Manimalism + Blitzkrieg Baby - Interview du 19/10/2020

Manimalism + Blitzkrieg Baby (interview)
 

>> English version : click here !

 

 

 

Salut Kim. Avant toutes choses, je pense que la plupart des lecteurs de COREandCO ne sont pas très familiers de tes travaux. Peux-tu nous éclairer sur tes activités de designer, photographe et musicien?

Ma partenaire Trine et moi avons le studio de design Trine + Kim, ici à Oslo. Depuis nos débuts en 1999, nous avons réalisé de nombreux artworks, entre autres pour Mayhem, Darkthrone, Enslaved, Manes, Ulver, Solefald, Dødheilsgard, Ved Buens Ende, Virus, et beaucoup d’autres.

 

 

Plus récemment, nous nous sommes concentrés sur le secteur de la publication en Norvège, je fais aussi beaucoup de photographie ainsi que des travaux artistiques transverses. Je suis actuellement actif au sein des projets musicaux Manimalism/Taarenes Vaar, Blitzkrieg Baby, et Swarms

 

Swarms a été fondé en 1999 et a sorti un seul album, tout comme le projet K100. Les deux vont être réédités chez Cyclic Law qui sortira également le nouvel album. Pour faire simple, Swarms crée une musique post-industrielle, parfois, mais pas toujours, en versant dans le Dark Ambient.

 

 

Manimalism/Taarenes Vaar a débuté en tant que groupe de Black Metal en 1992. Nous avons suivi les critères de l’époque, à savoir tenter de se démarquer en suivant sa propre voie, tout en poursuivant une recherche d’une certaine noirceur dans la musique, de ce fait, nous avons rapidement exploré de nouveaux territoires, de la même manière que nos amis dans Ved Buens Ende et Fleurety. Nous avons sorti une cassette démo en 1996 et une autre en 1997. En 2014, nous avons sorti notre premier album éponyme. Un an plus tard, nous avons réédité nos démos, ainsi d’autres enregistrements que nous avons exhumé, sur un vinyle chez Kyrck. Nous travaillons actuellement sur de nouveaux titres.

 

 

Blitzkrieg Baby est devenu une bête à part entière et a occupé une bonne partie de mon temps ces dernières années. Le noyau de Blitzkrieg Baby a toujours été à propos de la nature humaine, plus précisément le sombre et dérangeant ventre de notre espèce, l’aspect auquel personne ne souhaite s’identifier, et comment il s’exprime. Il est assez juste de dire que Blitzkrieg Baby se nourrit du désespoir de réaliser ce que nous, l’espèce humaine, sommes devenus. Musicalement, les gens semblent ne pas être d’accord sur la manière de définir Blitzkrieg Baby, mais pour moi, il est issu du Post-industriel et un au-delà que je n’ai pas envie de définir.

 

 

 

Blitzkrieg Baby sort son troisième LP, après un premier, Porcus Norvegius, en 2012, un deuxième en 2019 et trois EP. Tu décris la musique comme de l’ « Ultra Negative Industrial Pop ». Ce n’est pas un peu antinomique ?

Blitzkrieg Baby est très humain, alors, être antinomique, pourquoi pas? Tout est jeu de mots, tout fait partie du théâtre. Après Porcus Norvegius, sorti fin 2012, nous avons sorti les trois EP Kids’ World (2014), Cannibal Commando (2015), and War Gods (2018) sur le label suédois Beläten, dirigé par Thomas Ekelund de Trepaneringsritualen. En2019, nous avons sorti le deuxième LP, Homo Sapiens Parasitus, et cette année voit la sortie du troisième Genocidal Sextasy chez Cloister Recordings. Notre quatrième album est en cours de mastering et sera certainement publié chez Beläten, quelque part l'an prochain.

 

 

 

Blitzkrieg Baby est ton projet solo. Peux-tu nous en dire plus sur le processus d'enregistrement de ton nouvel album, Genocidal Sextasy ? Des invités sont-ils venus de filer un coup de main ?

Je pense que l'on peut comparer la « situation du groupe » à celle de Current 93 : je suis Blitzkrieg Baby, mais si d'autres sont présents et contribuent, alors, ils font aussi partie de Blitzkrieg Baby. On peut dire que tout tourne autour de moi ; toute la musique, les paroles et les visuels partent de moi. Mon compagnon musical au sein de Blitzkrieg Baby est Bjeima, qui, à l'heure actuelle, fait partie intégrante du projet. D'autres amis ont également pris part aux précédents enregistrements, aux futurs ainsi lors qu'il est question de jouer live : The Right Reverend Mr. B, Anders B., Per Åhlund et Aymeric Thomas. De futurs enregistrements comprendront Kim Larsen de Of The Wand And The Moon, and Thomas Ekelund of Trepaneringsritualen. Et bien sûr, d'un point de vue des visuels, Trine est et restera ma collaboratrice principale.

 

Genocidal Sextasy a été créé par Bjeima et moi avec la contribution d'Aymeric Thomas. The Right Reverend Mr. B a posé sa voix sur moins de pistes que d'habitude, du fait de son déménagement à la campagne pour fonder sa propre religion. Cependant, il fera toujours partie de Blitzkrieg Baby, pas forcément en personne, mais en esprit. Cette fois, nous avons une batterie acoustique sur “Piggy”, jouée par Frederic Arbour de Cyclic Law, à l'occasion de son passage à Oslo il y a quelques années.

 

 

 

Blitzkrieg Baby est devenu est groupe live cet automne. Est-ce que cette expérience a influencé ta manière de créer de la musique ?

Je pense que cela a eu une certaine influence, oui. Je pense que Blitzkrieg Baby a toujours été, d'une manière ou d'une autre éclectique, mais la direction musicale que je trouve satisfaisante pour jouer en live pourrait devenir plus importante dans le futur.

 

 

Il a une grande part d'humour pince-sans-rire dans ta musique. Penses-tu que ça soit un bon moyen de décrire ta vision de la société moderne?

Voici la manière dont je vois ça : Blitzkrieg Baby est une réaction au monde des humains. Je ne prêche pas, je ne présente pas des solutions à des problèmes existants, car souvent, il n'y en a pas. J'utilise simplement Blitzkrieg Baby pour évacuer le sentiment de désespoir. Pince-sans-rire fait partie de ma personnalité, je crois, car ce n'est pas quelque chose que je calcule ou que je m'efforce d'atteindre avec Blitzkrieg Baby.

 

 

Genocidal Sextasy sorti maintenant depuis quelques mois. Es-tu satisfait des premiers retours ?

Je dirais que la réponse a été bonne venant de ceux qui l'ont entendu et qui m'ont répondu. Certaines critiques ont été favorables et certaines, en particulier les magazines de Metal, l'ont plus ou moins massacrée.

 

 

Tu es principalement connu comme faisant partie de la scène « Metal » avec Taarenes Vaar/Manimalism, mais aussi K100, qui est un projet 100% dark-ambiant. Comment es-tu arrivé à ce mélange, étrange, mais plaisant ?

Je n'ai jamais été très friand des genres. Pour moi, créé de l'art est quelque chose qui s'impose à moi, et donc, la naissance de chaque projet est quelques chose qui arrive parce que je crée déjà cette musique et je décide de la systématiser, la finaliser et de la partager. Quand j'ai créé Manimalism/Taarenes Vaar au milieu du nirvana Black Metal en 1992, j'avais des goûts musicaux larges et je me suis rapidement plongé dans toutes sortes de musiques ésotériques, et j'ai redécouverts mon amour de toujours pour l'écriture, ou, si tu préfères, la musique Pop. Pour moi, s'imposer des limites ainsi qu'à sa créativité en écoutant certains styles de musique est très contre-productif.

 

 

K100 était un projet de courte durée, étroitement lié à Swarms, et a été récemment absorbé par Swarms. Cette décision a rendu la vie plus facile, de même que la musique. Comme je le mentionnais plus haut, Swarms est sur le point de sortir un nouvel album chez Cyclic Law. Nous travaillons également sur de la musique pour un livre qui rassemble mon art, mais il est trop tôt pour donner des détails.

 

 

Pourquoi avoir choisi à trois reprises le format court ? Penses-tu que cela permet d'exprimer une certaine forme d'urgence ? Et pourquoi avoir choisi les cassettes à chaque fois ?

Le format K7 pour les trois EP était un choix du label. Les K7 sont cool mais si ça ne dépendait que de moi, ces sorties seraient disponibles dans tous les formats. Tous nos albums sont maintenant disponibles en vinyle. J'espère que dans le futur nos EP seront aussi disponibles en vinyle.

 

 

Obsédé par les cochons ?

Si je suis obsédé par quelque chose, c'est bien l'impact négatif de l'humanité sur nous-mêmes et tout ce qui nous entoure. Peut-être que les cochons sont une métaphore de quelque chose.

 

 

Parlons un peu de Manimalism. Peux-tu nous éclairer sur la conception de l'album, qui est assez inhabituelle ?

J'ai fondé Manimalism sous le nom de Taarenes Vaar, en 1992 quand j'étais un jeune adolescent. Pendant les 90's j'ai écrit de la musique pour deux démos, en 1996 et 1997. Nous avons commencé à enregistrer notre premier album début 1999, mais du fait de ma non satisfaction à l'égards des enregistrements, il n'a jamais été fini. Cependant, je n'ai jamais mis de côté de plan initial , que ces chansons seraient notre premier album. Donc l'album a été enregistré plusieurs fois avec plusieurs fois avec des batteurs différents, dont Carl-Michael Eide de Ved Buens Ende et Virus. Les derniers enregistrements de batterie ont été réalisés début 2005 avec Bjeima (de Blitzkrieg Baby) derrière de kit. Du fait d'emplois du temps chargés, notre chanteur de l'époque fondant une famille ajouté ) d'autres facteurs, l'album n'est pas sorti avant fin 2014, quand Adversum l'a sorti en vinyle. Nous n'avons jamais arrêté de travailler sur de la nouvelle musique au fil des années, donc, même si Manimalism est une bête qui prend son temps, nous travaillons, au moment où l'on parle, sur des sorties.

 

 

Il y a beaucoup de demandes concernant une re-sortie des démos de Taarenes Vaar. As-tu de bonnes nouvelles pour les fans avides ?

Nos deux démos on été éditées paer le label grec Kyrck, fin 2015 et vinyle et CD. Le CD et la version digitale comprennent également l'enregistrement de l'album abandonné en 1999. Il y a aussi eu une version K7 sortie par Arcane Angels. Je suppose que tous ces formats sont encore disponibles car Manimalism/Taarenes Vaar est toujours un groupe obscure, inconnu de la plupart. Ces sorties sàont disponibles sur le Bandcamp de Manimalism.

 

 

Il y a quelques années, votre studio de design était très actif au sein de la scène Metal norvégienne. Il semblerait que Trine et toi ayez un peu ralenti le rythme. Pourquoi ?

Notre productivité n'a jamais été aussi bonne mais notre attention s'est détournée de la réalisation d'artworks pour la scène Metal aux designs de livres pour l'industrie norvégienne de publication. Bien sûr, les artworks d'album restera toujours une passion pou nous, mais il y a quelques années, nous avons eu besoin de changements, et il y avait plusieurs raisons pour cela. Le changement était un choix délibéré provoqué par mon inconfort viv-à-vis de la situation à l'époque. Depuis, nous avons déterminé avec qui nous travaillons au sein de la scène Metal. Nous créons toujours de artworks pour des groupes, mais moins qu'à l'époque, et nous apprécions plus cela maintenant. Nous faisons profil bas à par rapport à des personnes qui saturent le marché avec leur style. Nous gagnons notre vie ailleurs maintenant, et la vie est devenue bien meilleure grâce à cela.

 

 

As-tu déjà pensé à une sorte de projet global qui mixerait les arts visuels et la musique, tes deux principales activités ?

En dehors de nous occuper de notre studio de design, je suis toujours préoccupé par le fait de finir la musique qui m'accompagne depuis des années et pour des raisons diverses, je n'ai pas eu le temps de préparer des shows live hormis les débuts live de Blitzkrieg Baby l'an dernier. Donc, je n'ai pas réellement eu l'incitation d'y aller à fond en ce qui concerne les shows live.

 

 

Tu diriges (dirigeais) un label, Adversum. Dis-nous en plus à propos de son orientation artistique.

Adversum n’est plus mais de ses cendres est né Trine + Kim Editions. Adversum ne fonctionnait pas, j’ai dû prendre une décision difficile. La vision pour Adversum était de sortir des artistes qui travaillaient avec une musique dissonante et sombrement imaginative, au sein d’un groupe; des artistes qui s’inspirent de Thorns, Voïvod, Ved Buens Ende ou dans ce style et qui poussent cette inspiration plus loin, ou qui construisent quelque chose d’intéressant à partir de cet héritage. Il n’y a jamais eu de label dans ce style avant, avec une vision aussi cohérente pour ce genre de musique, et je doute qu’il y en aura dans le futur. Cependant, diriger Adversum de la manière dont cela a été fait n’était pas viable et il fallait que cela cesse. Trine et moi relevons le gant et allons sortir de la musique, un peu comme un label, dans la continuité d’Adversum. Cependant, nous nous limiterons à un petit nombre d’artistes, nous ne signerons personne en dehors de notre cercle immédiat. Ceux qui ont apprécié les sorties d’Adversum vont définitivement apprécier ce que nous préparons. Nous verrons si Trine + Kim Editions peut être un refuge. Si ce n’est pas le cas, au moins la faute nous incombera exclusivement.

 

 

Merci pour tes réponses. Les derniers mots sont pour toi.

Si des gens sont intéressés, toutes les sorties de Manimalism/Taarenes Var, Blitzkrieg Baby et Swarms sont disponibles, et de nouvelles sont en préparation.

 

------------------------------------------------------

ENGLISH VERSION

 

Hei Kim. First of all, I guess that most of CoreAndCo readers are not very aware of your work. Can you please tell us about your design, photography and music activities ?

My partner Trine and I run Trine + Kim design studio, here in Oslo. Since we started in 1999, we have created artwork for a lot of artists, among them Mayhem, Darkthrone, Enslaved, Manes, Ulver, Solefald, Dødheimsgard, Ved Buens Ende, Virus, and others. In more recent times, we have focused on working with the Norwegian publishing business. I also do a lot of photography, and make mixed media visual art. I am currently active with the music projects Manimalism/Taarenes Vaar, Blitzkrieg Baby, and Swarms.

 

Swarms was founded in 1999 and has released one album, and another album as an off-shoot project, K100. Both are about to be reissued along with the new album on Cyclic Law. To put it simple, Swarms create post-industrial music, sometimes fitting into the Dark Ambient category, sometimes not.

 

Manimalism/Taarenes Vaar started out as a Black Metal band in 1992. Taking the local criteria of the time of having to stand out and walk your own path, combined with a personal pursuit of seeking utter darkness in music, we soon ventured into a new territory, which has similarity to what our friends in Ved Buens Ende and Fleurety were also exploring. We released one cassette demo in 1996 and one in 1997. In 2014, we released our self titled debut album through Adversum. One year later, we reissued our demos and other exhumed recordings on vinyl through Kyrck. We are now working on new recordings.

 

Blitzkrieg Baby has become somewhat of a beast of its own, and has taken up much of my time during the past few years. At the core, Blitzkrieg Baby has always been about human nature, specifically the dark and disturbing underbelly of our species, the side that no one wants to identify with, and how that manifests. It is fair to say that Blitzkrieg Baby is fuelled by the despair of realising what we, mankind, has become. Musically, people seem to disagree on how to define Blitzkrieg Baby, but to me, it was spawned from Post-Industrial and beyond that I don’t care to define it.

 

 

Blitzkrieg Baby is releasing its third LP, after a first, Porcus Norvegicus, published in 2012, a second in 2019 and three EP. You describe the music as «Ultra Negative Industrial Pop». Isn't it a bit antithetical ?

Blitzkrieg Baby is certainly very human, so being antithetical should be OK. Everything is a play on words anyway, everything is part of the play. After the Porcus Norvegicus album in late 2012, we released the three EP’s Kids’ World (2014), Cannibal Commando (2015), and War Gods (2018) on the Swedish label Beläten, run by Thomas Ekelund of Trepaneringsritualen. In 2019 we released the second full length album Homo Sapiens Parasitus, and, this year, we released the third album, Genocidal Sextasy through Cloister Recordings. Our fourth full length album is waiting to be mastered and will be released through Beläten, presumably, sometime next year.

 

 

Blitzkrieg Baby is your solo project. Can you tell us more about the recording process of your new album, Genocidal Sextasy ? Did some guest musicians came to help you ?

I think one can compare the “band situation” to Current 93: I am Blitzkrieg Baby, but when others are present and contribute, they are also part of Blitzkrieg Baby. It is safe to say that everything circles around me; all music, lyrics and visuals start with me. My closest musical companion in Blitzkrieg Baby is Bjeima, who, by now, can be said to be an absolutely integral part of the project. Other friends have also taken part either on previous recordings, ongoing recordings, and when performing live like The Right Reverend Mr. B, Anders B., Per Åhlund, and Aymeric Thomas. Some upcoming recordings feature Kim Larsen from Of The Wand And The Moon, and Thomas Ekelund of Trepaneringsritualen. And of course, visually, Trine is, and will always be, my main collaborator.

 

Genocidal Sextasy was created by Bjeima and I with input from Aymeric Thomas. The Right Reverend Mr. B contributes vocals on fewer tracks than usual due to him moving to the countryside to form his own religion. However, he will always be part of Blitzkrieg Baby, if not always in person, then in spirit. This time we also had acoustic drums on the track “Piggy”, performed by Frederic Arbour from Cyclic Law when he was visiting Oslo some years back.

 

 

Blitzkrieg Baby became a live act last fall. Did this experience influenced the way you created your new music ?

I think it might have a certain influence, yes. I presume Blitzkrieg Baby always will be somewhat eclectic, but the musical direction that I find fulfilling to perform live might become a bigger part on future recordings.

 

 

There is a large place for tongue-in-cheek humour in your music. Do you think it's a good way to express your vision of modern society ?

The way I see it, Blitzkrieg Baby is a reaction to the world of humans. I don’t preach, I don’t present solutions to existing problems as often, there are none. I quite simply use Blitzkrieg Baby to vent the feeling of hopelessness. Tongue-in-cheek is part of my personality, it seems, as it is not something that it is calculated or that I aim to achieve or strive for in Blitzkrieg Baby.

 

 

Genocidal Sextasy is out for few months now. Are you happy with the first responses ?

I think the response has been good from those that have heard it and who have gotten back to me. Some reviews have been favourable and some, especially metal mags, have more or less butchered it.

 

 

You are mostly known for being part of the metal scene with Taarenes Vaar / Manimalism, but also for K100, which is purely dark-ambiant. How did you came to this strange, but yet tasty, mix?

I have never been much of a genre purist. To me, creating art is something that is forced upon me by my own nature, and, as such, the birth of any project is something that happens because I am already creating that music, and I make the decision to systemise it, finish it, and share it. When I founded Manimalism / Taarenes Vaar in the midst of teenage Black Metal nirvana back in 1992, I already had a wide taste in music and soon got into all kinds of esoteric music, and rediscovered my life-long love for songwriting, or, if you prefer, pop music. To me, setting limits on yourself and your creativity by only listening to certain genres is very counterproductive.

 

K100 was a short-lived Swarms sibling project, and has recently been absorbed back into Swarms. This decision made life simpler and the music is the same. As I mentioned earlier, Swarms is about to release a new album through Cyclic Law. We are also working on music for a book, that collects my art, but it is too early to disclose details.

 

 

Three times, you choosed a short format for your releases, why ? Do you think it's more likely to express a form of emergency? And why choosing to release it only on tape?

The tape format for the three EP’s was the labels’ choice. Tapes are nice but, if it was up to me, all my releases would be available on all formats. All our full length albums are now available on vinyl. Hopefully our EP’s will also be made available on vinyl in the future.

 

 

Obsessed by pigs?

If anything I am obsessed by mankind’s negative impact on ourselves and everything around us. Perhaps pigs are a metaphor for something?

 

 

Let's talk a bit about Manimalism. Can you explain us the making of the album, which is quite unusual?

I founded Manimalism under the name Taarenes Vaar back in 1992, when I was a young teenager. Throughout the nineties, I wrote material that resulted in two demos, in 1996 and 1997. We began recording our debut album in early 1999 but, due to my dissatisfaction with the recording, it was never finished. However, I never wavered from the initial plan that these songs would make up the debut album. So the album was recorded several times over with several drummers, among them Carl-Michael Eide of Ved Buens Ende and Virus. The final drum recording was done in early 2005 with Bjeima (of Blitzkrieg Baby) behind the kit. Due to busy schedules, our then-vocalist starting a family, as well as other factors, the record was not released until late 2014, when Adversum released it on vinyl. We have never really stopped working on new material throughout all these years, so, although Manimalism is a slow beast, there are releases being worked on as we speak.

 

 

There is a lot of demands concerning a reissue of the Taarenes Vaar demos. Do you have good news for the avid fans?

Our two demos were released by the greek label, Kyrck in late 2015 on vinyl and CD. The CD and digital editions also include the abandoned album recording from 1999. There has also been a tape edition released by Arcane Angels. I suspect all the formats are still available as Manimalism/Taarenes Vaar is still an obscure band, unknown to most. The release is available on Manimalism’s Bandcamp.

 

 

Few years ago, your design studio was very active for the norwegian metal scene. It seems that you have, with Trine, slow a little bit your productivity. Why?

Our productivity is better than ever, but our focus has shifted from doing artwork for the Metal scene to doing book designs for the Norwegian publishing business. Of course, album artwork will always be a passion of ours but, some years back, we needed a shift, and there was several reasons for this. The change was a deliberate choice caused by my discomfort with the situation that we were in at the time. Since then, we have been discerning with who we work with from the metal scene. We still create artwork for music, but fewer than back then, and we enjoy it a lot more now. We’re keeping a lower profile than the people who oversaturate the market with their styles. We make our living elsewhere at this point, and life has become all the better for it.

 

 

Have you ever think about about a kind of global project, mixing visual art and music, your two main activities?

Besides running our design studio, I am still preoccupied with finishing music that has been with me for years, and, for some reason, I haven’t got around to preparing live shows beyond Blitzkrieg Baby’s live debut last year. So, I haven’t really had the incentive to go “all-in” regarding the visual part of live shows yet.

 

 

You are (were?) running a label, Adversum. Tell us more about it, about the artistic guidance.

Adversum is no more, but risen from its ashes is Trine + Kim Editions. Adversum didn’t work out, and I had to make a hard decision. My vision for Adversum was to release artists that were working with dissonance and darkly imaginative music in a band format; artists that took inspiration from Thorns, Voivod, Ved Buens Ende or similar expressions and who then took that inspiration further, or in some way built upon that legacy to go somewhere interesting. There has never been a label like that before with such a coherent vision for this kind of music, and I doubt there will be again. However, running Adversum the way it was done was not viable and it had to end. Trine and I are now picking up the gauntlet and will start releasing music, like a label of sorts, as a continuation of Adversum. However, we will focus on a very limited set of artists and will not be signing anyone outside our most immediate circle. Those who enjoyed the Adversum releases will definitely enjoy what we are up to now. We will see if Trine + Kim Editions can be a haven from here on. If not, at least now the failures will be ours alone.

 

 

Thank you for your answers. The last words are yours...

If people are interested, Manimalism/Taarenes Vaar, Blitzkrieg Baby, and Swarms all have releases available, with new releases on the way.

 

photo de Xuaterc
le 09/12/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021