Baroness - Yellow & Green

Baroness - "Yellow & Green"
chronique Baroness - Yellow & Green

Comme vous avez pu déjà le lire ou l’entendre, Baroness a décidé de sortir des sentiers marécageux du doom-stoner-sludge et autres afin de montrer qu’ils avaient de l’ambition pour le groupe. Exit donc la voix saturée et toute autre forme de cris pour un chant uniquement clair et mélodique. Idem pour la musique, bien que le changement ne soit pas aussi radical car on retrouvera quand même des traces de ce qu’ils ont été. Ils ont surtout – en vert en jaune et contre tous ! – élargi leur champ musical. Si à leurs débuts ils creusaient sur les même terres que Kylesa ou Torche, et bien avec cette ouverture vers un autre son – et un autre public – en montrant que derrière leurs voix de sauvages, leurs riffs de brutes et leurs tatouages ils avaient un cœur et des sentiments avec de l’amour dedans, et bien ils sont encore sur ces mêmes terres, les deux groupes précités ayant déjà eux aussi, comme leurs copains de Mastodon, sorti des albums plus « accessibles ». Mais là, Baroness pousse le bouchon encore plus loin dans la transformation d’une musique de niche pour une musique grand public. Ça va donc pleurer dans les chaumières, pour le fond et la forme.

 

Je vous l’annonce d’ors et déjà, l’esprit est grand, la motivation est louable, le travail a, je pense, été acharné, mais le résultat, lui est plus mitigé pour un double album hésitant entre l’efficacité power-rock « top-single-isé » (c’est bien, c’est sympa) et l’indie-pop enamouraché (c’est ennuyeux). En gros c’est Nickleback, Foo Fighters, 30 Seconds To Mars, Muse, Metallica et Simon & Garfunkel qui font la fête ensemble autours d’un apéritif dînatoire… Ce n’est certes pas vraiment convaincant à la lecture, mais je dois avouer qu’à l’écoute, on se laisse à plusieurs moments prendre au jeu (pas que l’on tappe du pied et que l’on saute en rond comme des grenouilles dans un ruisseau, mais pas loin, et pour sûr vous reconnaîtrez les riffs, mélodies ou les voix des groupes précités).

 

Alors voilà, on pourrait blablater pendant des heures en se disant qu’en piochant des titres des deux Cds on peut se faire un bon Baroness (et c’est vrai qu’il y a de bons morceaux), que l’on retrouve des morceaux qui auraient leur place sur le Red précédent, et patati et patata, mais bon, la discussion serait tout aussi ennuyeuse que l’écoute des titres poussifs (passifs ?) de ce double album. Oui ce disque est vraiment à la libre interprétation de chacun mais face à cette évolution il ne me reste qu’à me questionner quand à l’agressivité des groupes qui suivent ce chemin, à savoir, une orientation vers un côté plus « pop » de leur musique. Bons dieux, avec le monde dans lequel on vit, il n’y en a pas un qui décide de se transformer en boule de nerfs, en super hargneux avec une force – que l’on imaginera cathartique et donc salvatrice – à la hauteur de la décadence actuelle ? En attendant de trouver ce groupe je conclurais en clamant que Baroness est mort, pour moi, et que vive Baroness, pour les autres !

photo de R.Savary
le 14/09/2012

3 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 14/09/2012 à 09:29:47

J'ai lâché Baroness depuis le "red album". Je n'arrive plus à me lancer dans l'écoute de leur musique, j'ai toujours l'impression de déjà entendu mille fois.

sepulturastaman

sepulturastaman le 14/09/2012 à 16:33:57

Vive Baroness, j'accrochais pas avant, mais ce double me colle la banane, contrairement à beaucoup je m'enfile l'intégralité des disques en trouvant du plaisir partout. Oui ça fait rock-Savannah.fm. C'est vraiment ultra easy listening, faut vraiment pas être réfractaire à la pop. Pour un mec qui ne suis pas la carrière du groupe ce disque peut être génial, mais je comprends la "trahison" ressentie par les fans.

R.Savary

R.Savary le 18/09/2012 à 09:47:33

"Trahison" c'est un peu fort - bien que malheureusement utilisé quand les groupes se permettent / osent de nouvelles choses. Mais surtout il ne faut pas dire, quand on a déjà écouté du Baroness, que ce double album est mauvais car il possède de bonnes chansons et ce serait con de les priver de nouveaux auditeurs. Comme tu dis Sepult', c'est ultra efficace ! Mais comme je le dis dans la chro, moi ce n'est pas se genre de truc qui me botte !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Deathrite - s/t
Chronique

Deathrite - s/t

Le 11/06/2012

Grylle - Mondes Vermeils