Nao Noise & Dream On Productions - Interview du 25/04/2012

Nao Noise & Dream On Productions (interview)
 

Pour bien comprendre les choses, et même si ce n'est pas original, pouvez-vous vous présenter ?

Alex  de Nao Noïse Productions : C’est une association active depuis 2003 dans le milieu des musiques actuelles et en particulierle Metal au sens large. Nous travaillons sur 5 pôles d’activités : Studio, Promo, Distro, Booking et Evénementiel, nous co-produisons également avec Dream On Production  le Metalive Meeting, un festival Metal sur 2 jours en Métropole Lilloise.
 

Céline  de Dream On Production. Association fondée en 2011, nous sommes spécialisés dans le management artistique, les relations presse et la production événementielle. Depuis Avril 2011, nous sommes en partenariat avec Nao Noïse Productions pour gérer le pôle booking crée en 2011.

Vous êtes dans la branche plutôt ingrate de la musique : tout le boulot, beaucoup de responsabilités (et donc de problèmes) pour finalement peu de choses en retour. Comment en arrive-t-on à se motiver pour de telles missions ? Qu'est ce qui donne envie de continuer ?
 

La Passion ! C’est clair une bonne dose de passion, une grosse dose de motivation, une once de patience et aussi une bonne gestion comptable, car le travail paye toujours à long terme. On essaye toujours de faire le maximum avec les moyens que nous avons, nous n’hésitons pas à investir un peu pour rendre les choses plus attrayantes et tenter de convaincre le public à se déplacer pour voir des productions originales. Nous ne sommes pas subventionnés, donc c’est sûr que ce n’est pas toujours facile, mais pour le moment les choses se passent plutôt bien, et nous le faisons avec plaisir ...

Et pour répondre à ta dernière question, ce qui nous donne envie de continuer c’est de voir clairement les choses évoluer dans le bon sens, de plus en plus de projets, de plus en plus d’artistes nous sollicitent, de plus en plus de monde aux concerts ou encore le fait de voir nos groupes en booking accéder à des salles ou des événements plus importants.

Quel est votre rapport avec la musique ? Qu'écoutez-vous ? Ce travail vous a-t-il changé votre perception des choses sur ce milieu ?
 

On a un rapport à la musique qui est d’abord un rapport de « fan ». Comme tout le monde on a d’abord été fans de groupes avant de s’investir dans le milieu, nous avons tous les deux 30 ans et écoutons pas mal de choses :  le Métal en général de Black Sabbath à Napalm Death en passant par Pain, Lamb Of God,Ghost Brigade, Katatonia, des trucs plus Post-Hardcore aussi comme NeurosisMastodon, Baroness, Black Cobra et bien entendu du Punk ou du Rock des 70’s au 90’s, Led Zep, Sex Pistols, Pixies & Co
 

Après c’est sûr que ça change pas mal la donne de bosser avec les artistes ou des salles de spectacles, tu découvres l’envers du décor d’un Festival, il y a le côté Spectacle pour le public, ça brille, c’est bien huilé, c’est presque magique et derrière c’est la fourmilière qui s’affaire pour que tout se passe bien, technique, logistique, communication, accueil …  Notre boulot est de participer à cette fourmilière dans la mesure de nos moyens et compétences.
 

Financièrement ? Vos projets sont-ils viables?
 

Alex de Nao Noise : Toute la partie booking, studio et autres activités culturelles font partie de la forme associative mais Nao c’est  aussi une entreprise pour tous nos produits destinés aux artistes, associations, entreprises et collectivités. Nous avons donc depuis 2009 créé un emploi à temps partiel pour gérer les commandes et autres activités affiliées à la gestion de clientèle.

Après quand tu demandes si c’est viable, c’est une condition indispensable pour durer sinon en 2 ans d’activité tu es balayé par la vague de la réalité financière. On en revient à ce que je te disais, il faut une bonne gestion comptable, ne pas confondre chiffre d’affaires et bénéfices ou encore ne pas croire que investissement et dépenses sont la même chose, l’un te fait avancer l’autre plombe ton budget ! C’est un bon équilibre des deux qui fait que les choses sont viables, ou tout du moins rentables.
 

Céline : En ce qui concerne Dream On Prod, l’asso est encore jeune et elle compte avant tout sur le soutien de ses adhérents, le travail de management avec les groupes qui font partis de la structure et le booking en lien avec Nao Noise Prod.
 

Sentez-vous des comportements différents avec les autres années ? Des évolutions de la part des exigences des groupes ? Des responsables de salle ? Des spectateurs ?
 

Les ventes de disques sont lamentables, franchement ça n’aide pas beaucoup. Avant quand un groupe vendait bien, il était facile le faire jouer dans de bonnes conditions, aujourd’hui, les chiffres de ventes ne sont plus la référence, ce qui compte c’est la professionnalisation du groupe, car il faut tourner, tourner et encore tourner, ou alors se payer le luxe d’avoir un bon label qui fait pas mal de com et qui investit réellement de l’argent sur le groupe. On note aussi que les groupes ont bien plus conscience qu’avant du chemin à suivre, autoproduits ou labelisés, booker ou pas il faut s’investir pour faire décoller les choses de manière significative ou alors il faut faire autre chose …

Certains programmateurs osent encore la découverte mais c’est une denrée qui devient rare (nous parlons surtout de l’esthétique musicale autour du métal  qui malgré les années a toujours du mal à se frayer un chemin envers le « grand public » et les « médias reconnus ».).
 

Du côté spectateur, on peut s’apercevoir qu’avant les gens se bougeaient plus facilement, tenter la découverte, la nouveauté. Aujourd’hui si tu n’as pas une « tête d’affiche », tu as beaucoup plus de mal à attirer les gens sur tes concerts et surtout il y a de plus en plus d’offre que ce soit dans les salles, dans les bars…quand tu es sur Lille par exemple, tu peux facilement te retrouver avec 3-4 concerts dans la même soirée.

Etre au nord de Paris donne-t-il un avantage ? Y a-t-il beaucoup de concurrence ?
 

Un avantage peut être pas, mais pas non plus un inconvénient. Le Nord de la France est une zone qui est loin d’être dépourvue d’artistes, d’assos, de salles accueillantes ou de bars à concerts … au contraire c’est plutôt vivant que ce soit sur Lille, Dunkerque, Amiens, Arras, Rouen, pas une semaine sans concert Metal, que ce soit des pointures ou des artistes locaux, pas une ville du Nord de la France sans programmation Metal. Le Splendid, le Biplan, La Lune des Pirates, l’Ouvre Boite, le Grand Wazoo ou la Chimère (***). En plus il y a un gros vivier d’artistes qui valent vraiment le coup. Certains perceront d’autres non, c’est la règle du jeu.

Comment en êtes-vous arrivés à collaborer tous les deux ? D'où le Chaotik Noise Caravan 2012.
 

Céline, manager via Dream On Production de 3 groupes, Six  Days After, A Failing Devotion et Lopsided, nous avait contacté  pour nous proposer ses groupes pour le Nao Noïse Fest 2010 à Amiens. C’est grâce à son Pack Promo que j’ai remarqué son travail pour des artistes locaux et en particulier le sérieux avec lequel c’était fait. Je lui ai donc proposé en 2011 de participer à la création du pôle booking de Nao Noïse, qui plus est en signant les premiers  contrats avec les artistes dont elle s’occupe.

Le premier événement crée en collaboration de nos 2 structures fut le Metlive meeting en mars 2012 et l’idée de faire tourner des plateaux selon les différents styles de « métal » que nous avons avec nos groupes nous a paru une évidence. Le premier plateau est donc un plateau « post-core » avec 2 groupes du roster (General Lee & Memories of a dead man) et un 3ème groupe amiénois « invité » en la personne d’Anorak. Nous avons automatiquement pensé à faire ce plateau car ces 2 groupes sont actuellement en promo et sortent un album cette année (20/04 pour MOADM & 1/09 pour General Lee).

 

Combien de temps par semaine cela vous prend-il ?
 

Environ 30 heures par semaine pour Nao et pour Dream On Production environ 15 heures.

Qui y-a-t-il de plus difficile dans la construction d'une tournée ou d’une date ?
 

Trouver des salles qui souhaitent accueillir nos artistes en les produisant eux même, car ils est très difficile pour nous de produire un concert hors de notre zone d’activité principale, à savoir le Nord Pas de Calais, la Picardie ou la Normandie. Placer des artistes est un exercice très difficile en particulier quand on veut les faire jouer dans les meilleures conditions possibles.

De pouvoir conjuguer les emplois du temps de chacun n’est pas toujours chose facile.

 

Et de plus sympa ?
 

Réussir à placer nos groupes en première partie d’artistes reconnus sur la scène nationale, c’est souvent l’occasion pour eux de se frotter à des pros et de valoriser leur musique. Exemple A Failing Devotion  en première partie de Black Bomb A aux 4 Ecluses ou Ashura qui ouvre pour Loudblast à la Lune des Pirates d’Amiens.  Quand ils sont sur scène, on se dit : mission accomplie  et on a le smile !

 

 

Meilleur souvenir dans votre boulot ?

Pour ma part (Alex), c’est en 2010, la première fois que nous avons accueilli Paul Di’Anno, premier chanteur d’Iron Maiden, j’ai toujours été fan de Maiden, en particulier des premiers albums et recevoir Paul Di’Anno, l’emmener dans ma voiture de la dédicace à l’hôtel puis jusque la salle, qu’il me raconte sa vie sur le trajet, me montre des photos de sa femme, de ses enfants comme si on se connaissait depuis 15 ans, un vrai bon moment !
 

De mon côté (Céline), ma première tournée de 3 jours en juin 2010 (court mais des bons souvenirs) en Suisse et à Lyon avec  le premier groupe dont j’ai apporté le soutien qui est Lopsided. Je crois que c’est  à partir de ce moment-là que je me suis dit que j’aimerai vivre de cela et l’idée de ma structure a suivi son chemin.  Et puis toutes les belles rencontres avec les groupes ou les professionnels, les afters de concert etc

 

 

Un coin de France ou d'Europe dans lequel vous avez croisé des gens faciles ? Les plus grands passionnés ? 

(Alex) Ouch ! Question difficile,  on a pas toujours la chance ou le temps de partir avec les groupes donc c’est compliqué de savoir ce qu’on préfère, je vais prêcher pour ma paroisse mais Nao Noïse étant d’origine Picarde j’ai un petit faible aussi pour Amiens et ses environs … après comme on est frontaliers de la Belgique et que nos bureaux respectifs sont à Lille et Marquette, on aime beaucouple Nord et la Belgique, Flandres ou Wallonie peu importe, on ne s’embête pas avec lapolitique, la musique avant tout !
 

(Céline) En Suisse,  je me suis aperçue que le public ne rechignait pas à payer 10€ pour soutenir un concert et que ça leur semblait « normal », chose souvent plus difficile en France et puis certains festivals comme le Hellfest qui réunit la grande famille du métal et où on ne se pose pas de questions.

 

Pire souvenir ?
 

(Alex) M’être pris une beigne monumentale par un organisateur de concert complètement bourré pour avoir demandé un cachet qui était prévu et contractualisé…J’avais pourtant essayé avec l’art et la manière mais je pense qu’il avait envie de cogner c’est tout, mon ingé son a esquivé le même soir une poutre en bois qui aurait pu lui fendre le crâne ! J’ai appris par la suite que cet organisateur était en prison pour d’autres faits de violence…
 

(Céline) Pas vraiment d’exemple précis mais un tas de petites choses que tu rencontres parfois sur des concerts (les groupes jouent sur des palettes, la pizza froide et la bière chaude sans un sourire du tenancier, le mec bourré devant la scène qui fait fuir le public venu voir ton groupe…et un jour je me suis pris un projo en pleine tête…

 

Des projets ?
 

Le gros projet c’est la seconde édition du Metalive Meeting à la Maison Folie Beaulieu de Lomme en 2013, et dans un cadre plus général, placer nos artistes sur des événements toujours plus attrayants afin de leur permettre de se développer dans de bonne conditions.

 

Des envies ? Des attentes ?

Juste que le public  soit parfois un peu plus indulgent envers les organisateurs et soutiennent plus les événements en se déplaçant régulièrement en concert car c’est la seule chance que nous avons de persévérer et obtenir de vrais résultats auprès des pouvoirs publics ou des lieux réfractaires.

 

Vous avez quelques mots pour faire la promo du Chaotik Noise Caravan.
 

En fait cette tournée a été montée pour mettre en avant un style musical dérivé du Metal et du Hardcore qui marche plutôt bien en ce moment, ça nous permet de travailler avec de nouvelles salles comme le Ferrailleur à Nantes ou la Péniche à Lille et de proposer de bonnes dates à nos groupes issus de ce style comme Memories of A Dead Man ou General Lee. En plus en accueillant Anorak en tour support, nous ouvrons des opportunités à des artistes locaux qui ne sont pas en contrat avec nous : tout le monde y trouve son compte !

Toutes les infos sur  le site de Nao !

 

 


 

Pour plus d'informations sur les groupes, vous pouvez tout retrouver dans les pages de Coreandco. Pour ce qui est d'en savoir un peu plus sur le Chaotik Noise Caravan, l'info est sur la page évènement du site !
Merci à Céline et Alex !

photo de Tookie
le 09/05/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019