...and Oceans - Cosmic World Mother

Chronique CD album (47 mn)

chronique ...and Oceans - Cosmic World Mother

18 ANS !!!!!!!!!!!

 

Il aura fallu attendre près de deux décennies pour tomber sur la sortie d’un nouvel album des Finlandais d’…And Oceans ! En fait depuis la sortie successive en 2001 et 2002 d’Am God et de Cypher qui opérait alors un basculement plus nettement assumé d’un Black symphonique déluré vers un Black électro/indus/expérimental, et ce avec plus ou moins de succès. Plus « moins » que « plus » d’ailleurs. Et je passe d’ailleurs rapidement sur le nouveau logo alors choisi, bien dégueu à la Fear Factory (sur Remanufacture) et plus encore sur la damnatio memoriae peu inspirée opérée en 2005, quand le groupe s’est rebaptisé Havoc Unit.

 

2018 est l’année d’un retour sur scène, mais aussi d’un passage plus franc en studio pour préparer un nouvel album avec Season of Mist, fidèle au poste. Il faut dire que les blackeux d’…And Oceans, avant de devenir les obligés de Century, faisaient partie au même titre que des formations comme Bethzaida ou Bloodthorn, des toutes premières signatures de Season. Le retour de ce label et du logo d’origine nous envoie un gros message : retour aux sources et au Black symphonique siphonné de The Symmetry of I - The Circle of O. À l’écoute du joli dernier morceau "The Flickering Lights" assurément, mais à celle des dix morceaux qui le précèdent (beaucoup) moins ! Le p’tit changement de casting n’est pas le problème : c’est désormais Mathias Lillmåns, qui vocifère déjà chez Finntroll (en tant que Vreth), mais aussi  Dispyt et Magenta Harvest, qui prête sa douce voix ici. Et il le fait très bien. C’est juste qu’il n’a pas l’épaisseur déjantée tellement rococo de Kenny/K-2T4-S (Kena Strömsholm). Son chant me manque !

 

Cosmic World Mother devient d’abord le terrain d’expression d’un Black Metal furieux et brutal, qui, avec l’enchaînement de trois premiers morceaux et pour 14 minutes, emportent tout sur son passage. On en sort déjà épuisé, rincé, lessivé chiffon/carpette ! La production soignée – Juho Räihä et Owe Inborr sont aux manettes – est proche d’être irréprochable. En 1999, le clavier l’emportait nettement sur les guitares au profit d’une belle expressivité. En 2020, c’est l’inverse au profit d’une réelle agressivité : les riffs furibonds de Timo Kontio et Teemu Saari poutrent à mort, au point de souvent étouffer le clavier. Celui-ci n’est pas sacrifié pour autant : le nouveau …And Oceans porte toujours en lui son identité symphonique, de même que le côté Indus n’a pas totalement été oblitéré des compos. La fin de "Five of Swords" et l’entame de "As the After Becomes the Before" offrent une transition intéressante vers une seconde moitié d’album où le travail d’Antti Simonen s’affirme davantage ("In Abhorrence Upon Meadows"), se rapprochant alors de celui des glorieux modèles, comme Emperor ou Dimmu Borgir ("One of Light, One of Soil").  Cet album devient justement meilleur lorsque le sextet parvient à trouver un point d’équilibre entre les guitares et les claviers, à l’exemple du titre éponyme – l’un de mes préférés – ou d’"Apokatastasis" où chaque membre se déchaîne autour de son instrument/micro pour un morceau ensorcelant et au final frustrant par sa durée trop chiche !

 

Très efficace, moins cintré, mais plus méchant avec ses blasts dévastateurs, …And Oceans n’a donc pas manqué son retour et c’est bien le principal ! Si quelqu’un veut cependant pétitionner – no offense Mathias – pour le retour de Kenny et de son collier clouté, j’en suis !

photo de Seisachtheion
le 08/05/2020

5 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 08/05/2020 à 13:47:45

Retour gagnant pour les finlandais, je ne puis qu'être content.
Et moi, j'aime beaucoup l'album d'Havoc Unit, ça fait quelques mois que je me dis je je devrais en faire la chro

Akphaezya

Akphaezya le 10/05/2020 à 09:56:58

18 ans ? Ca va, on est large !

cglaume

cglaume le 10/05/2020 à 12:38:42

@Akphaezya  C'est pas non plus un record à battre hein ! ;) 

BBB

BBB le 10/05/2020 à 14:32:35

Je confirme, l'album d'Havoc Unit, h.IV+, est un excellent album de (black) metal indus déjanté. Je regrette qu'ils n'aient pas sorti d'autres albums.

Seisachtheion

Seisachtheion le 10/05/2020 à 17:33:37

Lorsque je parlais de Havoc Unit, je parlais moins du contenu, de la musique, que du changement de nom. 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements