Isis + Circle + Keelhaul le 03/12/2009, Le Trabendo, Paris (75)

Isis + Circle + Keelhaul (report)
Il est bon de se renseigner avant d'aller un concert. Si, par exemple, l'on vient pour voir non pas la tête d'affiche mais un "support" et si l'on croit que l'ancienneté de ce même "support" lui donne de facto le droit de jouer juste avant la tête d'affiche et non pas en tout premier... Et bien il faut savoir que la logique n'est pas tout le temps de mise pour élaborer un running order. C'est la raison pour laquelle beaucoup de monde venant pour Keelhaul se sont fait heu... avoir, dirons-nous, ce soir.

En effet, en parcourant la toile le jour du concert j'entends dire ici ou là que c'est Keelhaul qui ouvre pour toute la tournée. "Comment cela ? Sacrilège !" m'écriais-je alors de mon air le plus outré, les poings enfoncés dans mes anches. Et en arrivant après moult périgrinations devant le trabendo, à 19h40 pour une ouverture annoncée a 19h35 et bien je dois me rendre à l'évidence: Keelhaul a bel et bien entamé son set....

Le temps d'attendre un comparse j'entre 5 minutes plus tard dans la salle qui se remplit au fur et à mesure. Ma frustration laisse momentanément place au plaisir de voir les 4 ricains sur scène : grimaces, sourires, blagues de potaches entre eux, ils ont visiblement l'air enjoué. Set (enfin ce qu'il en reste) comprenant des titres du tout dernier "Keelhaul's Triumphant Return to Obscurity" avec d'autres plus anciens, on peut dire que ça joue. Un batteur qui remplit tous les espaces, breakant à tout va dans des compos pourtant pas d'une simplicité enfantine avec des mesures binaires, les 2 voix (un des guitaristes et bassiste) n'émergent que très rarement de ce flot de riffs ininterrompus. Enfin un groupe pratiquant un rock au sens large du terme, dans toute sa complexité mais avec une bonne humeur communicative. Malheureusement je ne verrai que 25 minutes des 35 (!!!!!!) que ce set durait en tout. Je suis quand même déception et je me dois de noyer ça dans une bière dont le prix doit être indexé sur celui de l'or (qui s'envole ces derniers temps, c'est pour ça...) .

Pour la suite c'est donc Circle, groupe inconnu au bataillon avant ce soir. Et désolé pour ceux qui voulaient en savoir plus sur ce combo puisque je n'en ai quasiment rien vu. Dehors pendant tout le début du set je ne rentrerai que pour en entendre un morceau 1/2 qui me fera ressortir aussi sec. Pas du tout ma tasse de thé. Une voix heavy metal horrible, des passages expérimentaux genre "on est pink floyd en mode ouf qui fait du heavy t'as vu" saoûlant au possible, je passe la main et j'attends la suite....

La suite c'est donc la tête d'affiche attendue par les 3/4 des gens présents au trabendo ce soir: Isis. J'ai déjà eu la chance de pouvoir assister à un set du combo mené par Aaron Turner pour la tournée promo de "Panopticon" et je dois avouer que j'avais été très emballé à l'époque. Quelques années et deux albums beaucoup moins enthousiasmant plus tard je retrouve donc le groupe, avec un a priori mitigé. Conforté par la suite...

Le début de set me laisse très perplexe, des titres d'ouverture vraisemblablement tirés du dernier Wavering Radiant : mou, très mou tout ça. Du chant clair, plus que de raison, de la mélodie, beaucoup également, et un ensemble platissime. Je crois reconnaître un morceau de In the Absence of Truth dans la foulée, et déjà ç'en est trop pour mon comparse qui préfère s'écclipser plutôt que de somnoler. Je decide de rester et la suite me donnera un peu raison: un "So Did We" (titre d'ouverture du très bon Panopticon) résonne dans la salle alors que je suis dehors, je rentre à nouveau et là le plaisir revient: un peu de tripes avec la voix gueulée de Turner ça change la donne... vient ensuite du titre d'Oceanic, l'éponyme de Celestial, et d'autres titres plus anciens qui dénotent vraiment avec ce qu'ils font actuellement et sans vouloir bercer dans la banale nostalgie systématique là, honnêtement: Isis c'était bien BIEN mieux avant. Malgré ça je reste mater le jeu du batteur qui m'impressionne par sa fluidité et sa frappe, vraiment un bon celui-là aussi, même si on ne le remarque que très peu. Pour le reste c'est surtout Turner qui accapare l'attention - faut dire que c'est certainement le seul à avoir du charisme aussi - avec son look de néanderthal et ses gesticulations au ralenti. Je pars 10 minutes avant la fin du set histoire d'éviter la cohue (et la fatigue aidant), un poil rasséréné mais définitivement pas convaincu des dernières productions du groupe...

Bilan mitigé donc pour cette soirée, vu partiellement le groupe pour lequel j'étais venu et apprécié la moitié seulement du set de la tête d'affiche, la prochaine fois, c'est promis, je me ramène 15 minutes avant l'ouverture des portes. C'est bon, j'ai compris.
photo de Mat(taw)
le 15/12/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021