Red Rot - Mal de Vivre

Chronique CD album (37:22)

chronique Red Rot - Mal de Vivre

Après avoir décliné mon quota de chroniques d’albums de Grinding and Fragging Brutal Death Slam Metal à la Gorguts, un groupe qui cite comme influences dans sa fiche promo Converge (groupe dont je n'ai jamais entendu parler... c’est une blague, Pidji tu peux ranger cette lettre de licenciement) , Morbid Angel, Voivod et Paradise Lost, ne pouvait qu’attirer mon attention. Si on y rajoute le fait que le line-up comprend deux anciens Ephel Duath, alors il n’y a plus d’hésitation à avoir. Red Rot est donc une formation italienne fondée en 2022 et qui publie déjà son premier album, Mal De Vivre., précédé de deux singles, en avril et juin, que l’ont retrouve ici. Cette rapidité ne doit pas effrayer outre mesure l’auditeur quand on connaît le pédigrée des musiciens, loin d’être des débutants.

 

Déjà, le nombre de titres au trackling devrait donner un gros indice quant au fait qu’il s’agit là d’un album qui sort de mes habitudes. Dix-sept, entre 0:56 et 3:38. Même les derniers doubles CD de Metallica ou d’Iron Maiden n’en n’ont pas autant. La concision est donc l’un des maîtres-mots et j’ai plusieurs fois été surpris par la fin abrupte de certains morceaux. Avec un tel name dropping de catin de luxe (comme dirait l’autre), il est logique de s’attendre à une musique expérimentale, et l’auditeur, de ce point de vue-là, en pour son argent. Effectivement, on retrouve dans Mal De Vivre du Death, du Doom, du Thrash, du Hardcore et de l’Avant-garde, mais jamais l’un de ces éléments ne semble prendre l’ascendant. Malgré la rapidité de composition qui a certainement présidé l’écriture de l’album, cette dernière fait preuve d’une surprenante maturité.

 

Red Rot propose un Metal extrême original et rafraîchissant, à propos de thématiques abordant la « maladie mentale, la déviance psychologique, la colère, la tristesse et la paranoïa ». Tout un programme! Les tempos sont variés, menés par un batteur versatile, aussi à l’aise sur le blast que sur les rythmiques plus lourdes et lentes. Le chant, de manière assez surprenante, est assez éloigné de celui d'Ephel Duath, avec qui Red Rot partage le vocaliste. Ce dernier officie plutôt dans un registre de Rude-boy new-york, râpeux et sec, mais qui sait se faire clair et mélodique. Il se met au service d’ambiances apocalyptiques, dérangeantes et malsaines, raccord avec le nom du groupe, une forme de décomposition du cuir végétal, souvent utilisé pour relier des livres anciens.

 

Mal De Vivre est un album difficile à classer, et de ce fait difficile à appréhender, mais qui se révèlera des plus délectables si vous parvenez à en démêler les intentions.

 

photo de Xuaterc
le 23/09/2022

7 COMMENTAIRES

Dams

Dams le 23/09/2022 à 10:12:45

Sur le côté gauche de mon écran je vois : Dans la veine ... Red Hot Chili Peppers : The Getaway...
Je suis perplexe...

pidji

pidji le 23/09/2022 à 10:13:42

hahaha petit bug alors, assurément, ça arrive 😂

cglaume

cglaume le 23/09/2022 à 10:15:52

L’algorithme développé par Pidji met en œuvre une IA pas intelligente 🤪

Xuaterc

Xuaterc le 23/09/2022 à 10:35:39

"Sur le côté gauche de mon écran je vois : Dans la veine ... Red Hot Chili Peppers : The Getaway...
Je suis perplexe..."
Moi aussi

Pingouins

Pingouins le 23/09/2022 à 10:43:29

Ah, perso j'ai droit à Cerebral Rot - excretion of mortality".
En tout cas j'irai volontiers jeter une oreille a tout ça !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/09/2022 à 10:05:39

Paske c'est méchant Gorguts ?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 24/09/2022 à 10:07:59

Sinon le chanteur en fait des caisses, c'est pas loin de l'insupportable.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Seisach' Metal Night #3