Kontrust - Second Hand Wonderland

Chronique CD album (43:39)

chronique Kontrust - Second Hand Wonderland

En 2012, l’un des plus puissants coups de pied discographiques à m'avoir botté le popotin venait du passé – enfin proche, hein, le passé: 2007 pour être exact. Ce missile chaussant du 46 fillette s’intitulait PI Nature, avait été confectionné par le maître-savetier Ninjaspy, et exsudait un ragga metal moderne qui vous donnait envie de vous rouler tout nu d’enthousiasme au fond d'un pit (non, ça ne vous jamais ça à vous?). En 2013, malgré une grosse brassée de high kick métalliques étourdissants (cf. les derniers Russkaja, 6:33, Orphaned LandDirty Shirt), l’histoire n’est pas loin de se répéter. Et c’est d’Autriche que part le coup de tatane cette fois, avec sur la semelle imprimé le nom Kontrust.

 

Bordel mais qu’est-ce qu’il se passe chez Napalm Records? On était resté sur l’image d’un label chérissant les gotheries à chant féminin, le black atmo-vampirique et le viking metal à big bombarde. Et là, paf, en 2 ans les autrichiens nous balancent Second Hand Wonderland – la galette aujourd’hui allongée sur notre divan –, puis l’excellent Energia! de leurs compatriotes Russkaja, deux galettes tout aussi pétillantes, bodybuildées et nawak l’une que l’autre. D’ailleurs il semblerait que les univers des uns et des autres ne soient pas franchement étanches, Antonia-Alexa et Georgij venant prêter main (…, voix et violon…) forte aux Kontrustiens sur « Rasputin » et « U Say What ». Mais, mais… Damned, se pourrait-il que 2 paragraphes aient déjà été noircis sans que je n’aie véritablement commencé à vous parler de la chose qui aujourd’hui m’émeut avec un grand AIME? Passons vite à la ligne et attelons-nous sérieusement à la tâche!

 

Alors comme ça il s'agirait là d'un "Second Hand Wonderland" ? Le 3e album de Kontrust est effectivement un monde merveilleux, mais pas franchement tout-pourri-d’occase, ça non. Car, pour commencer, l'accueil y est assuré par un couple de rêve – Agata et Stefan – qui transforme les micros en armes de décontraction massive. Côté XX, le chant est en effet assuré par une charmante blondinette dont le registre s'étend de la diva barrée (cf. Aspho de Pin-Up Went Down ou Nehl d’Akphaezya) à la rockeuse burnée (disons Agnete de Animal Alpha / Djerv) en passant par la Barbie Girl d’Aqua. Et côté XY, nos reille se retrouvent confrontées à une gorge caverneuse qui offre aussi bien des lignes rocailleuses que la gouaille noire ébène d’un Shabba Ranks ou la raggattitude délurée du Sarsippius d’Infectious Grooves. Et Monsieur et Madame Nawak de gambader joyeusement dans des paysages féeriques faits de grattes metal massives (...et parfois légèrement indus), d’une basse aussi fondamentale que fondue du mental, ainsi que d’une section rythmique soutenue par Manuel, préposé aux percu’ qui habille la chose de mille froufrous plus ou moins exotiques. Cette alliance artistique constitue la source d’un torrent musical euphorisant situé à la croisée de Dirty Shirt, Stolen Babies, Russkaja, Evanescence, Akphaezya et Pin-Up Went Down. Maintenant je ne sais pas vous, mais si je venais de lire ce genre de descriptif au sein d’une chronique, j’interromprais directement ma lecture pour courir écouter – puis acheter – la bête. A tout à l’heure donc…

 

Bon, là on a couvert l’aspect cartographique de la chose. Quittons à présent les bureaux de l’IGN pour revenir chez l’ami Epicure. Second Hand Wonderland, c’est 3 quarts d’heure de patate monstrueuse et déconnante packagés en douze putain de tubes démentiels donnant envie de tout envoyer bouler pour aller sauter en mode zébulon dans une fosse furieuse remplie de la faune du Toonville de Rogger Rabbit. Rarement on se sera pris dans les dents d’aussi grosses claques provenant d’un gang arborant d’aussi larges sourires. Pas un seul morceau mitigé dans le tas – encore mieux qu’Energia! –, pas un instant on ne débande!

 

Allez, balançons encore quelques échantillons des parfums et saveurs extraits de ce génial 3e album, histoire de défrigidifier les pire peine-à-jouir de l’assistance. Sur « U Say What » tiens, préparez-vous à un mélange des mondes de Dirty Shirt et du Clawfinger de Clawfinger. « The Butterfly Defect », lui, vous emmènera à bord de la Stolen Babies-mobile visiter des contrées sud-américaines avant de décoller en direction d’horizons radieux. « Bad Betrayer » vous propose de marier Aqua et Shabba Ranks pour ensuite élever le rejeton de cette union au son des grosses guitares, et en faire un tube salement move-ya-booty. Toujours plus loin toujours plus haut, le groupe accouche d’un hit mortellissime avec « Raise Me Up », morceau qui ferait Soca-Dancer jusqu'au bout de la nuit un couple de boute-en-train comme Claude Guéant et Vladimir Poutine tellement il vous met des paillettes dans le Red Bull.

 

Bon, écoutez, c’est simple: ce putain d’album est tout simplement imperfectible. C’est 10/10 minimum. Même après 6956 écoutes, Second Hand Wonderland continue de vous coller une banane à étouffe King Kong, et à vous faire le plein d'un appétit de vivre à en bouffer la terre entière. Alors nom d’un p’tit bonhomme, qu’est-ce que vous attendez pour aller prendre l’un des pieds les plus monumentaux de votre courte vie métallo-mélomaniaque?

 

PS: la version digipack de l’album ajoute à la fête une version Human Beat Box de « Bad Betrayer », ainsi que des versions remaniées de 2 morceaux de Time To Tango (« On The Run » en acoustique, et « Bomba » façon hardcore polka – comme ils disent). Pour le coup, c'est pas du bonus bidon!

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: Second Hand Wonderland est déjà un classique parmi les classiques du nawak metal – quoiqu’on aurait envie de ne pas le cantonner à cette chapelle, son pouvoir de séduction sévissant bien au-delà – qui offre le meilleur de Dirty Shirt, Stolen Babies, Russkaja et Akphaezya via 12 putain de tubes qui vont vous refaire tout l'intérieur à neuf.

photo de Cglaume
le 05/11/2013

5 COMMENTAIRES

Saucisson

Saucisson le 05/11/2013 à 14:27:59

Je viens de l'écouter sur deezer, et je crois qu'il va finir dans ma boite au lettre. Merci Lapin ! (encore)

cglaume

cglaume le 05/11/2013 à 15:53:52

A ton service ;)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/11/2013 à 20:12:00

Carrément pas mal effectivement

Zangdar

Zangdar le 06/11/2013 à 09:38:36

Une putain de chronique, je n'aurais pas dit mieux. Je suis moi-même tombé sur ce groupe barré par hasard et malgré le coup de pied au cul en guise d'accueil j'en redemande.

cglaume

cglaume le 06/11/2013 à 13:05:20

Ce qui serait cool maintenant, ce serait de les voir sur scène en France !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019