Soulfly - Archangel

Chronique CD album

chronique Soulfly - Archangel

Je m'attendais à le massacrer ce skeud, version mode aigri et modération de vos commentaires, bref une sortie de Maxou classique quoi.

Ne vous emballez pas, ce disque est tout de même plus près du flop 5 que du top 10 ; cependant c'est la moins désagréable des productions du Cavalera Crew depuis 2008, et j'inclus le très très passable Killer be Killed.

 

Déjà, la voix de Max Cavalera semble plus naturelle que sur ses précédentes sorties, et elle semble surtout moins fatiguée que sur ses deux ou trois précédents disques. Par contre elle manque de patate (je mets ça sur l'âge, vous voyez je suis gentil des fois, par contre pour le brossage de poils je vais m'abstenir) et de charisme (la fatigue, l'age, la défonce, tout ça quoi), mais c'est plus tonique, moins charentaises ! Bon rassurez-vous c'est toujours du japper, mais j'ai l'impression qu'il varie un peu plus ; en gros, avant les vers était composés systématiquement de 4 syllabes, mais sur ce Archangel j'ai la sensation qu'il fait le fou à placer des phrases avec un nombre des syllabes impaires, et ça me sort de mon train train poussif "Cavalera qui arrive en gare de l'ennui".

Putain j'ai presque réussi à dire du bien de Max Cavalera, je suis scié.

 

Faut dire que ce disque est dans l'ensemble plus rageux que les deux drouilles précédemment sorties avec l'étiquette Soulfly. Marc Rizzo fait toujours son fort à la guitare, ce mec ne m'a jamais retourné les tripes et c'est pas sur Archangel que cela va commencer ; par contre je me demande vraiment ce qui le retient dans l'équipe Cavalera ? Les riff sont un peu plus fouillés que sur Savage (remarquez ce disque tournait en rond dans le vide, cette phrase vous fera une parfaite accroche pour vos commentaires), la musique est surtout plus compacte et les arrangements plus recherchés, et c'est aussi moins (pseudo) brutal : oubliez les références à Arise, on est ici clairement plus orienté Chaos A.D. C'est un poil thrash, un poil heavy ; beaucoup jumpy-jump à fond un riff, pour que Max Cavalera le mime en air guitar sur scène (oui-oui comme au Hellfest, mentez pas ! ça vous a aussi déçu qu'il saccage le morceau "Roots" en fin de concert et à bout de souffle ; je suis sur que vous lui pardonnez, moi non).

Alors si les guitares sont basiques et quelquefois entraînantes, la section rythmique manque de groove : je sais, il est loin le temps de l'éponyme, mais samba et déhanchement de la fosse, Soulfly quoi... Si les riffs et le chant sont à peu près au niveau, il faut un batteur qui nous fasse danser, va rechercher tonton dj Mixhell, il y aura au moins un soupçon d'ambiance, car ici la batterie est creuse et longue ; mais quand je dis long, c'est à s'ennuyer tellement le peu de plans sont répétés.

 

Bon allez je vais conclure rapidos : j'ai le coeur qui saigne, cet album pourrait être beaucoup mieux avec des éléments un peu plus soignés, et l'adjectif soigné c'est pas pour les invités.

 

Achat ou pas achat : c'est pas encore cette année que j'achèterai du Cavalera.

photo de Sepulturastaman
le 09/10/2015

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Zoroaster - Dog Magic
Now, Voyager - Seas EP