Mustasuo - Katharsis

Chronique CD album (29:45)

chronique Mustasuo - Katharsis

Après le Death’N’Sludge de Black Royal, le Black Death HxC d’Haapoja et le Black Old School de Korgonthurus, la dernière étape de mon p’tit tour (forcément parcellaire) de la musique extrême finlandaise s’arrête sur le Blackened Crust de Mustasuo. Le trio, composé d’Antti Saarilampi (guitares, chants, écriture), de Tomi Luimula (batterie) et plus récemment de Christopher Livingstone (basse, chants), est originaire de la ville d’Oulu, dont l’un des quartiers a justement inspiré le nom du groupe, formé en 2015. Traduction de « Mustasuo » ? Le « Marais noir » !

 

Parfait pour décrire la nasse poisseuse dans laquelle cette formation vous plonge durant la demi-heure de Katharsis, sorti en juin dernier chez Off Records. Ce label autochtone spécialisé dans le HxC s’est extirpé d’une létargie de plusieurs années pour soutenir ce premier album.

 

À l’exception du chant, l’ensemble de Katharsis a été enregistré live… en une seule journée ! Un gros travail a été effectué par la suite au mixage par Keijo Niinimaa, le beugleur chez Rotten Sound, Goatburner et Morbid Evils, et au mastering par Brad Boatright (Leeched, Integrity, Gatecreeper).

 

Le Black Metal est ici édulcoré, en fait centrifugé dans un son traversé par une grande variété d’influences aussi bien Crust, Grindcore, Punk, Hardcore que Sludge/Doom. Comme si on condensait Napalm Death, Wolfbrigade et DrDoom avec Enslaved, Converge et My Dying Bride… Mouais, je sais, ça fait peut-être beaucoup, surtout quand tout ce joli monde se bouscule dans un seul et même morceau ("Tuomitulle", "Houreuni") ! Naviguant entre des saillies folles furieuses et flippantes de quelques dizaines de secondes ("Katharsis", "Turhuuksia") et des créations plus longues ("Noitaympyrä"), plus sombres ("Kuilu", "Kärpäset"), voire plus psyché ("Tuhoaja"), Katharsis envoie, percute, interpelle, mais lasse également, surtout à l’écoute des performances vocales limitantes du frontman… Je comprends mieux la participation de nombreux guests au micro ! On retrouve en effet le chanteur de Rotten Sound en personne, mais aussi un autre grindcoreux, Eetu Viita de Nistikko, ainsi qu’Otto Eräjoki (Crustofer, Depth Beyond One’s, Disare) et Aino Hannula (Kantamus).

 

Mais, au total, Mustasuo n’obère, ni appauvrit les qualités des dernières sorties Metal des formations finlandaises. Au contraire ! Pour preuve : enquillez rapido les outros des quatre albums de Black Royal, Korgonthurus, Haapoja et Mustasuo que j’ai eu la chance de présenter (d’ailleurs, vous pouvez sans souci y associer celle du dernier Oranssi Pazuzu que notre Xuxu a bien kiffé) ; vous y trouverez les mêmes ingrédients, souvent réunis autour de la défense du finnois : un syncrétisme musical complétement assumée, une rythmique absolument implacable, une énergie délicieusement débridée, une tension/violence fondamentalement maitrisée.

 

La Finlande, terre bénie par les Dieux du Metal…

photo de Seisachtheion
le 07/08/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Exmortus - Slave to the Sword
Cirrus Minor - Démo