LYZANXIA + TREPALIUM + HACRIDE le 30/03/2007, Le Chabada, Angers (49)

LYZANXIA + TREPALIUM + HACRIDE (report)
Rien de tel qu’un concert de metal dans une ville qu’on ne connaît pas, sous la pluie de surcroît pour commencer ces vacances de paques ! J’attendais impatiemment de voir les poitevins d’Hacride sur scène après avoir pris une grosse claque avec leur dernier album Amoeba (groupe du mois chez Core and Co en Février on vous le rappel) mais je voulais aussi retrouver les bombardos de Trepalium qui en plus d’avoir sortit un très bon album l’an passé s’était fendu d’une bien bonne prestation au Hellfest de Clisson. Quant à Lyzanxia inconnus au bataillon, ça sera la découverte, ou plutôt le bide de la soirée…

Tout commence par Hacride qui a ma grande surprise fait office de chauffeur de salle. Garnis d’un son plus que correct qui s’affinera tout au long du set, le groupe permet a ses auditeurs de pleinement profiter de toute la richesse et de la subtilité de sa musique. Misant en grande partie sur les titres les plus fouillés de Amoeba son sublime dernier album comme Perturbed, Fate, Vision Of Hate, mais également sur certains de Deviant Current Signal comme Protect; le quartet arrive à nous faire rentrer dans la profondeur de leurs compos. Alternant parties saccadées furieuses qui n’est pas sans rappeler Meshuggah et passages ambiancés avec un son clair atmosphérique qui ferait pâlir n’importe quel sous groupe de post-core, l’assise musicale du groupe est d’une grande rigueur et ce n’est pas le batteur qui joue au click qui va me faire dire le contraire. Le chant un poil en retrait -comme sur l’album- accentue les émotions des passages aériens et laisse l’espace sonore emplie de toute la puissance des chansons. Le publique semble pourtant avoir du mal a entrer dans l’univers du groupe (la faute à un set trop court ?), ou du moins il ne lui montre pas trop en restant assez distant; mais une musique aussi complexe que celle d’Hacride ne permet pas d’headbanguer sauvagement ou de déclencher des circle-pits. Cependant les retours seront très bons et bon nombre de personnes repartiront avec leur tee-shirt et l’album sous le bras. Finissant leur set -malheureusement trop bref- avec un très gros son (surtout la basse !!!!) les musiciens peuvent se lâcher un peu tout en faisant attention d’être carrés pour ne pas se décaler par rapports aux samples déclenchés par le batteur. Techniquement irréprochables, le combo de Poitiers a impressionné par sa cohérence et par sa maîtrise de leurs compos (pourtant riches et complexes) sur scène. En attendant de les voir au Hellfest ou le son risque d’être plus gros mais moins précis, profitez de leur tournée française pour aller les voir car ce groupe est vraiment la nouvelle grosse claque a suivre de près! Après Gojira je ne pense pas trop me risquer à annoncer qu’Hacride deviendra un très grand dans le paysage metal hexagonal !

Viens maintenant le tour des deatheux de Trepalium qui finissent leur bombardo-tour par quelques dates éparses. Et ce concert est particulier pour le combo de Boismé car c’est leur 100ème ! De plus c’est l’anniversaire d’Harun leur guitariste et principal compositeur qui était absent du Hellfest a cause d’une tendinite. On attend donc un joyeux bordel pour accompagner ces deux événements, et on ne sera pas qu’a moitié servis ! Le son est correct, le groupe motivé et le publique présent pour accueillir a bras ouvert un des espoirs du death metal français (comment ça je dis ça a chaque fois ?) Tout commence par Ritual et Vesania, deux titres à la grosse rythmique bien burnée histoire de chauffer le public avant de passer à Decease My Life bien scandé par les métalleux venus soutenir la bombarde. Kéké rapidement torse à poil commentera les positions ridicules des slammeurs batraciens qui commencent à monter sur scène. S’en suivent deux titres de leur premier album Paranoid et Necropolis ainsi que Decayed Emotion (sur leur dernier album) qui mettent tout le monde d’accord avec leur gros lot de blasts ! Plus posés viennent ensuite Savage (du premier album) et Alckemik Clockwork Of Disorder ce qui calme un peu les ardeurs des bourrins venus pogotter. Modus Operanti et Pulsion du dernier album feront ensuite un carton du coté des mids tempo bien enlevés, avec LE style Trepalium: cet espèce de groove boogie si particulier qui met en avant la basse (qui ressortira bien dans le son ce soir) Entre temps Kéké ne manquera pas de faire chanter au public un « joyeux anniversaire » bien couillu pour Harun. Perversion Of Reality achèvera les sceptiques quant au niveau d’exécution du groupe et à son aptitude a tout démâter en live. Comme à son habitude Kéké se fera plusieurs virées dans le public laissant la scène libre à ses camarades pour assurer le show. « Encules un mouton » « Payes ton rouge » « A poil Kéké » est-ce parce que ce 100ème concert des bombardos est filmé par S.A.S. De L'Argilière (chanteur de Misanthrope et patron d’Holy Records) que le public braille autant d’insanité ?! En tout cas ce même public est surtout venu pour prendre son pied, et ce n’est pas l’enchaînement Pain's Threshold, Escape To Death (tirés du premier album) qui nous fera déchanter. Mais pour une question de timing le groupe devra tronquer son set d’une chanson (Who’s fucale up en l’occurrence) pour terminer finalement par le plus gros titre (du moins le plus emblématique du dernier album) SICK BOOGIE MURDER le bien nommé. Monstrueux comme au Hellfest (le guest de Yann Ligner et les samples de saxo en moins) Kéké fera chanter toute l’assemblée « doubadi babidou… » et clôturera là son 100ème concert en beauté en foutant un beau bordel dans le Chabada. Affaire a suivre avec un troisième album actuellement en pleine composition qui retrouvera la brutalité et les mélodies du premier avec le super groove boogie du second. Une soirée bombarde de plus pour les Trepalium qu’on à hâte de retrouver sur les planches avec de nouveaux morceaux, d’ici là jetez vous sur Alchemik Clockwork Of Disorder qui est tout simplement une petite perle !

Lyzanxia ? Ce nom ne vous dit rien ? Normal le groupe ne marche pas très bien en France et ça se comprend: ils sonnent suédois… Un son franchement pas niquel avec une batterie trop triggée et ce n’est pas les boules quies qui changeront quelque chose… Pourtant musicalement très carrés, les deux frangins chanteurs-guitaristes tiennent bien le public tandis que le bassiste se ballade un peu partout alors que le batteur au jeu très clinique se contente du nécessaire. Deux chansons auront suffit a me faire mon avis sur ce groupe qui se la joue un peu trop « gros méchant » qui font du thrash-death mélodique à la suédoise… Un concert a passer dehors donc, ou plus précisément dans le van des Hacride pour une interview plus intéressante que des refrains mélodiques et un guitariste qui se prend pour Ben Weinman de TDEP en faisant valdinguer son instrument dans tout les sens alors qu’il ne joue même pas…

Une bonne soirée dans une salle plutôt agréable dont mes cervicales se souviendront grâce à deux gros groupes français qui vont faire parler d’eux s’ils continuent dans cette voie. Sur ce je vais aller me masser le cou a l’arnica, amis de la bombarde bonsoir !
photo de Viking Jazz
le 31/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021