Sigh - Interview du 26/02/2012

Sigh (interview)
 

 

(English version available here)

 

 

 

Salut Mirai. C'est sûr, dès l'écoute d'un titre comme « Ready For The Final War » (découvert par ma pomme il y a bien longtemps, sur la compil' Black End), il était évident que Sigh proposait un black metal en avance sur son temps. Mais avec In Somniphobia, le groupe va encore plus loin pour atteindre les terres du black-sans-frontière-flirtant-avec-les-Mr Bungleries. Ce qui - pour commencer - m'amène à me demander: comment qualifies-tu la musique que tu joues quand on te demande d'être plus précis que le simple terme "metal" ? La référence à Mr Bungle a-t-elle bien lieu d'être ?

John Zorn est définitivement l'une de nos plus grosses sources d'inspiration, et tu n'es pas sans savoir que Mr. Bungle a des liens étroits avec celui-ci. De plus il est vrai que j'adore tout particulièrement les deux premiers albums de Mr. Bungle. D'où le fait que ta description soit relativement correcte.

 

As-tu le sentiment de toujours faire partie intégrante de la scène Black metal? Ou tout au moins de la scène Avant-Garde BM (aux côtés d'ArcturusUlverDødheimsgard & co) ?

Au début des années 90, le black metal est plus ou moins né en tant qu'une résurrection du thrash metal des années 80. Et vu que ce dernier mouvement constitue toujours le gros de notre background metal, on a clairement quelque-chose en commun avec la scène black. Et comme tu le sais, le black metal est un genre qui brasse relativement large et qui s'avère très varié. Donc je pense que l'étiquette "black metal" est bien celle qui permet de nous cataloguer le plus aisément - en tout cas mieux que "death metal" ou "thrash metal".

 

N'étant pas à la base un gros passionné de black metal, j'ai loupé la plupart de vos sorties discographiques précédentes. De ce fait je ne sais pas si vous avez changé significativement votre approche de la musique sur votre dernier album, ou bien si j'aurais droit au même type de melting pot ouvert d'esprit si je jette une oreille sur Scenes from HellHangman's Hymn - Musikalische Exequien ou d'autres albums encore plus vieux...

A vrai dire, Hangman's Hymn est l'album de Sigh le plus cohérent à ce jour. Il ne contient rien d'autre que du thrash et de la musique symphonique allemande. Scenes from Hell, quant à lui, est un peu plus varié, mais comparé à In Somniphobia il est relativement direct. Par contre, si tu t'en retournes jusqu'à Imaginary Sonicscape - qui date de 2001 -, tu retrouveras une approche similaire. Hail Horror Hail est lui aussi relativement proche de cette façon de faire. Bref, tout dépend du concept abordé sur chacun des différents albums. Ce que je voulais avec In Somniphobia, c'était proposer un album à la fois effrayant, dérangeant et exotique. Cela a nécessité l'utilisation de beaucoup d'instruments typiques comme la Sitar, le Tablâ, le Sarangi, des flutes "ethniques", etc. Quand il s'est agi de dépeindre une fin du monde dans les flammes sur Hangman's Hymn, je n'avais pas vraiment besoin de tous ces instruments. Utiliser des orchestrations grandioses était bien suffisant pour ce faire.

 

Sur la fiche promo de l'album, les chroniqueurs sont avertis que (je résume) “Les deux premiers titres sont TRES heavy metal, mais à partir du 3e morceau, les affaires sérieuses commencent”. J'avoue ne pas avoir l'impression qu'il existe un tel fossé entre ces différents morceaux. Il est vrai que “Opening Theme” ressemble déjà plus à l'intro sympho black classique. Mais dès que “Somniphobia” démarre, les fans orthodoxes de black ont à nouveau de bonnes raisons de pleurer. Donc ok: à partir de ce point la musique commence à s'aventurer plus loin dans l'univers de la world music psychédélique - et ça, on est d'accord, c'est une sorte de rupture... Mais ce n'est pas non plus comme si ça rompait violemment avec les 2 premiers titres. Est-ce que tu partages la vision exprimée sur la fiche promo? 
Oui, car en fait c'est moi l'auteur de ces lignes! La BBC a diffusé "Transfiguration Fear", et ce titre a donc été le premier à être découvert par le public. Au début ça m'embêtait parce que je trouvais ce morceau trop direct, et non représentatif de l'album dans son ensemble. Mais il s'est avéré que j'avais tout faux: quasiment toutes les personnes ayant été exposées à ce titre l'ont qualifié de "vraiment bizarre". Au départ, mon intention était de démarrer l'album sur un morceau très direct, puis de graduellement rentrer de plus en plus profond dans le cauchemar. C'est pourquoi "Purgatorium" est vraiment direct, et que son successeur "Transfiguration Fear" est déjà un peu plus étrange, bien que lui aussi soit encore relativement direct. Puis à partir du 3e morceau, on plonge dans un complet cauchemar. C'est sur "Far Beneath the In-Between" qu'on atteint par la suite le point le plus profond de ces noires abysses, puis doucement s'amorce le réveil, ce qui explique que les deux derniers titres soit moins lugubres. Bref, le fait que tu ne voies pas de grand fossé entre ces titres est assez logique au final.

Avais-tu l'intention de jouer un tour aux prétendus “trve BM fans” avec le morceau “Opening Theme” ? J'ai l'impression que ce titre est là pour leur donner de faux espoirs, juste avant que tu en remettes une couche dans l'irrévérence sur “Somniphobia” …
Non, je n'avais nullement l'intention de me moquer de qui que ce soit avec ce titre. Il faut plutôt le voir comme le générique sinistre d'un show télévisé pour noctambules.

Pour continuer avec la fiche promo, on y lit que cinq titres sont en fait étroitement imbriqués en une longue pièce appelée “Lucid Nightmares”… Quand je jette un œil à la tracklist, je constate que le 3e titre s'intitule "Opening Theme: Lucid Nightmare”, puis plus rien de spécial jusqu'à la piste #9, intitulée quant à elle “Ending Theme: Continuum”. Peux-tu nous en dire plus ? S'agit-il (“Lucid Nightmare”) d'un album dans l'album ? 
Oui, les morceaux de "Lucid Nightmare" jusqu'à "Continuum" appartiennent à la même pièce appelée "Lucid Nightmares". Les cinq titres contenus entre ces 2 pistes se suivent sans aucune interruption, comme une succession de cauchemars. On aurait en effet pu sortir l'ensemble comme un album à part entière, mais comme je te le disais, j'ai préféré préparer l'auditeur à sa descente cauchemardesque, puis lui proposer un réveil progressif, ceci par le biais des 2 couples de titres situés aux 2 extrémités de l'album.

 


Avec Kam Lee et Metatron, tu as réuni de fameux invités sur In Somniphobia ! Comment as-tu réussi à les convaincre ? Je suppose que vous avez collaboré à distance ? A moins qu'ils aient emménagé au Japon – comme c'est le cas pour Danny de Ritual Carnage ?

Nous sommes entrés en contact avec Kam Lee via Killjoy de Necrophagia. Il y a quelques années de cela, Dr. Mikannibal et moi avons rendu visite à Killjoy chez lui, en Floride, et il s'est trouvé que Kam était là au même moment. Il avait d'ailleurs déjà fait quelques vocaux sur l'album précédent, Scenes from Hell. En ce qui concerne Metatron, on se connait depuis un bail. Je ne me rappelle plus vraiment comment et dans quelles conditions notre correspondance a démarré, mais je crois que c'est lui qui m'a contacté la toute première fois. Depuis lors, on a beaucoup collaboré. J'ai joué du clavier sur les derniers albums de The Meads of Asphodel, et de son côté Metatron a assuré la narration - entre autres - sur certains de nos albums. Pour ces collaborations, on s'est contenté d'échanger des fichiers via Internet. C'est la façon de faire la plus simple. Sinon je crois savoir que Danny de Ritual Carnage ne vit plus au Japon. Il doit être en Floride à présent.


In Somniphobia mélange une quantité impressionnante de styles musicaux divers… J'imagine que vous tirez vos influences de l'écoute de nombreux artistes différents. Est-ce que tu pourrais nous en dire un peu plus à ce sujet?
En effet, nos influences sont variées et vont du metal traditionnel au free jazz, en passant par la musique classique d'avant-garde du 20e siècle, la musique traditionnelle indienne, la musique africaine, le rock des 60s/70s etc. Et s'il faut citer quelques grands artistes: VenomCeltic FrostWhiplashDeathrowIron MaidenBlack SabbathMercyful FateDeath SSExumerAt WarSun RaJohn ZornAlbert AylerThelonius MonkFrank ZappaThe BeachBoysZakir HussainGoblinMagmaStockhausenXenakisJohn CageDebussyMessiaenSchnittkeTechnovaThe Drum ClubThe Irrestable ForceJam and SpoonThe Fireman etc.

J'ai l'impression d'entendre un peu de Pink Floyd époque The Wall, ainsi que des traces du “I’ve seen that face before” de Grace Johns sur “Amongst the Phantoms…”. Est-ce que tu me conseilles d'arrêter l'alcool ou bien y a-t-il effectivement un peu des univers musicaux de ces artistes dans ce morceau ?
Cela va peut-être te paraître étrange, mais pour être honnête je ne suis pas un gros fan de rock progressif. Evidemment, j'adore des trucs complètement barrés comme Frank ZappaAreaMagmaTangerineDreamFaustAmon Duul I/IIUnivers ZeroArt Zoyd etc., mais je n'ai jamais fait preuve du même enthousiasme à l'égard des groupes de plus grande envergure, comme Pink FloydKingCrimsonYes ou Genesis. Bien sûr, j'aime certains de leurs titres, et pour moi le premier Pink Floyd est un classique, mais je ne suis clairement pas un fan inconditionnel de ces groupes. De plus je ne suis pas du tout familier avec l'œuvre de Grace Johns. Donc il me semble en effet que tu devrais arrêter de boire!

Puisque l'on en est à parler des autres artistes, existe-t-il un groupe dont vous vous sentiriez proche du point de vue de l'approche artistique - voire "spirituelle" -, bref avec lequel vous partageriez une certaine vision de la musique ? 
John Zorn et Frank Zappa sont deux très grands artistes pour lesquels je ressens une profonde sympathie.

 


On ne peut s'empêcher de se demander comment diable est-il possible d'accoucher de morceaux aussi denses et kaléidoscopiques, et en même temps tellement cohérents et accrocheurs ! De quelle façon procédez-vous pour composer ? Est-ce le fruit d'une longue réflexion, du respect strict de certaines règles, ou est-ce le résultat d'un processus d'"écriture automatique", voire de la prise de drogues ? ;)
Etant donné que j'ai étudié les techniques de composition, aussi bien dans le domaine du jazz que de la musique classique - y compris sa composante avant-gardiste du XXe siècle -, toute une partie de ce que j'écris répond à des règles strictes. Le passage intitulé "Fugato" sur le dernier titre de l'album en est le meilleur exemple. Beaucoup de groupes de metal utilisent le terme "fugue" sans savoir ce que cela signifie vraiment, alors que cela répond à une définition très stricte - que le titre "Fugato" respecte scrupuleusement. Mais en même temps, il n'y a pas de véritable règle qui dicte la bonne façon de mélanger plusieurs genres différents au sein d'un même morceau, ce qui fait qu'il est également exacte de dire que j'utilise beaucoup mon intuition lorsque je compose. Mais ce n'est pas quelque chose de personnel: de manière générale, l'écriture d'un titre requiert aussi bien le respect des règles que l'utilisation de son intuition. C'est ce que les allemands désignent par "Kunst and Poesie". Tu peux toujours apprendre les diverses théories musicales, mais tu ne pourras jamais écrire de musique sans ton intuition. Et inversement tu ne peux pas écrire de bonne musique avec pour seule arme ton intuition, y compris dans le domaine du rock. Même le guitariste qui prétend que "la théorie musicale c'est des conneries" sait comment accorder sa guitare.

La plupart des morceaux de In Somniphobia se terminent par une “postface musicale” de 1 à 2 minutes… Quel est le “but” de ces séquences ? J'avoue ne pas avoir toujours été très sûr du message (pour autant qu'il y ait un “message”) exprimé dans celles-ci…
Il n'y a pas d'intro ou d'outro, tous ces passages font partie intégrante des morceaux, et des cauchemars qu'ils mettent en scène. En tant que cauchemars, ils ne portent pas de message à proprement parler: ils sont juste dérangeants et absurdes.

 

Peux-tu nous dire d'où vient le titre "L'excommunication à Minuit" ? Il semblerait que tu connaisses l'allemand, en plus du japonais et de l'anglais... Mais tu maîtrises aussi le français ?
J'ai appris l'allemand pendant cinq ans quand j'étais étudiant, puis j'ai continué pendant encore un petit moment... Mais au final je trouve cette langue trop difficile. Je peux le lire, mais je n'arrive pas à bien le parler. Impossible de maîtriser ces "der-des-dem-den" à l'oral. Désormais je comprends le français mieux que l'allemand. C'est que je suis fan de la culture française, et en particulier de sa musique classique. J'adore des compositeurs comme Debussy, Faure, Messiane, Jolivier, Ravel, Satie etc. Et à vrai dire j'ai commencé à apprendre le français parce que je voulais lire un livre écrit par Vincent D'Indy qui n'était disponible que dans votre langue. Le français est bien plus proche de l'anglais que l'allemand. L'allemand semble plus proche au premier abord du fait de la similarité de certains des mots les plus importants - comme have / haben, is / ist, mais au final je suis quasiment certain que les mots français ont bien plus en commun avec l'anglais. "L'excommunication a Minuit" est censé évoquer une scène où des sorcières ivres et shootées dansent autour d'un grand feu. Et comme ce tableau m'a rappelé une vieille histoire d'horreur européenne, j'ai utilisé le français.


J'espère qu'il va y avoir des opportunités pour que vous veniez jouer en France en 2012… Aurais-tu des informations allant dans ce sens à nous communiquer? Et puisqu'on en parle, tiens: je me demandais comment diable est-ce que vous allez réussir à interpréter les nouveaux morceaux sur scène ? Il va vous falloir des douzaines de musiciens et plus encore d'instruments divers et variés? Ou bien allez-vous déléguer à l'informatique et à des samples la lourde tâche de vous assister dans la reproduction scénique de votre vision musicale ?
Sur scène, on se fait seconder par un iPod. C'est la seule façon raisonnable de reproduire nos titres en live. C'est que ça coûte un bras d'embaucher un quatuor à cordes ou des musiciens jouant des cuivres! Et dans cette configuration il serait assez difficile d'obtenir un son correct qui rende justice à tous les instruments. A propos de l'Europe, je dois dire que malheureusement il devient de plus en plus dur d'y venir actuellement, vu que le Yen est incroyablement fort. 1 Euro valait à peu près 200 Yen il y a de ça quelques années, mais actuellement il vaut 100 Yen, ce qui signifie que l'on a à présent deux fois moins de chance de rentrer dans nos frais rien qu'à cause du taux de change. C'est dingue. Quoiqu'il en soit, on verra. On espère revenir dès que possible.

Merci beaucoup pour ton temps et ta patience Mirai. Je suis persuadé que In Somniphobia va finir bien placé dans beaucoup de TOP 10 de la fin 2012! As-tu quelque-chose à ajouter / y a-t-il des sujets que j'ai complètement et malencontreusement occultés ?
Merci beaucoup pour cette interview. Pour être au courant des toutes dernières news nous concernant, suivez-nous sur Twitter: http://twitter.com/sighjapan

 
 
 

---------------------------------------------------------- English Version ----------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

Hi Mirai. Of course, with « Ready For The Final War » (heard on Black End compilation), it was already obvious that Sigh was into “forward thinking” BM. But In Somniphobia goes even further to reach the world of Absolutely-No-Limits-Mr Bungle-friendly Black Metal. That makes me wonder: how do you refer to the musical style you play when you are asked to ? Is this “Mr Bungle” reference relevant or not ?

Definitely John Zorn is one of the biggest inspirations on us and as you know Mr. Bungle is deeply connected with him. Surely I love especially first two albums by Mr. Bungle, so referring to them is quite a right description.

 

Do you still feel part of the Black metal scene? Or at least part of the Avant-Garde BM scene (together with ArcturusUlverDødheimsgard & co) ?

In the early 90s black metal was born more or less as a resurrection of 80s thrash metal. Considering that 80s thrash metal is still our biggest metal background, we have something in common with black metal. And as you see, black metal is kind of a all-encompassing genre with so much varied musical style. So probably black metal is the easiest word to categorize us - at least more than death metal or thrash metal.

 

Being not exactly a BM addict, I’ve missed most of Sigh’s former releases. Have you changed significantly your approach to music on the last album, or will I get the same kind of open minded metal if I listen to Scenes from HellHangman's Hymn - Musikalische Exequien, or even older albums ?

Actually Hangman's Hymn is the most consistent album by Sigh. It's got only thrash metal and German symphony, nothing else. Scenes from Hell is a bit more varied but compared to In Somniphobia, it's rather straight. However, if you go back up to Imaginary Sonicscape which was released in 2001, you'll find the similar approach. Hail Horror Hail is quite close, too. So it all depends on the concept of the album. I wanted to make In Somniphobia a very scary, disturbing and exotic album, I needed to use a lot of ethnic instruments such as Sitar, Tabla, Sarangi, ethnic flutes etc. To describe the world's end in fire for Hangman's Hymn, I really did not think we'd need those instruments. Grandoise orchestrations were enough for that.

 

On the promo sheet, reviewers are warned that “The first two songs are VERY heavy metal, but from the third track, it really begins”. I’m not sure to witness such a gap between these tracks. It’s true that the “Opening Theme” sounds more like the usual symphonic black intro. Still, as soon as track “Somniphobia” starts, orthodox BM fans have good reasons to start crying again. From that point, music starts to go a little bit further into psychedelic / world music - I agree on that - but it’s not like a brutal break from the 2 first songs… So do you share promotional point of view about that statement ? 
Yes, actually those sentences were written by me! BBC broadcast "Transfiguration Fear" and it became the first track to be heard by public. At first I was worrying because I was thinking that this song was too straightforward and did not represent the album at all. However, I was completely wrong. Almost all the reactions to the song was "weird". The intentions was like the album starts with a very straightforward track and gradually gets deeper and deeper into a nightmare. So the opener "Purgatorium" is very straight, and the next one, "Transfiguration Fear", is a bit strange but still straight. Then from the third track, it becomes a complete nightmare. Probably "Far Beneath the In-Between" is the deepest abyss and then you start slowly waking up. Thus the last two songs are less nightmarish. So your view that there's no big gap between those songs is right.

Did you intend to mock so-called “true BM fans” with track “Opening Theme” ? To me it sounds as if you want to give’em false expectations just before you stick the knife in even deeper on track “Somniphobia” …
No, I have no intention to mock anybody with that track. It's like an opening theme for a spooky midnight TV show.

Still reading the promotional sheet, it is mentioned that five tracks are “woven together” into something called “Lucid Nightmares”… When I look at the tracklist, I only see track #3 being named “Opening Theme: Lucid Nightmare”, then nothing special until track #9, “Ending Theme: Continuum”. Can you tell us more about it ? Is this (“Lucid Nightmare”) a small album in the album ? 
Yes, the songs from "Lucid Nightmares" to "Continuum" belong to the part called "Lucid Nightmares". Those five songs in between are played without any break, like a chain of different nightmares. Well, we might have been able to release only this part as an album, but as I told you, I wanted to add some preparation to get into nightmares and some aftermath with those first and last two songs.

 


You’ve got famous guests on In Somniphobia with Kam Lee and Metatron! How did you get them involved ? I guess that these were “distant collaborations”, right ?  Or did they move to Japan – just like Danny from Ritual Carnage ?
We got to know Kam Lee via Killjoy from Necrophagia. A few years ago Dr. Mikannibal and I visited Killjoy's house in Florida and Kam was there too. He also did some vocal for the last album Scenes from Hell. As for Metatron, we've known each other for a while. I don't exactly remember how our correspondence began, but I believe I got e-mail from him first. Since then, we've been co-working on a lot. I played keyboards for The Meads of Asphodel's albums and Metatron did narration etc. on some of our albums. For these collabolations, we just swap the files via Internet. That's the easiest way. I believe Danny from Ritual Carnage does not live in Japan any more. He should be in Florida now.


In Somniphobia is mixing so many different musical styles… I guess that there must be a lot of bands that might have had an influence on the writing of the album… Could you give us a hint about them ?
Yes, the influence is varied. Namely from traditional metal to free jazz, 20th century avant-garde classical music, traditional Indian music, African music, 60s/70s rock etc. To name some important artists: VenomCeltic FrostWhiplashDeathrowIron MaidenBlack SabbathMercyful FateDeath SSExumerAt WarSun RaJohn ZornAlbert AylerThelonius MonkFrank ZappaThe BeachBoysZakir HussainGoblinMagmaStockhausenXenakisJohn CageDebussyMessiaenSchnittkeTechnovaThe Drum ClubThe Irrestable ForceJam and SpoonThe Fireman and so on.

I hear some The Wall-era Pink Floyd as well as “I’ve seen that face before”-era Grace Johns on “Amongst the Phantoms…”. Do you think I should stop drinking alcohol or are there really bits of these artists’ musical world in that song ?
This may sound strange, but to be honest I am not a huge fan of prog rock. Of course I love crazy stuff like Frank ZappaAreaMagmaTangerineDreamFaustAmon Duul I/IIUnivers ZeroArt Zoyd etc., but I have never been that enthusiastic about bigger prog bands like Pink FloydKingCrimsonYes or Genesis. Of course I like some of their songs and I think the first Pink Floyd album is classic, but I wouldn't call myself a huge fan of those bands. And I am not familiar with Grace Johns works. So probably you should stop drinking!

Speaking about other artists, is there any other band that you feel close to as far as musical approach and “soul” are concerned / whose vision is close to yours ? 
John Zorn and Frank Zappa are two biggest artists to whom I feel sympathy.

 


It’s really hard for me to figure out how it is possible to create a music that is so intricate and dense, but at the same time so coherent and catchy ! What is your writing process ? Do you put a lot of thoughts into it, and follow strict writing guidelines, or is it more “automatic writing” and/or psychoactive drugs consumption ? ;)
As I have learned composition techniques, both jazz theories and classical music ones including 20th century avant-garde stuff,  so some parts of my composition abides by strict rules. "Fugato" part of the last track should be the best example. Many metal bands use the word "Fuga" without knowing what it is, but it has extremely strict rules, and "Fugato" part is written in that manner. But at the same time, there is no rule how to mix different genres in one song, so it is also true that I have to use my intuition a lot when I compose. It's not just me, but usually composing a song requires both rule and intuition. It's called "Kunst and Poesie" in German. You can learn musical theories, but you can't write music without any intuition. And you can't write good music only with intuition even in rock music. Even the rock guitarist who claims that music theories suck knows how to tune his guitar.

Most of In Somniphobia tracks ends with a 1 to 2 minutes “musical postface” … What is the “purpose” of that ? I’m even not sure to get the message (if there’s any “message”) behind some of them…
They're not intro or outro, they all are a part of the actual songs. They're a part of nightmares. There's no message behind them because they're just nightmares. They're disturbing and absurd.

 

Where the French title, "L'excommunication  à Minuit", comes from ?". Actually you seem to know German, additionnaly to Japanese and English... But what about French ?
I was learning German for five years when I was a student, and I kept studying it for a while, but to me that language is too difficult to learn. I can read German but I can't speak it well. It's impossible for me to handle that "der-des-dem-den" thing when I speak. Actually now I understand French better than German. I've been loving French cultures especially classical music. I adore composers like Debussy, Faure, Messiane, Jolivier, Ravel, Satie etc. And I started learning French because I wanted to read a book written by Vincent D'Indy which was only available in French. French is much closer to English than German. German seems very close to English at first because of a smilarity of major words such as have - haben, is - ist, but I'm quite sure in the end French words have much more in common with English. "L'excommunication a Minuit" has the image of witches dancing around the fire drunk and stoned. As it reminded me of an old European horror story, I used French.

 

I hope that there will be opportunities to see you live in France in 2012… Won’t there be? By the way, I was wondering how you will achieve to play the new songs on stage: will there be dozens of musicians and even more musical instruments? Or will you heavily rely on computerized / sampled parts to help you implement your musical vision ?
We play to iPod live. That is the only way to reproduce the songs on stage. It costs a lot to hire string quartet or brass players, and it won't be easy at all to have a good sound balance live with those instruments. Unfortunately it's not easy to come to Europe now because Japanese Yen is ridiculous strong. 1 Euro used to be around 200 Yen a few years ago, but now it's 100 Yen, which means our guarantee becomes half only due to exchange rate. This is crazy. But anyway we'll see. We hope to come back there as soon as possible.

Thanx a lot for your time and patience. I’m pretty confident that In Somniphobia will make it to many End-Year TOP 10 in 2012! Have you got anything else to add that I should have mentioned ?
Thank you very much for the interview. For the latest info, follow us on Twitter: http://twitter.com/sighjapan

photo de Cglaume
le 19/03/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019