamment en compagnie d’Unexpect et Sebkha-Chott, mais ce n’est sans doute pas tout… Quelles dates vous ont particulièrement satisfaits, quels retours avez-vous eus du public, les ventes et les chroniques ont-elles été bonnes… ?

Salut le lapin ! Bien content de te retrouver également ! Alors... Ouep, suite à la sortie d’Anthology II, nous avons donné une série de concerts dont certains en première partie d'Unexpect, Evergrey, Dark Ages, Ultra Vomit, L'Esprit du Clan, Tagada Jones, Puppet Mastaz... Et quelques festivals bien sympas... Genre le Poulpaphone : jouer dans un chapiteau posé sur la plage Normande, entre la  mer et les falaises ponctuées de bunkers, c'est assez unique!

Outre la scène, nous avons travaillé sur d'autres projets. Citons, par exemple, l'autre Steph (Beguier, bassiste d'Akphaezya) qui fait partie d'un Jazz Band, ce qui, en soit, fait assez sérieux mais bon... N'oublions pas que, lui et moi, sommes tout de même responsables de l'album de ZaPiratz (Metal up your Death, 2009), un opus sans prétention si ce n'est celle de s'amuser avec plein d'amis musiciens (Neil de Würm, Mike de Yorblind, Seb BST...), quelques bières et des histoires loufoques de pirates pas bien doués... Le tout sur fond de Thrash/Death... Bref... Depuis, il est devenu Papa ! D'où la chanson « Captain Hochet », que tu connais ! Plus récemment, Nehl a pu se pencher sur son album solo, le peaufiner. Puis nous avons attaqué Anthology IV (Ecriture, compo...).

Anthology II a eu de très bons échos dans la presse européenne, le public s'est souvent montré ouvert et enthousiaste à l’écoute de notre musique, que ce soit en cd ou en live, donc ouep, on est content.

 

Anthology II était organisé comme un gros ouvrage, avec sa préface et ses 3 tomes, et à présent Anthology IV nous est livré structuré comme une pièce de théâtre en 4 actes… Vous allez arriver à garder le rythme jusqu’au bout des 5 (si j’ai bien suivi) albums prévus ? Le prochain sera empaqueté comment ? Un jeu vidéo en 5 levels avec leurs bosses de fin de niveau ? Un sitcom et ses diverses saisons ? Une symphonie et ses mouvements ? 

Hum... Le prochain sera très différent car il apportera quelque chose de très particulier à la narration. J'ai hâte de m'y mettre, mais en même temps... Profitons déjà un peu de celui-ci !

 

Encore une fois, le détail apporté à la réalisation de l’histoire, à sa mise en scène et en musique est impressionnant ! L’ensemble est véritablement organisé comme une pièce, avec rappel des personnages, dialogues et même des didascalies ! Vous pousseriez le vice jusqu’à réellement monter une représentation de la pièce (étoffée pour l’occasion) si vous en aviez le temps et les moyens ?

Impressionnant? Merci du compliment. J'imagine que tout cela peut paraître pompeux mais le but est surtout de raconter une histoire, des sensations, des sentiments et de les transmettre au mieux.

Pour cela, on a fait en sorte que la musique soit une vraie toile de fond permettant à Nehl d’interpréter le rôle de chaque personnage. Chacun a ses caractéristiques et sa propre manière de s'exprimer, que ce soit dans l'intonation que Nehl prend ou dans les textes même. La musique pose donc le décor, l’atmosphère, les sensations. La voix de Nehl parle pour chaque protagoniste. Alors... Une adaptation...C'est un peu prématuré, mais j'ai effectivement pensé à quelque chose dans ce goût là... Disons que, d'un côté, j'aime à penser que la musique peut tout raconter et tout faire ressentir. Mais... Si le but est de toucher l'imaginaire et le sensoriel au maximum pour que l'histoire vive, pourquoi ne se limiter qu'à la musique ?

Le clip et l'artwork de l'album m'ont permis (de par mes directives données aux artistes en charge de leur réalisation) d'approfondir l'aspect visuel, de créer et de peaufiner la mythologie d'Akphaezya. Cela apporte à son univers et n’étouffe pas l'imaginaire. Du coup, avec ce clip, l'artwork, les textes, la musique et l'interprétation de Nehl, monter une pièce de théâtre n'a plus que peu d'intérêt. Par contre, il existe encore quelques autres moyens d'expression qui sauraient compléter les sensations manquantes...

 

L’histoire me semble un mélange de tragédies shakespearienne (« Roméo & Juliette » !), cornélienne (« Le Cid », ou l’assassinat de l’ascendant d’un amant par l’autre) et d’Euripide (Andromaque, contrainte d’abandonner son enfant). Vous avez étudié vos classiques pour accoucher de cette histoire ? J’en oublie sûrement … Pourquoi ce choix du grec en de nombreuses occasions ? Ce n’est pas la langue du monde d’Akphaezya que je sache…. Pour évoquer les tragédiens grecs classiques ?

Bien vu ! Cette partie de l'histoire d'Akphaezya s'inspire des grandes lignes des tragédies grecques, de « Roméo et juliette » et d'autres classiques (comme Electre, que Nehl adore)! Concernant le grec, ce n'est effectivement pas la (ou l'une des) langue(s) Akphaezyenne(s). (Au passage, l'anglais non plus... Mais cela paraît logique pour tout le monde ! héhé)

Pour ma part, il m'a paru logique de faire ce choix pour des raisons artistiques et personnelles. Artistiquement, tout permettait une expression très riche, marquée par la culture de la Grèce antique, sa mythologie, ses philosophes, ses monuments... D'abord, Anthologie IV est une pièce classique, une tragédie grecque. Ensuite, graphiquement, l'alphabet ainsi que les poteries (céramiques...), proposent un bel avantage: ils sont incroyablement graphiques, modernes et tout le monde semble les reconnaître sans réellement les connaître. C'est un univers graphique fort. Faire de cette période (ou de la ville de Nerak), une époque (ou un lieu) grecque donne l'héritage de notre inconscient collectif à cette histoire, tout en lui laissant sa part d'imaginaire.

A l'inverse, les sonorités, accents et prononciations de la langue grecque sont plutôt méconnus. Du coup, l'histoire se les approprie comme un langage qui est sien. A chaque fois que cette langue est utilisée dans l'album, c'est pour soulever un point important de l'histoire de la pièce. Hum... C'est un peu comme surprendre deux personnes qui discutent en français et qui « switchent » dans leur langue maternelle quand elles sont sur des sujets plus personnels. C'est plus intime. Cela a demandé un peu de travail ! On ne se lance pas à chanter dans une autre langue sans connaître les subtilités de sa prononciation. Heureusement, un ami grec qui vit à Athènes nous a fortement aidés. Par ailleurs, ce que ce peuple traverse en ce moment est innommable, nous avons voulu lui rendre un petit hommage en faisant figurer sur l'album une phrase en grec le dédiant aux peuples de Grèce d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Ce qui arrive à la Grèce nous concerne tous.

 

Vous êtes toujours autant fans de « jeux de mots ». Sur Anthology IV, hormis le personnage de H. Nafest qui a dû être guitariste dans une autre vie (!), et la famille Dna dont chacun des patronymes correspond à un prénom écrit à l’envers (pourquoi pas de Euqamor-Dna pour le coup ?), il y a jusqu’au titre de l’album qui fait manifestement un clin d’œil à une Karen qui doit certainement faire partie de votre entourage …. Pas vrai ? Y a-t-il encore beaucoup d’autres clins d’œil de ce style cachés ci et là ?

Effectivement, je plaide coupable... Lorsque je cherche un nom de personnage, de lieu etc... Il y a toujours un hommage caché, que ce soit à l'un de nos proches ou à un artiste qui nous a influencés. Nerak... La cité des éléments... (Coucou la frangine!) Et sinon... Que penses-tu de la cité d'Ehculoc ? Ou de la « Mountain of perseverance, Schuldiner's domain » ? (Tous deux sur  la carte fournie avec Anthology II)

 

Côté musique, je trouve Anthology IV bien plus sombre que Anthology II. Est-ce dû uniquement à l’histoire, ou bien cela correspond-il également à vos goûts et envies du moment ?

Aux deux, forcément. Comment cela pourrait-il être autrement ? :)

 

Sur ce nouvel opus, Nehl continue ses explorations vocales exotiques et a cette fois troqué les « Shalaï am'Am » et « La Shinanana Yi-shina » pour des « Yé-lé-léÏÏÏÏ »  Ou puise-t-elle toute cette panoplie de chants et dialectes bariolés ?

Nehl utilise sa voix de plusieurs manières. Que ce soit pour jouer un rôle, un personnage ou évoquer un sentiment. Parfois, elle l'utilise comme un instrument à part. D'autres fois, comme le pinceau du peintre qui dessine et pose sa couleur... Donc ton qualificatif « Bariolés » convient parfaitement... Son inspiration est directement liée à son ressenti. C'est beau hein ?

 

Quelle est la fonction des morceaux « Transe H.L.X » qui figurent sur chacun des opus ? Ils se trouvent en tout cas qu’à chaque fois, ils représentent assez bien la tonalité générale de l’album…

D'un point de vue musical, ils marquent effectivement le ton de l'album. Mais, ce sont aussi des morceaux où je ne joue pas ! Le but étant de permettre aux autres musiciens d'avoir une plage de liberté quasi totale. "Quasi" car je donne quelques directives musicales et narratives. Pour la « Transe » de ce dernier album, j'ai demandé à Nehl d'adapter la plupart des thèmes musicaux de l'album en une chanson qui servirait d'entracte. Comme un lien entre l'avant et l'après. Afin que l'auditeur puisse faire le point sur les sentiments et l'histoire qui vient de se dérouler et qu'il se prépare à la suite... Un entracte quoi... Héhé

Cette plage est jouée et enregistrée d'une traite par Mlle Nehl Aëlin sur un piano à queue, dans la salle de concert du conservatoire d'Orléans. Aucun effet n'a été ajouté. D'un point de vue narratif, ces « transes » prendront de l'importance dans les « anthologies » suivantes.

 

Je sais parfaitement – vous connaissant les uns et les autres - qu'il ne s’agit en aucun cas pour l’un ou pour l’autre des 2 groupes de « copier sur son voisin », mais es-tu conscient de l’effarante proximité stylistique et vocale entre vous et Pin-Up Went Down sur certains passages – et en tout particulier sur le morceau « Utopia » ?

Alors, comme ça là, non... J'imagine que le fait que nos deux groupes aient une chanteuse joue un rôle dans cette analyse. Mais de ce que je me rappelle de Pin-Up Went Down, nos musiques sont assez éloignées. En fait, je pense que quand tu joues un metal un peu barré avec une chanteuse, tu ne peux pas te soustraire à l'inévitable comparaison avec Atrox, Unexpect, Stolen Babies ou encore Diablo Swing Orchestra... Pourtant, je pense qu'on est parfois plus proche d'un Tool, d'un Opeth, d'un Mastodon, voire d'un System of a down... Mais où le chanteur est une fille ! :)

 

Il semblerait que vous vous sentiez un peu gênés aux entournures par le qualificatif « avant-gardiste » qui vous est régulièrement (et à raison si vous voulez mon opinion) accolé ? C’est plutôt flatteur pourtant ! Peur de rebuter un public frileux ?

Oui, bien sûr, c'est très flatteur.

Ce qui m'embête ce n'est pas d'être qualifié d'« Avant-garde », mais qu'on me dise que c'est un style qui enfermerait Akphaezya! Je m'explique: pour moi, l' « avant-garde » est une démarche ou une volonté. Ça ne peut pas être un style. La définition même d'avant-garde est à l'opposé de cela. Si c'est le cas, alors cela signifie que l'« avant-garde » a des codes, qu'il revendique quelque chose d'académique ! Ce qui est un non sens. Cela sonnerait comme une obligation artistique. Genre t'es avant-garde, t'es obligé de faire des trucs bizarres !

Alors si la question c'est : "Avez-vous pour volonté d'absolument être avant-garde ?", ma réponse est : "Non, on n’y pense même pas !".  Notre seule prétention c'est de faire de la musique, sans se soucier des étiquettes. On fait ce qui nous plaît, ce qui nous épanouit. Si pour certains cette démarche est avant-gardiste, tant mieux ! Pour moi, elle est juste honnête et artistique. Le vrai problème est que lorsqu'on te met dans une catégorie, on ne t'en ressort plus et ensuite, on t'écoute, te juge avec les critères de celle-ci ! Alors que, tu fais peut-être autre chose !

 

Le clip de « Nemesis » et, plus généralement, l'artwork de l'album sont assez fabuleux, dans un style cartoon / Grèce antique très sympa. Qui vous a mitonné ces superbes visuels ?

J'ai voulu donner à cet album, cette pièce de théâtre, plusieurs grilles de lecture : la musique, les paroles, le chant et ses intonations, l'artwork et le clip. Un tout uni, permettant de toucher plusieurs sens, de manières différentes. Par contre, n'étant pas dessinateur, j'ai dû déléguer ! Héhéhé

Le clip est l’œuvre de deux petits génies de l'animation : Camille Bouvard et Laurent Box. Ils ont su restituer toute l'atmosphère que je désirais dans cette histoire. Malgré toutes mes directives, mes exigences, ils ont réussi à allier leurs pattes au style graphique déjà bien étoffé des poteries grecques et à la vision que j'avais de chaque élément. Au final, la pièce y gagne énormément en personnalité, en vie.

L'artwork extérieur est l’œuvre de deux personnes. L'illustration est de Laurent Box (encore) et l'infographie, la mise en page, est de Kévin de KsWs. Cette illustration a été difficile à trouver. Suite au clip, Laurent et moi avons échangé beaucoup de mails pour enfin accoucher d'une image résumant parfaitement l'histoire dans sa globalité. Je suis très content de cette illustration. Artistique, graphique, poétique...

La double page intérieure est illustrée par Hakata Ooh qui avait déjà travaillé sur ZaPiratz. C'est une illustration qui ne figurera que dans la version collector. Elle est également magnifique. Alliant modernité et style ancien.

Enfin, je me suis chargé personnellement du reste (Livret, Cds, pochette Cd etc...)

Bref, nous avons eu la chance de travailler avec de vrais artistes dans leur domaine, des gens passionnés ayant la volonté de créer un univers propre tout en restant à l'écoute de ce que je désirais. Merci, vous avez assuré !!!

 

A la fin de l’histoire (c’est bon, on peut la dévoiler ?), Khym, le fils des protagonistes de l’histoire, est enlevé et emmené dans le passé. D’où les deux questions suivantes : 1) Le prochain opus sera-t-il donc Anthology I, le 1er épisode d’un point de vue chronologique ? 2) Ne seriez-vous pas fans de paradoxes temporels ? Khym a semble-t-il été nommé d’après le nom d’un héros des temps Akhpaezyens anciens, Khym Al Asad … Qui n’est autre que lui-même, après son retour dans le passé, pas vrai ? Donc d’où vient ce prénom à l’origine ? Et qui de la poule et de l’œuf … ?

Question 12.1 : Oui, le prochain opus sera Anthology I!

Question 12.2 : Bien vu l'aveugle ! Pour ce qui est de la poule ou de l’œuf, je ne saurais répondre... Pour l'origine de Khym, des éléments dans Anthology I... Peut être... Ou dans Anthology V

 

Allez, revenons-en à ce qui nous intéresse dans les mois qui viennent : quand va-t-on enfin pouvoir vous voir sur scène ?

On vient de partager la scène avec Black Bomb A là, c'était cool ! Et on vient d'être annoncé pour le ProgPowerEurope 2012 qui est le plus gros fest de Metal prog en Europe. Ça se passe en Octobre en Hollande, et il y aura Vanden Plas, Nightingale etc... Voilou, d'autres confirmations à venir ! Ce fest a vraiment une super ambiance.

 

Quelques questions sur vos projets parallèles : Za Piratz vogue-t-il toujours sur les mers de la planète metal ? Et comment cela se passe-t-il pour la carrière solo de Nehl ? Il semblerait que cela aille TRES bien non ? Pas de conflit avec son emploi du temps Akphaezyen ? Et comment a-t-elle réussi à dégoter un parrainage aussi prestigieux que celui de Jean-Pierre Jeunet ?

Effectivement, pour Nehl Aëlin, ça roule plutôt bien ! Elle vient de sortir son 3e album, « le monde Saha » produit par Jean-Pierre Jeunet, sur le label Danse Macabre (Das Ich...). C'est un album très abouti mêlant piano, violoncelle, musique de film, musique du monde etc... Un truc entre Tori Amos, Tim Burton, Bjork et Hayao Myazaki... J'adore ! (Tiens, elle a mis sa musique sur un court metrage là : http://www.youtube.com/watch?v=UEUx-hJ-Km0)

Pour ZaPiratz... C’était un projet ponctuel de Thrash Death. On a mis l'album entier en écoute gratuite sur Bandcamp. Les paroles sont toujours aussi débiles.

 

Merci beaucoup d’avoir accepté de te coltiner toutes ces longues questions intrusives ! En récompense, je te laisse la traditionnelle dernière « question libre », pour nous dire tout ce que tu as été empêché de dire jusque-là ….  Merci !

Que dire de plus ? Merci à tous ceux qui nous ont aidés ou soutenus dans la réalisation de cet opus ! Spécialement Sylvain Biguet pour son travail sur le son de l'album !

photo de Cglaume
le 13/04/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019