Revocation - Empire of the Obscene (ré-édition)

Revocation - "Empire of the Obscene (ré-édition)"
chronique Revocation - Empire of the Obscene (ré-édition)

Crénom, ça faisait longtemps que je les avais dans le viseur les américains de Revocation! C’est qu’à force d’entendre vanter leur « Thrash technique avec des burnes Death », j’avais les gonades qui commençaient à hurler à l’impasse impardonnable! Mais vous savez comment c’est: ce soir ‘faut ranger la paperasse en retard, demain le petit a match de foot, vendredi on a pris des billets pour aller voir les « Huit Salopards » des Trent-et-un Quarante Tino, et ce week-end c’est le mariage de cousin Bruno… Du coup on repousse, on remet ça, et bam: le groupe a déjà 5 albums au compteur! Comme le temps passe M’ame Fernande. M’en parlez pas M’ame Josiane…

 

Sauf que pour se mettre enfin au parfum, sur quel opus le cglaume a-t-il sauté? Empire of The Obscene. Autrement dit la réédition du tout 1er album des 4 de Boston. Super: du coup je vais vachement avoir une idée de la qualité de la musique qu’ils proposent aujourd’hui… Remarquez, c’est pas si mal de commencer par le commencement pour découvrir un groupe. D’autant que ce sacré bon sang d’opus ressemble à tout sauf à un balbutiement discographique mal dégrossi… Bordel je comprends mieux pourquoi nos amis se sont dégottés un deal avec Relapse Records dès leur 2e méfait. Parce qu’en terme de Metal léché, puissant, virulent et néanmoins mélodique, le Thrash boosté au Death de Revocation se pose là! Pour les ceusses qui comme moi découvriraient sur le tard le groupe, sachez que les américains pratiquent un Thrash / Death « grain noble » qui mélange le meilleur des 2 mondes – leads, breaks et gimmicks purement Thrash alliés à quelques raclements de gorge (ça va jusqu’à gruiker parfois) et blasts occasionnels plus typés extrêmes. Et ce qui ne gâche rien, c'est que le tout se paie le luxe d’être sacrément sexy!

 

Du coup, au gré des morceaux, on pense à Dew-Scented, à Annihilator, à The Crown (ce petit côté "Rock’n’Roll Demon" en 2e partie de « Exhumed Identity »), à Megadeth, à Gorod, à Sentenced, voire au « Arise » de Sepultura sur « Tail From The Crypt » (ce riff vers 1:05… Ne me dites pas que vous ne sentez rien?). Les leads et solos sont à la hauteur de l’étiquette « technique » collée au train du groupe, et ce panache indiscutable est mis au service de belles petites pépites parmi lesquelles « Fields of Predation », l’instrumental « Alliance and Tiranny » et « Suffer These Wounds » font figure de best-of. ‘fin je vous dis ça mais ce Top 3 est très disputé, et vous pourriez bien ne pas y adhérer.

 

Alors certes, l’interlude « Stillness » ne sert à rien. Certes « Summon The Spawn » se perd dans des tortillons dont il n’arrive jamais complètement à s’extraire, malgré la présence d'une basse agréablement proéminente. Certes, plus généralement la 2e moitié de l’opus est quand même bien moins excitante que sa consœur de tête. Et la répétition un peu lourde que constitue l’ajout en fin d'album de « Summon The Spawn », « Unattained » et « Suffer These Wounds » dans leur version Démo 2006 ne fait rien pour nous redonner la risette qui nous étirait le clapet lors de l'écoute des 6 premiers titres.

 

… M’enfin diantre, ça reste quand même un ‘acré-bon-souêêr de premier album! Ceux qui auraient envie de s’essayer à un Gorod adolescent plus franchement ancré dans le Thrash que dans le Death ne devraient pas trop avoir à se plaindre de cet Empire of The Obscene finalement plus impérial qu’obscène!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: Sorti à l’époque à 1000 copies, le 1er album de Revocation se voit aujourd’hui donner une seconde chance par Metal Blade. Et bordel, on peut dire que le Thrash/Death millimétré du groupe était déjà tout sauf balbutiant! Avec des Areuh-Areuh d'une telle qualité, on comprend mieux pourquoi le groupe a rapidement explosé, sans en passer par l’habituelle adolescence discographique pleine de démos acnéiques…

photo de Cglaume
le 23/02/2016

2 COMMENTAIRES

korbendallas

korbendallas le 23/02/2016 à 13:49:09

Mais tu va arrêter de me coller du Sentenced dans toutes tes chros !!!! :)

cglaume

cglaume le 23/02/2016 à 13:52:24

Rien que de légères effluves, sur "Alliance and Tyranny" :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019