Sunn o))) - Monoliths & Dimensions

Sunn o))) - "Monoliths & Dimensions"
chronique Sunn o))) - Monoliths & Dimensions

Quel chroniqueur serait le plus à même de juger de façon impartiale et objective un groupe tel que Sunn O))) ? Sûrement pas moi, fan invétéré et tatoué du logo du groupe de surcroit ! Un des groupes les plus influents de leur génération dans leur branche musicale (à savoir tout ce qui touche de près ou de loin au drone-doom et aux gros amplis) qui ne cesse de se renouveler et de proposer des pièces musicales soignées, riches, originales et puissantes (je vous avais prévenu que ca serai subjectif). Nouvel album du combo natif de Seattle (Earth, Melvins, Nirvana, etc...) et nouvelle ambition artistique, après avoir célébré les 10 ans des Grimmrobe Demos (drone gratuit et jouissif a deux guitares) : pour se faire, le groupe s’est armé de musiciens issus d’orchestres symphoniques classiques, afin d’intégrer les timbres de ces instruments à leurs ambiances telluriques et sombres. L’utilisation non conventionnelle de ces instruments (cordes et cuivres), afin d’enrichir les nappes de ces nouvelles compositions (également avec l’aide d’un certain Attila C. héhé) est particulièrement réussie et nous donne à la fois à observer une nouvelle dimension de la musique de Sunn mais également une nouvelle perspective sonore dans le drone en général (on peut également penser au trombone dans Earth ou aux instruments jazz dans le dernier Orthodox, ou encore à Bohren & Der Club Of Gore). On retrouve toujours, pour les fans, des grosses nappes de guitares distordues et étendues jusqu'à plus soif, ainsi que des arrangements ambiants du plus bel effet. Les riffs ne sont pas en reste non plus avec le pachydermique « Hunting And Gathering », dont la touche typique de Greg Anderson (Ascend, Goatsnake, Khlyst) fait des ravages et laisse la nuque endolorie. Un morceau qui aurait pu mériter une section rythmique pour une plus grande efficacité. La voix d’Attila, si particulière, est reconnaissable entre mille et fait une fois encore une apparition remarquée sur « Aghartha », qui met bien dans l’ambiance d’entrée d’album. On notera également en guest le bon vieux Dylan Carlson (Earth) qui a composé les lignes de « Big Church » aux chœurs féminins déroutants et envoutants (se rapprochant presque de Magma). Enfin pour clôturer l’album : l’incroyable « Alice », et sa fin qui termine presque en classique-jazz et en légèreté ; alors que l’album est quand même particulièrement sombre et gluant (mais d’une autre façon par rapport aux précédents albums). On voit donc ici toute la maitrise du duo à teinter sa musique de différentes manières, tout en restant dans les mêmes couleurs globalement. Ce qui est remarquable avec cet album, c’est la rapidité avec laquelle on l’assimile et avec laquelle il se déroule. On l’écoute une fois, puis on remet immédiatement le lecteur en marche car on en veut encore et encore, afin d’apprécier chaque morceau de façon plus profonde et attentive. Les morceaux sont en effet plutôt courts pour du Sunn, et auraient peut être pû être rallongés un poil pour notre plus grand plaisir. C’est presque un album feutré et cosy que ce Monolith and Dimensions, alors que le son reste gras et pesant comme jamais (la prod est vraiment fat, du bonheur en 53mn), bien que plus aéré et varié dans ses arrangements. Enfin il ne fallait pas me confier cette chronique, car peu importe ce qui serait ressorti de ce disque, j’aurai trouvé quelque chose de bon dedans !!! Car Sunn savent ce qu’ils font et restent au dessus du panier en matière de drone. Alors à tous les malins qui mettent une capuche et se la jouent genre on va faire du lent long et lourd, prenez vos petits amplis pour faire votre soupe à la fête de la musique et laissez faire les grands, ceux qui ont du talent, et qui savent donner de la vie et du corps au Son, avec un grand S, comme Sunn O))).

photo de Viking Jazz
le 16/07/2009

7 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 16/07/2009 à 09:09:54

Pour moi, un groupe hyper surestimé, une musique soporifique et au concept flou...
Oui, je ne vais pas me faire des amis, je sais, mais j'ai écouté y'a quelques années et ça ne m'avait rien fait du tout...

mat(taw)

mat(taw) le 16/07/2009 à 09:52:04

écouté en partie celui-la mais aussi celui enregistré dans une eglise... Rien à faire. Tjs les rois du marketing ces gars mais ça reste surfait (pour moi, bien sur) et en drone je préfère d'autres trucs que je trouve bcp plus intéressants.
Et tiens tu parles de Bohren j'ai découvert ça y a pas longtps et c bien cool.

Pidji

Pidji le 16/07/2009 à 10:39:34

Héhé, vous allez vous attirer les foudres de notre (((viking jazz))) national !!!
Sinon pour Bohren & Der Club Of Gore, c'est clair que c'est bien sympathique !
Mais faut que j'écoute ce Sunn o))), pour me faire une meilleure idée ; il parait qu'il est bien plus accessible

PEERIKOL

PEERIKOL le 08/01/2010 à 15:31:01

Ce groupe m'a toujours intrigué..j'ai toujours eu du mal à m'en imprégner. Mais avec le temps, j'apprécie de plus en plus. Il passe pas loin de chez moi fin janvier à l'Aéronef de Lille. J'ai pas encore acheter le dernier album mais j'ai bien envie d'aller les voir
http://www.aeronef-spectacles.com/SUNN-O-EAGLE-TWIN.html

Finisterra

Finisterra le 19/06/2010 à 15:01:17

Du même avis que Toukene... désolé mais trouve ça nul... (c'est de l'argumentation ça !)

blackstone

blackstone le 20/06/2010 à 11:34:34

Je n'ai jamais trop écouté les albums précèdent, mais celui-ci m'a particulièrement plus, il m'a complètement transporter. Sensation confirmée en les ayant vu en concert en janvier dernier.

frolll

frolll le 20/01/2011 à 01:13:28

Ce disque ne s'explique pas. Il se vit. Et, bien encore, il vit, il est vie.
Le final d'Alice, ça, ça ne sera plus jamais refait dans l'histoire.
10. Et on s'en contrefout que la perfection soit hors de ce monde, car ce disque l'est aussi.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019