Deftones - Saturday night wrist

Deftones - "Saturday night wrist"
chronique Deftones - Saturday night wrist

Après un album éponyme vraiment très moyen (voire mauvais, lire la chronique ici...), où le groupe s'autoparodiait en faisant du "sous-Deftones", en reprenant tout ce qu'ils avaient déjà fait auparavant en faisant croire qu'ils retournaient "aux sources", on pouvait se demander à quoi ressemblerait ce nouvel album des californiens, tant il semblait que l'univers si intense des Deftones était perdu à jamais.

 

C'est donc avec une appréhension certaine que je démarre l'écoute de ce disque, même si une envie indescriptible fait également partie de mes sentiments. "Hole in the Earth" démarre alors, et on sent le vent tourner : Deftones est de retour ! Les mélodies si chères au groupe (et parfaitement maitrisées sur White Pony) sont là, mélangées aux moments plus durs de Around the Fur.

La voix de Chino est également au top (même si lui n'a pas l'air d'avoir maigri !) et c'est tout le groupe qui reprends de plus belle ses meilleurs atouts. Le combo alterne, comme à ses habitudes, les chansons plus calmes ("Beware", qui dure 6 minutes, et à coup sûr un des meilleurs de l'album) avec d'autres plus énervées ("Rapture", "Mein"), même si la balance penche plutôt vers le plus calme globalement.

Cette fois-ci, l'alchimie fonctionne parfaitement, contrairement au précédent opus qui parait encore plus fade à l'écoute de ce Saturday Night Wrist. A noter, l'apparition de Serj Tankian (System of a Down) sur "Mein", mais quelle piètre prestation ! Le chanteur n'ose rien, et se contente d'une petite voix en refrain vraiment pas inspirée pour un sou. C'est pour dire, on ne le saurait pas, on ne se rendrait pas compte qu'il participe à cet album. D'ailleurs, la chanson en elle-même est également classique, et pas forcément fantastique. Mais c'est peut-être le seul point noir du disque, car le reste se fond parfaitement dans un ensemble bien maitrisé, comme par exemple ce titre ambiant excellent, "U,u,d,d,l,r,l,r,a,b,select,start" (ce n'est pas pour rien que le groupe aime beaucoup les jeux-vidéos...), qui est un exercice nouveau pour le groupe (un titre post rock électro de 4 minutes) mais qui est loin d'être mauvais ; au contraire, il est très bon même.

On passe donc ensuite à la deuxième partie du disque, avec ce "Xerces" qui reprends les choses où le groupe les a laissées quelques minutes auparavant : un metal mélodique et planant, qui a le défaut de faire penser au single parfait avec ses 3 minutes 40 et son chant acrocheur.

"Rats! Rats! Rats!", avec son intro bien énervée vous fait reprendre de l'énergie, un refrain planant mais avec une bonne fin puissante où Chino maltraite ses cordes vocales comme au bon vieux temps. C'est là qu'arrive "Pink cellphone", qui voit la présence féminine de Annie Hardy (Giant Drag). Titre vraiment électro rock (L'influence Team Sleep est de toute façons présente tout au long de l'album), Chino Moreno n'est là que pour quelques passages mélodiques et laisse Annie s'enflammer : elle parle, globalement, de sexe...Ou plutôt d'expériences sexuelles. Je vous laisse découvrir ces paroles par vous-même, sinon ce ne serait plus drôle...

"Combat" démarre également bien tranquillement ; une minute où se mêlent des samples électro, on se dit qu'on repart pour un titre calme. Et non : la batterie arrive, les guitares aussi, et Chino hurle. S'en suit un refrain magnifiquement orchestré, et comme je le disait plus haut, Chino est vraiment au top de sa forme ; il se permet d

'ailleurs une fin fantastique, où il part dans les aigus, et assure là le meilleur titre de l'album, sans aucun doute possible. "Kimdracula" est du même accabit, et aurait très bien pu être dans la tracklist d'"around the fur".

Et pour finir, "Rivière", titre sombre (comme la globalité de l'album), où les accords de guitare pendant les couplets sont inquiétants. D'ailleurs, l'album se termine là-dessus, et laisse envisager, malgré cette noirceur, un avenir plutôt agréable au combo avec ce disque.

 

Et oui, il faudra vous y faire : les Deftones refont ce qu'ils savent faire le mieux, mélanger des mélodies ravageuses (période White Pony, avec influence Team Sleep) à des riffs metal plus ravageurs (comme sur Around the Fur). Avec en plus cette créativité qui avait été totalement absente lors de l'album éponyme, le groupe sort là un grand disque, quoi qu'en disent les fans les plus bornés de la période Adrenaline. Si vous n'êtes pas encore convaincu, et bien c'est simple : écoutez par vous-même. Certainement un des meilleurs disques de l'année, dans le registre "rock énervé / métal mélodique".

photo de Pidji
le 30/10/2006

4 COMMENTAIRES

seb

seb le 30/10/2006 à 14:16:38

ma copine m'a offert l'album ce matin.
un des plus beau cadeau que l'on ai pu me faire.
vraiment un album enorme. rien a redire a la chronique.
du tres bon, de l'excellent deftones.

MAT(taw)

MAT(taw) le 30/10/2006 à 16:27:50

Merde, toujours pas écouté. Un album qui fait autant l'unanimité ne peut pas être mauvais...

Betty

Betty le 01/11/2006 à 20:10:16

Et avec cette chronique tu mets que 8,5/10 purée, ça semble vache, t'en dis que du bien !!!!!
:)
Bon faudrait que je l'écoute mais j'étais pas spécialement motivée vu "Hole in the earth" qui ne m'avait pas spécialement convaincue...
A voir alors !

Dios Of Metal

Dios Of Metal le 18/02/2009 à 17:49:38

Je suis parfaitement en accord avec la Chronique, en out point. Un très bon album

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019