Envy - Fallen Crimson

Chronique CD album (50:40)

chronique Envy - Fallen Crimson

Deux manières de lire cette chronique : 
-Soit tu lis tout, avec une histoire à la con ponctuée de quelques private jokes (mais pas que, mais quand même)
-En prenant un raccourci vers la vraie chronique (il te suffit alors de cliquer ici)

 

 


Le contexte :  (NB : Tout ce qui est en italique est raconté par un narrateur anonyme et omniscient. Moi perso, je lis avec la voix française de Bruce Willis, je trouve que ça sonne bien. Des fois je fais avec celle de Morgan Freeman) :

Chaque année, la team de COREandCO se réunit dans un Courtepaille de Franche-Comté, à Marchaux, sur l’Aire d’Autoroute de Besançon (mais c’est pas à Besançon hein, c’est à Marchaux comme je viens de te le dire. Tu te concentres un peu, dis ?) sur l’A36.
Tu prends la sortie, la loupe pas parce qu’après y’en a plus avant un bon bout de temps, et c’est un peu derrière la station-essence, à droite du parking des camping cars et caravanes. Tu vois le toit en fausse chaume qui surplombe la boutique souvenirs ? Ben c’est là.
Et c’est donc dans cette maison de la bonne pitance qu’on fait l’A.G de COREandCO et qu’on se réunit pour notre beuverie annuelle durant laquelle on établit la stratégie à adopter pour tenter de devenir le leader des webzines metal français.
Alors, sur le papier, l’ambition ne paraît pas dingue, mais après deux décennies de service, on n’a jamais réussi. Généralement on rejette la faute sur ceux qui ont quitté la team l’année précédente et on repart sur de bons rails.



Je t’ai mis les noms de chacun pour que tu puisses situer qui est qui

Bref, on arrive tranquillement au dessert après s’être repris un morceau de fromage. Le patron du resto arrive avec un nouveau pichet de rouge.
 

Le patron : Alors, c’est qui qui va le payer celui-là ?
Pidji : C’est moi ! Mais déconnez pas les gens, le sifflez pas trop vite, ceci est mon sang !
La team : Hein ??
Pidji : Ouais, je me suis saigné pour me le payer ce repas, alors c’est comme si c’était mon sang !  Et j’vous ai pas dit, mais faites gaffe sous la table. Ceci est mon cor.


Bref, comme tu le comprends, la soirée bat son plein, on est au top de notre humour. Il est 20h20-20h30, on commence à être tous un peu fatigués (hey, c’est qu’on a presque tous plus de 33 ans !) quand vient le speech du boss.

Pidji : Bon les gars !
Margoth : Hé ho ! Kikoo ! J’suis là !
Pidji : Oops… désolé Margoth. #metoo. Bon, les ami(e)s. Si on veut marcher sur Metalorgie et compagnie, va falloir être au taquet sur les nouvelles sorties qui vont faire du bruit en 2020. Faut absolument qu’on parle de ce fameux groupe Japonais.
Cglaume (coupant Pidji) : Nawaaaaak ! C’est pour moi ça ! Ça fleure bon le nawak ! Je prends ! Ho oui oui oui ! J’suis trop content, j’adore Maximum the Hormone ! Les Japonais nawak font toujours des supers trucs, ils font du nawak génial, c’est pile dans mon créneau. J'ai dit que j'aimais le Nawak ?
Pidji : Non mais t’emballes pas Cyril, désolé, on parle d’un groupe de screamo / hardcore / post-rock carrément légendaire : Envy... Hey Cglaume, ça roule ?

Après le mot screamo, on n’entendit plus Cyril qui commença à s’enfoncer dans sa chaise. On dit même qu’un peu de sang coula de ses oreilles. Ou alors c’était du vin qu’un membre de la team avait fait couler dans ses orifices auriculaires. Bref, après avoir porté secours à notre collaborateur le plus actif, Pidji reprit.


Pidji : Ça intéresse quelqu’un de parler du nouveau Envy ? Oui, Crom, tu lèves la main ?
Crom : Juste pour dire que ton truc de fillette là, ben c’est de la merde.
Pidji : Ha bah euh ok. Non mais j’me doutais que ça ne serait pas pour toi. Enfin, bon, on parle quand même d’un monstre là : une carrière de plus de vingt ans, de nombreux rebondissements ces dernières années avec un line-up bougeant, pour finalement un come-back du chanteur inattendu. On avait eu deux supers titres d’échauffement en novembre 2018, on a vécu un moment incroyable au Hellfest 2019 avec eux et on a ENFIN un nouvel album ! Faut pas laisser passer l’occasion d’en parler.

Papy Cyril : Moi j’veux bien, mais est-il disponible en CD ? Digipack ? Quel type d’édition collector pour le vinyl en bleu Klein, rouge vermillon, jaune de Damas, en K7 éventuellement ?
Y-a-t-il une version en phonographe pour mon gramophone ?

Pidji : On a juste reçu un lien streaming du label Pelagic records qui se charge de la sortie pour l’Europe.

Papy Cyril : Pelagic records ? C’est qui ça ? C’est pas une sortie Heavy Psych sounds ? Il existe un autre label qu’Heavy Psych sounds ?

Et on entendit plus Papy Cyril qui demanda un Minitel pour aller vérifier ce qui lui semblait être une étrange information.

Pidji : Margoth, ça te botte ? Je sais qu’avec ton éclectisme tu vas nous pondre une super chro !
Margoth : Désolé chef Pid’, mais j’suis un peu occupée là.

Il faut dire que Margoth écrivait déjà de la main droite une chro pour le webzine, tout en tapant de la main gauche une critique d’un jeu vidéo qu’elle venait juste de terminer pendant sa pause pipi après avoir s’être fait embauchée comme serveuse au Courtepaille, tout en étant moins bien payée de 14% que ses collègues masculins.

Pidji (gêné) : Non ben, euh…merde, Fallen Crimson  est un événement, sans déconner !
Screamo, musique de gueulard fragile, Freaks ! C’est pour toi ça !
Freaks : Ha mais moi j’veux bien, mais alors je veux y inclure un pamphlet anarcho-syndicaliste sur le monde du travail au Japon ? Parce que j’peux faire une chronique, mais, là, maintenant, j’ai plutôt envie d’écrire un brûlot anticapitaliste. D’ailleurs, désolé, mais je songe à me mettre en grève en soutien aux squatteurs écologistes guatémaltèques d’un local artistique vosgien qui souffrent de l’oppression sans retenue, avec le soutien du pouvoir en place, évidemment corrompu, d’un conglomérat de promoteurs immobiliers qui...

Pidji : Ok ok. Non mais t’embêtes pas, puis t’as déjà 18 chroniques en attente.
Tiens, rien à voir mais quelqu’un sait où sont passés Xuaterc et Seisachteion ?
8oris : Je sais pas trop. Ils ont passé la journée ensemble, bu comme des trous, ont parlé de black-metal avant-gardiste pendant des heures. Puis ils ont discuté d’Histoire et de guerres en tout genre. Et enfin de groupes de black metal avant-gardiste qui causent d’Histoire et de guerres en tout genre. Quand ils ont compris qu’ils avaient absolument TOUT en commun, et après avoir bien vérifiés que l’un n’était pas l’autre et qu’ils ne vivaient pas un trip à la Tyler Durden, ils sont partis chercher un chirurgien qui sépare des siamois dans l’espoir qu’il voudra bien faire l’opération inverse et les lier physiquement en se greffant à l’oreille de l’autre.

Pidji :Wha. Ok.
(Pidji prit alors son ton enjôleur, séducteur, qu’il utilise à chaque fois qu’il veut refiler un album à chroniquer)
Bon et toi mon 8oris ! Mon 8orissounet ! T’es efficace, productif, super complet, tu parles bien, j’ai adoré la manière dont tu viens de me raconter cette histoire : tu la fais cette chronique ?
8oris : Tu me connais : j’aime le Prog, le Death, le Black, le  HxC,  le Punk, la Pop, l’Electro, et même l’IDM, et un peu de Jazz.
Pidji : Super, j’adore ton ouverture d’esprit ! Donc faut que tu me la fasses pour…

8oris : Non, mais j’te coupe. T’as entendu le mot screamo ou post-rock là-dedans ? Non.

Pidji : Rha, allez euuuh ! Et vous les guests ? ça vous botte ?


Les guests entre eux chuchotent alors : « Nan mais sans rire, le mec il croit qu’il va nous imposer quelque chose ?» « Moi j’ai autre chose à foutre, y’a un EP, un split, un album de remixes, et 4 nouveaux LP des Melvins qui sortent le même jour, alors il peut toujours aller se brosser le camarade Pidji »

Pidji : Bon, ça va j’ai compris les gars. Je pense que pour une chro sur Envy, je peux faire…une croix dessus !

Puis, après un conciliabule, une voix sortit :

Vincent B. : Bon, déjà merci de ne pas m’avoir posé la question. Trop sympa le mec, il demande à tout le monde sauf moi sous prétexte que c’est moi qui ai écrit le moins de chros pour le zine. Même si bon, j’aurais refusé. Mais tu sais que dans l’équipe t’as un mec qui a commencé à écrire sur le zine sur du Envy. C’est le même qui a failli chialer après un de leur live au Hellfest 2019. Le gars bitte rien au japonais et pense qu’Envy lui parle, raconte son histoire, partage ses pensées. Et tu ne lui demandes pas ?
Pidji : Mais de qui vous parlez ?




Pidji : Ho non ! Evidemment que j’y avais pensé. Mais déjà il ne répond plus à mes mails, et quand il le fait c’est 3 mois après. En plus, il ne fait plus beaucoup de chroniques. Quand il en fait, on doit se taper toute une histoire à la con avec des images dégueulasses et un bricolage sous Paint niveau CE2 pour un humour qui n’amuse que lui avant qu’il ne nous sorte un gros pâté dans lequel il balance le plus sérieusement du monde des clichés indignes même pour un chroniqueur (et pourtant, on ne met pas la barre haute). Soit il décrit l’album dans les moindres détails, soit on perd 10 min de notre vie à essayer de trouver un intérêt à son article concernant l’album.
Tookie :Non mais hé ho ! J’suis là hein !  J’peux quand même essayer de le faire ct'article ?
Pidji : Allez, du moment que tu ne commences pas avec une citation grotesque que le plus con des candidats de TV réalité saura citer avant de se la faire tatouer, en se prenant pour un grand philosophe, ça sera déjà un bon départ.

 


C’est ici que commence vraiment la chronique

Tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort.

S’il y a bien un album d’Envy que l’on peut accueillir avec fébrilité c’est bien celui-là. On va éviter de se refaire tout l’historique des bouleversements qui ont chamboulé le groupe ces dernières années mais Envy a frôlé la mort avec un décès clinique que l’on avait prononcé le 1er avril 2016 lors du départ de Tetsuya Fukagawa (chant).

Vingt-quatre mois plus tard, son retour signait une renaissance inespérée, matérialisée par le 7’’ …numérique… Alnair in August le 2 novembre 2018. On y découvre alors « Marginalized thread » et « Dawn and gaze » (présents sur ce Fallen Crimson). On peut alors recommencer à être heureux de ressentir toute la mélancolie des Nippons.

Ce que l’on pouvait considérer comme un teaser de 7 minutes permet de patienter, avec enthousiasme jusqu’au 7 février 2020 : date à laquelle Fallen Crimson offre un successeur à la très belle réussite que fut Atheist’s cornea en 2015.

La première écoute, peut-être même la première piste, permet de dissiper les doutes : Envy n’a pas changé. Envy transporte avec l’aisance qui est la sienne, aussi loin et aussi bien qu’auparavant, que cela soit sur des titres atmosphériques, shoegaze, post-rock ou sur ceux qui traduisent une urgence et une violence plus hardcore / screamo.
Durant 50 minutes la personnalité de cette nouvelle version d’Envy s’inscrit dans la continuité d’une carrière riche en exploration.
L’ouverture sur « Statement of freedom » rassure avec un titre extrêmement classique mais dont l’interprétation et les arpèges frappent en plein cœur.

Le groupe a peut-être perdu d’excellents musiciens mais en a retrouvé d’aussi bons. Les compositions « hurlantes » marquent aussi par l’efficacité harmonique des guitares et la tonicité des percussions. Quant aux titres à mi-chemin entre les balades post-rock et le shoegaze contemplatif, ils sont toujours aussi captivants.

Et que dire de Tetsuya Fukagawa ? Que l’on adhère ou pas au concept de leadership dans une entreprise artistique et/ou collective, on ne peut nier qu’il est une grande part de l’âme d’Envy. Ses cris rauques déchirants, ses spoken words lâchés avec fragilité et/ou urgence sont irremplaçables.  Le mariage avec les parties instrumentales frôle l’état de grâce sur certains titres comme sur le très complet « A faint new world ».

Malgré les années, les dizaines de morceaux, les centaines de concerts, Envy a encore beaucoup à dire. Par les mots d’abord et par la musique ensuite.
Les paroles, toujours en japonais, parviennent à prendre un sens universel pour peu que l’on tende l’oreille au souffle, au débit et à la puissance que donnent Fukagawa à chaque phrase.
L’écriture musicale n’est pas en manque d’inspiration : Envy semble s’être affiné dans la construction de ses morceaux.
Objectivement, les Japonais, ne sont parfois pas loin de l’auto-parodie (et ce n’est pas la première fois) , notamment sur quelques passages post-rock avec des riffs et arpèges qui auraient parfaitement pu convenir à d’autres albums depuis 2003…mais ils font toujours mouche.  Il y a aussi (et surtout) un réel effort dans le mix avec l’inclusion à trois reprises d’un chant féminin spectral en second plan, du clavier, moins lourdement présent mais beaucoup plus planant et, encore une fois, la complémentarité des guitares.

Envy a trouvé un nouvel équilibre entre son côté rageur / chaotique (période jusqu’à A dead sinking story), et ce qu’il sait faire plus récemment en y incluant de la douceur (post-Insomniac doze) sans pencher dans une ambiance plus qu’une autre. Seul « Rhythm » tempère sévèrement l’enthousiasme porté par l’écoute de Fallen Crimson : ce titre met en vedette la choriste présente sur d’autres morceaux. Quelque part entre pop-variété et shoegaze, cette piste brise la cadence et l’ambiance construite par les trois morceaux précédents.
Un moindre mal rapidement oublié tant s’entremêlent optimisme, joie, tristesse, contemplation, violence, mélancolie avec brio sur les trente minutes suivantes.
Jamais le groupe n’était apparu avec une telle instabilité d’ambiances : une hétérogénéité qui a le mérite de servir l’album, le rendant plus insaisissable, parfois épique également, tout en demeurant touchant. Le fruit peut-être / sans doute (?) de cette période d’incertitudes qui entoura ce monument (et je le dis sans ciller) du hardcore-screamo.


Pidji : Oui Cglaume ?
Cglaume : La chronique version courte ça donne :

Envy est de retour avec un excellent album dans la continuité d’Atheist Cornea, non sans apporter quelques passionnantes subtilités et en continuant à délivrer son screamo à faire pleurer dans les chaumières.
Tu vois Tookie, c’est  pourtant pas compliqué de faire un résumé sans imposer ta longue prose aux plus pressés ? Prends-en d’la graine gamin !
Papy Cyril : Ah et sinon, j’ai vérifié, lalbum est disponible chez Sonzai Records (pour l’Asie), Temporary Residence Ltd. (aux USA, Canada, Mexique), et Pelagic Records (UK, EU, Afrique du Sud) en CD et double LP.

photo de Tookie
le 03/02/2020

21 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 03/02/2020 à 08:11:56

Bon bah, Tookie a déjà plié le game : chronique de l'année haha !
Et pour le moment, album de l'année aussi.

Vincent Bouvier

Vincent Bouvier le 03/02/2020 à 10:22:31

Mon respect envers le dieu Took took tend vers l'infini, voire même au-delà... Me suis marré tout seul comme un con devant mon écran.. XD Excellente chro!

cglaume

cglaume le 03/02/2020 à 11:18:40

T'as oublié le "On aime / On n'aime pas" de 8oris !! :P

Sinon bravo pour la putain de chro-marathon ! Je me suis bien éclaté à la lire :D

Xuaterc

Xuaterc le 03/02/2020 à 11:50:29

Merde, comment veux-tu qu'on ne soit pas complexé quand on doit commencer une chro d'un album de Black Metal avantgardiste norvégien consacré à la cavalerie ouzbek pendant la guerre de sept ans? Hein?
Ce que tu ne dis pas Tookie, c'est que j'avais disparu pour convaincre Paillou de rejoindre nos rangs pour m'aider à guérir de mon syndrome de la page blanche ;-)

8oris

8oris le 03/02/2020 à 13:43:29

Tookie, le mec qui n'écrit même plus des chroniques mais des scenarios inspirés d'albums!
Franchement, une des chroniques les plus fun/cool/bien vue que j'ai pu lire ici!

Margoth

Margoth le 03/02/2020 à 14:13:37

Kikoo, il était chaud ce service à Courtepaille. En plus, mon collègue mâle m'a bousculé pour faire tomber le plateau que je tenais en main. Résultat : les verres cassés sont retirés de mon salaire pour être mieux redistribué à ces fainéants d’Apollon

Bon, si on tient pas la #COTY (Chronique Of The Year) là...

el gep

el gep le 03/02/2020 à 14:29:33

Ahahahahah je me marre! Bien joué!
Je m'arrête jamais à cette aire d'autoroute - pas très loin de chez moi.
T'as raison, y'a plus rien après. Après cette aire, dans le sens de la montée vers le Nord-Est du moins, c'est le VIDE. C'est... chez moi.

Freaks

Freaks le 03/02/2020 à 15:45:32

Putain le mec a fait une enquête sociale sur nos vies et désirs respectifs, Tookie est un RG infiltré chez CoreandCo, ça ne fait plus l’ombre d’un doute...
Tellement drôle et bien sentie cette chro ;)
Trop hâte d'écouter Fallen Crismon, il a l'air tellement cool...

sepulturastaman

sepulturastaman le 03/02/2020 à 19:47:48

fake fake! FAKE!!! c'est moi qui est le cheveux long pas notre Gepounet.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 03/02/2020 à 21:40:29

Génial ! La chro, pas Envy (c'est d'la merde)

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 04/02/2020 à 10:21:51

Et me revoir avec des ch'veux... c'est plus arrivé depuis 2006... Love and Respect Monsieur Tookie !
Proficiat.

pidji

pidji le 04/02/2020 à 10:28:59

Bon pour revenir au sujet, cet album de ENVY est tout simplement énorme ^^

GuiNoiseup'

GuiNoiseup' le 04/02/2020 à 12:00:21

Comme d'hab... Super chronique et surtout super digressions !! La classe TookTook !

Xuaterc

Xuaterc le 04/02/2020 à 13:40:58

Alerte! CoreAndCo recrute un rédacteur pour chroniquer les textes de Tookie

R Savary

R Savary le 04/02/2020 à 23:24:02

Tu n’en parles pas mais pour ceux qui n’ont pas encore pu écouter le disque, Envy n’a jamais sorti d’album aussi « pop » (la mélodie du champ clair du 2e morceau et son final très Arcade Fire - on dirait presque qu’il y a des guitares acoustiques en fond -; la ligne mélodique du champ clair féminin du 4e morceau... à d’autres moments. Et puis la batterie sur le 8 titre j’ai l’impression qu’il nous faut des mini blast beat sur une accélération, du genre jamais entendu sur du Envy ! En tout cas c’est l’album avec le plus grand spectre musical qu’ils aient jamais sorti, et ça fonctionne !

papy_cyril

papy_cyril le 05/02/2020 à 07:31:05

Je proteste vigoureusement... il manque la ou les couleurs des LP :D !

papy_cyril

papy_cyril le 05/02/2020 à 07:46:34

et pi je ne suis même pas sur la photo de groupe (il devait être tard et je devais déjà dormir)!

el gep

el gep le 05/02/2020 à 08:35:04

Cette photo de groupe est d'ailleurs totalement blasphématoire, tu vas recevoir des menaces de mort, toi, sur la tora d'la mecque! Surtout que, oui, tu nous as inversés sur la photo, Sepult et oam. J'ai plus de cheveux longs depuis longtemps (tristesse...).
Fake blasphème!
T'es dans la merde...

dubouch

dubouch le 07/02/2020 à 21:48:58

Je vous aime tous d'amour vrai...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/02/2020 à 22:04:02

C'est pas réciproque.

Tookie

Tookie le 22/02/2020 à 09:21:44

@Dubouch : Un câlin, vite ! (surtout à Crom, il en a besoin)
@El Gep : Blasphème ouais, mais je calcule mes ennemis ! Les cathos ne m'ont fait peur que jusqu'à 12 ans ! Passé cet âge j'ai eu mon premier poil pubien. Courageux mais pas trop...
Désolé pour l'inversion avec Sep', mais me saoulez pas avec ça, Eric, lui est bien heureux de se retrouver avec une touffe, alors cherchez un moyen de positiver avec cette bévue !
@papy : T'es pas dessus parce qu'on a tenu la pose pensant que tu prenais une photo, on pensait pas que tu finirais par le peindre !
@Freaks : Bien vu la gauchiasse ! Allez, va faire un tour dans le panier à salades !
Merci (vraiment) 8oris et Vincent, mais allez jeter un oeil à celle de Catharsis de Machine Head...elle reste ma préférée.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements