Rorcal - the way we are the way we were the way we will be

Chronique Maxi-cd / EP

chronique Rorcal - the way we are the way we were the way we will be
Rorcal sont Genevois et c’est un premier EP que je m’enfile dans les oreilles. Direct je ferme les yeux et c’est Dirge que je vois en concert, c’est lent, déstabilisant et oppressant. Une chose frappe d’entrée de jeu dans le son, pour ceux qui ont une bonne station d’écoute, c’est le kick. Il est visiblement doublé d’un son sub-basse qui n’est pas sans me rappeler, dans un autre registre, l’album "A True Bohemian Revolutionary" de Kloak. L’idée est bonne parce que peu courante, mais ça a tendance à étouffer un peu l’auditeur. Quoiqu’il en soit, vu que la basse n’a pas énormement de profondeur, ça compense un peu. Peut-être vaudrait-il mieux équilibrer le mix, au risque de sonner comme les autres… je ne sais pas…
J’en profite pour mater les vidéos live sur leur MonEspace et il me semble reconnaître Diogo de Lost Sphere Project. Je mate un peu ailleurs et ça m’est confirmé, il y a pas que des néophytes dans ce groupe…
Au fur et à mesure on se laisse porter par le premier titre "Duplicate The Stream Theora", et là aussi bonne initiative que de prendre le risque de commencer avec un titre de 12 minutes. Le tout, comme dit plus haut, manque un peu d’épaisseur, mais j’essaie de passer outre. L’ambiance et les émotions sont plutôt bien gérées.
Passé un interlude qui (pour un interlude) se fond totalement dans leur univers, on démarre d’une manière plus radicale sur "Dick Morante". Ce qui se ressentait sur le premier titre se confirme ici, en plus du "doom" on nage ici en plein milieu "post" quelque chose, à vous de trouver vos références, moi je les ai en têtes et je les gardes pour moi, et je vais essayer d’en faire abstraction pour profiter au mieux de ce que les genevois ont à m’offrir. La fin du morceau est un régal, ça se laisse manger, sans mal, même si je n’arrête pas de m’imaginer ce que ça pourrait donner avec un son un poil plus lourd, mais bon je pinaille, c'est déjà pas mal. Mais zut quand-même, j’arrive pas à exploiter ma fibre du plaisir à 100%.
Passé une fois le cap du 2ème instrumental, on repart de plus bel avec des guitares plutôt intelligentes et savamment dosées. La voix, quant à elle, est granuleuse et acerbe à souhait. Et ça ça me plait, encore un filon à exploiter pour se sortir des clichés évoqués plut haut. On a même droit à de la double, juste assez pour me donner le sourire, et voilà la fin du disque. Déjà.
Bref, je reste en veille jusqu’à l’écoute de l’album. Parfois il y a de quoi se réjouir…


P.S.: à noter un split 100% Suisse RORCAL / KEHLVIN: un morceau commun de 30min avec 2 batteries, 2 basses, 2 chants, 4 guitares, à paraître cet automne (donc dans pas longtemps) et leur premier album, "Monochrome", devrait suivre sous peu-
photo de Sam
le 16/09/2007

1 COMMENTAIRE

Annorexorcist

Annorexorcist le 25/12/2007 à 22:00:25

Rorcal, un DOOOOM lourd, un chant puissant, vraiment bon groupe.
Leur split avec Kehlvin, est énorme.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements