S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les interviews Igorrr - Interview du 16/05/2017

Igorrr - Interview du 16/05/2017 | COREandCO

Membre(s) interviewé(s) :
Gautier Serre

Les interviews Igorrr
Igorrr

C'est embarrassant. Igorrr a ENCORE sorti un album exceptionnel. Impossible de descendre Savage Sinusoid, impossible de ne pas demander une interview à l'artiste, impossible de ne pas frétiller nerveusement d'enthousiasme. C'est énervant à la fin! Comment je fais, moi, pour convaincre le lecteur qu'il lit les articles d'un chroniqueur impartial et non d'un fan boy décervelé? Va falloir penser à sortir un opus tiédasse M. Serre, qu'on puisse critiquer, et regagner un peu de crédibilité !

Si l’on devait comparer Savage Sinusoid avec le film Split (ami de la multi-schizophrénie, vous êtes ici chez vous), on serait tenté de dire que c’est la personnalité Whourkr qui ouvre la porte d’entrée de l’album. C’est d’ailleurs peut-être pour éviter que le parallèle soit trop flagrant que tu as laissé Laurent s’y abîmer les cordes vocales, plutôt que Travis Ryan (Cattle Decapitation) ?

Je ne connais pas le film Split, mais oui, effectivement: c'est le côté Whourkr de la personnalité d'Igorrr qui ouvre l'album, avec un joli hurlement de Lolo en guise de bienvenue... Et en guise de mise en garde aussi: "Attention où vous mettez les oreilles !"

 

« Houmous », « Viande », « Spaghetti Forever » : Savage Sinusoid c’est un peu – pour rester dans le cinoche, après Split – ton La Grande Bouffe à toi, non ? 

Aussi bizarre que cela puisse sembler, ça n'est même pas voulu ! « Spaghetti Forever », c'est le dernier morceau que j'ai composé, et vu que j'avais investi absolument tout mon argent dans cet album, il ne me restait plus que des spaghetti à manger... Alors forcément j'ai trouvé que c'était un titre approprié !  Au sujet de « Houmous », c'est un de mes plats préférés sur terre, du coup je ne me suis pas gêné pour lui rendre un petit hommage * rire *

 

Avec « ieuD », on trouve une fois de plus – c’est devenu un incontournable – la petite touche divino-religieuse décalée qui revient sur chaque album. Quoique : ce "D" renvoyé à la fin, cette inversion… Ne serait-ce pas, au contraire, l’équivalent titredechansonique de la croix renversée chère aux fans de Venom et Deicide ? Par ailleurs, rien à voir mais sache que le collectif des parents de collégiens en colère s’apprête à lancer une pétition contre la fin de ce morceau : comment oses-tu soutenir les profs de musique dans leur mission de glorification de la flûte à bec ?

On trouvait ça marrant de renverser le mot "Dieu", oui: ça lui fait perdre un peu toute crédibilité. Non pas qu'on soit anti-religieux ou assimilé, comme certains groupes de Black. En fait on s'en fout, on trouvait juste ça drôle de tourner la religion en dérision. Et oui, ahah, la fin à la flûte a bec enregistré en mono dans le coin d'une pièce pourrie de mon appart', c'était pour contraster avec la grosse production des autres instruments du titre. Je trouvais que c'était une fin parfaite.

 

Avec ce nouvel album, tu effectues enfin ce gros bond en avant que beaucoup de groupes appellent désespérément de leurs vœux : la signature avec un gros label. Comment s’est effectuée la prise de contact avec Metal Blade ?

Ça s'est fait de manière assez simple: j'ai envoyé quelques titres à Mike (Mike Faley)... Et bien sûr je n'ai eu aucune réponse au début. C'est au bout d'un moment qu'il a commencé à me dire que pourquoi pas, et à discuter d'une sortie de disque possible sur Metal Blade. A l'époque, je ne lui avais pas envoyé « Robert » ou « Cheval », car j'étais certain qu'ils allaient prendre peur dans leur bureaux. Au final, j'ai été super surpris qu'ils ne me fassent aucune remarque sur les morceaux. Comme quoi, on a beau être un des plus gros labels metal, on peut avoir l'esprit très ouvert et savoir prendre des risques.

 

Quand j’écoute Laure – sur « Problème d’Emotion » par exemple –, je me dis qu’il y a chez elle un peu de la « div-alien » du 5e élément… C’est une référence qui signifie quelque-chose pour toi et / ou elle ?

C'est quelque chose qu'on nous dit souvent oui, et c'est vrai que ça y ressemble pas mal. Ça me fait plaisir: j'adore cette scène du film. Il y a par contre une différence notable: dans le film, la voix a été modifiée en studio, pitchée et recalculée. Alors que sur « Problème d'émotion », la voix de Laure est parfaitement naturelle.

 

Le « Ah putain merde » au début de « Cheval », c’est un peu de fraîcheur instantanée issue d’un loupé pendant les sessions d’enregistrement ? Ça sonne comme ça en tous cas ! Un petit « Sylvain, tu m’passes le Nutella s’te plait ? » (cf. la fin du making of de l'album part II), ça aurait pu le faire aussi… Dans un prochain titre peut-être ?

Merci pour cette question: je m'attendais à ce que plus de gens me la posent, mais tu es le premier! Même Metal Blade ne m'a fait aucune réflexion sur le sujet, alors qu'avec l'accordéoniste, Pierre Mussi, on se demandait ce qu'ils allaient bien pouvoir nous dire à ce sujet. C'est effectivement une seule et même prise. Il s'est planté avant d'en refaire une bonne. On apprécie d'autant plus la bonne prise si on sent que ce n'est pas si facile à jouer ! En vrai, je trouvais juste ça drôle de le laisser.

 

Pour rester sur ce titre, la chorale folklorique qui pose une parenthèse, vers 1:00, me rappelle fortement le Universal Sprache des Vladimir Bozar (le titre « Hector », tiens, par exemple). D’ailleurs, bien que ce doit évidemment être Laure qui l’a enregistrée, j’ai vraiment l’impression d’entendre Mina… Ce n’est pas elle, dis ?

Tu a l'oreille bien affûtée! C'est effectivement Mina qui chante la voix bulgare à 1:00 sur « Cheval ». Et Pedrou qui fait les chœurs * rire *. C'est marqué sur le disque, mais on est en Mai 2017: le disque n'a pas encore été pressé, donc tu n'as pas pu le lire dessus.

 

Le titre « Apopathodiaphulatophobie » ne parle pas d’un problème qui te touche, rassure-nous ? En tous cas, toi, tu n’arrives décidément pas à nous faire chier ! 

Le problème ne touche aucun d'entre nous dans le groupe, non * rire *. C'est fou comme mot non?

 

Pour rester dans les mêmes sujets malodorants, le scaphandre utilisé dans le clip d’« Opus Brain » semble avoir été conçu par un designer bossant pour un labo producteur de suppo'… Blague à part, tu es décidément bien entouré : qui est le réalisateur / la réalisatrice de ce superbe clip ?

Je n'avais jamais fait le rapprochement, mais maintenant que tu le dis... C'est Fabian Lüscher qui a créé ce scaphandre spécialement pour le clip. Il est absolument magnifique. Le directeur est Garrick J Lauterbach, et les producteurs sont David F. Geiser, Fabian Lüscher et Letterbox Collective Filmproduction.

 

« Robert » sonne un peu comme un petit plaisir « égoïsto-breakcore pur », sans souci de trop câliner l’auditeur dans le sens du poil. Enfin, disons sur une grosse première moitié, à l’exception de quelques petites pauses sexy de-ci de-là, avant de partir dans une grosse mosh part caoutchouteuse plus facile d’accès. Faut-il y voir l’équivalent de « Toothpaste », qui avait déjà un petit côté autiste / grinçant ?

Oui, « Robert » ressemble un peu à « Toothpaste » par certains aspects. Ce genre de morceau c'est, comme tu le dis, un petit plaisir perso' que peu de gens risquent d'apprécier. En tout cas pas les habitués des productions Metal Blade * rire *. Il a été fait avec une boîte de biscuits en fer que j'ai trouvée chez ma maman. Une fois vidée, quand tu appuies sur le fond avec un micro stéréo à l'intérieur, ça fait des sons de fou.

 

Tu es signé sur l’un des plus gros labels metal. Tu as/vas joué/er sur les plus gros festivals… C’est quoi la prochaine étape ? Universal Music ? Une Victoire de la Musique ? L’écriture de la B.O. du prochain Tarantino ? Le Ministère de la Culture ?

Je n'en ai aucune idée. Mais ce que je peux en percevoir depuis ma position, c'est que cette musique a une sorte de limite en terme de popularité: ça ne deviendra jamais une musique "populaire". Elle n'est pas faite pour ça d'ailleurs. Mais avec la sortie de Savage Sinusoid sur un label très populaire, on voit que ça soulève pas mal de débats. Certaines personnes n'aiment pas voir leur codes stylistiques à ce point bousculés. Sinon c'est marrant que tu parles de ciné: j'ai fini il y a quelques semaines la B.O du nouveau film de Bruno Dumont. Il sera à Cannes cette année, et c'est probablement le seul film avec du blast et des petites filles qui headbanguent dedans.

 

On arrive déjà à la 12e question : il va bientôt être l’heure de prendre la tangente. Une dernière pensée trigonométrique pour les lecteurs ? Une dernière révélation ? (genre « Sinusoïd », « sinus »… ça serait pas un pied de nez qui clignerait de l’œil vers Nostril et « Pizza aux narines » des fois ?).

On peut voir des rapprochements entre tout et partout, oui. Tu pourrais même devenir théoricien du complot, spécialité Igorrr! Qu'est-ce que je peux dire en guise de dernière info croustillante sur cet album? Disons que c'est rigolo de voir Laurent brailler sur « Viande » alors qu'il est végétarien depuis plus de 10 ans!

 

 
 
photo de Cglaume
le 25/05/2017

Commentaires

pidji

pidji le 28/05/2017 à 21:18:40

Interview très fun à lire en tout cas.

cglaume

cglaume le 28/05/2017 à 21:28:07

Le mec qui finit son commentaire par "en tous cas"... :P

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

Interceptor Fest 2017 : 2 pass à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Drowningman - Rock n'roll killing machine

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017SATYRICON + SUICIDAL ANGELS + FIGHT THE FIGHT à La Barakason à Rezé le 1er octobre 2017The Texas Chainsaw Dust Lovers + Watertank au Ferrailleur à Nantes le 21 octobre 2017GRAVITY : release party de